LES BÉRETS VERTS

Bientôt disponible
Parce que John Wayne refusa le rôle de Lee Marvin dans les 12 Salopards pour faire ce film
Politique / Histoire - 1969 - Etats-Unis d'Amérique - 136 MIN - Tous publics

Réunis et formés par le colonel Kirby, deux nouveaux détachements de Bérets Verts débarquent au Vietnam, dans la région de Da-nang. Accompagnés d’un correspondant de guerre, ils sont au Sud-Vietnam pour mener à bien une délicate mission. Après avoir construit un camp et l’avoir défendu contre une violente attaque ennemie, ils devront kidnapper Phan Son Ti, un général...

4.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Sept ans après Alamo, le western qu’il avait réalisé en 1960 avec Richard Widmark et Laurence Harvey, John Wayne décide de produire, de réaliser et d’interpréter l’adaptation cinématographique du livre de l’Américain Robin Moore – futur auteur de French Connection – consacré à l’action des Bérets verts – force spéciale d’intervention américaine – au cœur de la guerre du Vietnam.

Le livre, qui ne dissimulait rien de la violence et du cynisme des méthodes utilisées, ayant fait grincer quelques dents au ministère de la guerre et au Pentagone, le projet de son adaptation cinématographique fut, évidemment, assez mal vu et, finalement, accepté qu’à la condition que le scénario soit rédigé sous haute surveillance. Il le fut et les Bérets verts bénéficia de toute la logistique militaire voulue, comme en bénéficieront plus tard Patton de Schaffner ou Mash d’Altman. C’est ainsi que le tournage eut intégralement lieu sur le sol américain, derrières les palissades de camps d’entraînement, où de talentueux décorateurs reconstituèrent des villages vietnamiens entiers qui, par la suite, servirent à l’armée américaine pour entraîner ses troupes !

Face à David Janssen (36 ans), dynamique héros de la série le Fugitif, et face à Vera Miles (38 ans), dans le rôle de son épouse – mais ses scènes furent toutes coupées au montage ! –, John Wayne (60 ans) n’avait plus vraiment l’âge de crapahuter dans un tel commando. C’est ainsi qu’il porta en permanence une ceinture abdominale pour, en partie, masquer des ans l'irréparable outrage !

Le contexte

John Wayne

La même guerre du Vietnam vue, cette fois, par un réalisateur nommé Stanley Kubrick.

Ray Kellogg

Encore plus fort que John Wayne, Sylvester Stallone s’en va-t-en Guerre (du Vietnam) tout seul !

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (1962)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS