LES BLAGUES DE TOTO

À partir de 4.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Parce qu'il est très agréable de replonger de temps en temps l'insouciance de l'enfance
Jeunesse - 2020 - France - 80 MIN - VF - HD - Tous publics
A l’école, Toto est bien plus doué pour faire rire ses copains qu’écouter les leçons de la maîtresse. Avec ses parents aussi, les blagues de Toto se transforment souvent en catastrophes… La dernière en date ? La chute d’une sculpture pendant un événement organisé par le patron de son père. Mais cette fois-ci, Toto assure qu’il est innocent et refuse d’être accusé d’une...
3.8 / 10
3.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Voilà qui va renvoyer chacun à ses souvenirs d’enfance : Toto, le héros des blagues qu’on échangeait entre copains dans la cour d’école, devenu un personnage de film. Il fallait y penser et le fait est que cette comédie familiale a su trouver son public. Malgré la Covid et les dommages collatéraux du confinement sur l’industrie du cinéma, le film de Pascal Bourdiaux fait partie des rares à avoir dépassé la cap du million de spectateurs en 2020.

L’histoire met en scène un gamin espiègle, hableur et plein d’esprit pour son jeune âge. Sa spécialité, les blagues et par extension les bêtises qu’il ne se prive pas de faire, dont ses copains, sa maîtresse d’école et ses parents sont les innocentes victimes. Le problème est que de temps en temps, on le crédite de celles qu’il n’a pas faites. L'une d'elles a bien failli décapiter le patron de son père. Or pour échapper à la pension il doit trouver le vrai coupable… 

Sur cette trame, Pascal Bourdiaux réalise une comédie assez prévisible mais très plaisante et réalisée avec beaucoup de soin sur le plan de l’image. Le film doit beaucoup à la nature du petit Gavril Dartevelle, 13 ans, spontané et plein de gouaille, ainsi qu’aux petites joutes verbales qu’il livre contre ses parents, interprétés par Guillaume de Tonquédec et Anne Marivin. 

 
Dans le même genre vous pouvez trouver L'ÉLÈVE DUCOBU (2011) (Les bêtises qu'on fait pendant l'enfance sont au centre du propos.) ou encore LA FOLLE JOURNÉE DE FERRIS BUELLER (1986) (Quand une bêtise en provoque une autre, puis une autre... L'inconscience adolescente érigée en argument comique imparable.).

Réalisé par

Même réal

Même casting

Pas si éloigné