Bande Annonce de LES ASSASSINS DE L'ORDREDécouvrez la bande Annonce de LES ASSASSINS DE L'ORDRE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3652/fond/3652_w_500.jpg
Marcel Carné
Catherine RouvelCharles DennerJacques BrelMichael LonsdaleRoland LesaffreDidier HaudepinFrançois CadetPaola Pitagora

LES ASSASSINS DE L'ORDRE

106 mn

Note de SensCritique :

6.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Marcel Carné.

Casting : Catherine Rouvel, Charles Denner, Jacques Brel, Michael Lonsdale, Roland Lesaffre, Didier Haudepin, François Cadet. Paola Pitagora

Synopsis : Un garagiste est accusé d'avoir commis un "casse" chez son patron la veille au soir. Ancien repris de justice, il n'en faut pas longtemps pour que les policiers frappent à sa porte et l’amènent au commissariat. Malheureusement, il ne repartira jamais vivant de cet interrogatoire musclé. Le juge Bernard Level, a qui l'affaire est confiée, comprends alors que le chemin sera dur, pour accéder à la vérité...

Scénario : Marcel Carné, Paul Andréota.
Musique : Michel Colombier, Pierre Henry.
Pays : France|Italie
Tags : Drame, Meurtre, Avocat / Juge / Bâtonnier / Procureur, PLUS D'ACTION.

Inclus danspassillimite
voir ce film

C’était une époque où le plein d’essence coûtait 20 francs, où l’on fumait des gitanes bleues sans filtre, où la guerre était au Viet-nam et où le monde était bercé d’illusions. La police roulait en 404 noire et les juges d’instruction en R16 beige.

Marcel Carné a 65 ans. Il est déjà un vieux monsieur à la carrière unanimement saluée quand il signe, en 1971, Les assassins de l’ordre. Le film, véritable diatribe politique pour la justice, est inspiré d’un fait réel, un de ces « Dossiers noires de la justice française » dont le public est alors très friand.

Un ancien malfrat rangé des voitures est devenu mécanicien dans un garage et bon père de famille. Il est un jour, réveillé en sursaut par la police qui l’accuse d’avoir fracturé un coffre-fort pour le dévaliser. Il nie. À midi, il est rendu à sa femme, mort. Sa veuve porte plainte contre la police et le dossier est confié à un certain Level, pas connu pour être rebelle. 

Le film s’attarde sur l’instruction et le juge, réputé docile, va en faire une affaire non pas personnelle mais de principe. Il comprend rapidement que la police a dissimulé des témoins et s’apercevra qu’elle est prête à tout pour enterrer le dossier. Level résiste de toutes ses forces, porté la contestation encore vivace de la politique de l’ordre et de ses abus. Le récit est régulièrement perturbé par des manifestations étudiantes, relents évidents d’un mai soixante-huit encore dans les esprits. Ce film engagé, ancré dans une époque aujourd’hui définitivement révolue, est inspiré d’un roman écrit par Jean Laborde, chroniqueur judiciaire à l’Aurore et à France-Soir. Carné l’a déménagé à Marseille. Il a aussi changé d’époque transposant L’affaire dite des policiers de Bordeaux de 1946 à la fin des soixante.

Cela ne lui assurera pas pour autant le succès, malgré une distribution d’exception. Jacques Brel est alors au faîte de sa gloire. Le chanteur belge enchaîne les rôles au cinéma depuis Les risques du métier, sorti en 1967, et jusqu’à L’Emmerdeur en 1973. Il campe ici un juge tourmenté mais tellement humain, assez loin du vrai juge qui s’était empressé d’ordonner un non-lieu. Michael Lonsdale lui fait face en commissaire impassible et insaisissable, et Charles Denner en tribun et avocat redoutable qui aura raison de tout. Ils se retrouveront à l’affiche de L’aventure, c’est l’aventure de Claude Lelouch. Les rôles féminins sont plus anecdotiques même si Catherine Rouvel joue une prostituée attachante et l’italienne Paola Pitagora une maîtresse antiquaire compréhensive.

La carrière du grand Marcel Carné touche à sa fin. Après ce film crépusculaire, il ne réalisera que deux autres longs métrages : La merveilleuse visite et un documentaire sur La Bible. On est bien loin de ses années de gloire, celles du duo magnifique qu’il formait avec Jacques Prévert et qui a offert au cinéma français : Drôle de drame, Quai des Brumes, Les Visiteurs du soir ou Les enfants du paradis.

Les assassins de l'ordre (1971)

Il s'agit d'un film policier et judiciaire d'une durée d'un peu moins de deux heures. Le film démarre avec l'interpellation au petit matin de Saugeat à son domicile. Il est emmené au commissariat ou il subit un interrogatoire musclé. Cela se termine mal et Saugeat meurt ... ...

Lire la suite
7
greenwich

Faut-il qu'il y ait deux justices ?

Mai 1968 était encore dans les esprits lorsque Marcel Carné met en scène Les Assassins de l'ordre, où il s'intéresse à un drame judiciaire où la police pourrait être mise en cause. Mai 1968 est présent et même peut être un peu trop, dans le sens où Carné tombe dans ...

Lire la suite
7
Docteur_Jivago

Bien que la mise en scène soit un peu raide Les Assassins de l'ordre se regarde avec intérêt car ce drame judiciaire bénéficie d'un scénario solide et d'excellents acteurs dont un Jacques Brel totalement imprégné par son rôle de juge d'instruction dépassé par la situation. ...

Lire la suite
7
AMCHI
 
le contexte
A voir également
Affiche du film LANDRU
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES MARIÉS DE L AN II

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film THE SUSPECTS
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MEAN STREETS
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film CONTRÔLE PARENTAL

à partir de

4.99
 
Affiche du film COME AS YOU ARE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ASTÉRIX : LE DOMAINE DES DIEUX

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film OUTFALL

à partir de

3.99
 
Affiche du film RAMPAGE - HORS DE CONTRÔLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film NEW YORK 1997 (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés