Bande Annonce de LES COMBINARDSDécouvrez la bande Annonce de LES COMBINARDS sur FilmoTVhttp://
Jean Claude Roy
Agnès SpaakDarry CowlJacques BernardMaria PacômeMichel SerraultJacqueline JeffordJane SourzaMary MarquetMathilde CasadesusNoël RoquevertAldo GiuffrèFloence BlotGeneviève ThénierLiana OrfeiMonique TarbèsSalvo Randone

LES COMBINARDS

67 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean Claude Roy, Juan Estelrich, Riccardo Pazzaglia.

Casting : Agnès Spaak, Darry Cowl, Jacques Bernard, Maria Pacôme, Michel Serrault, Jacqueline Jefford, Jane Sourza, Mary Marquet, Mathilde Casadesus, Noël Roquevert, Aldo Giuffrè, Floence Blot, Geneviève Thénier, Liana Orfei, Monique Tarbès. Salvo Randone

Synopsis : Trois sketches, trois capitales européennes, trois escroqueries. A Madrid, des aigrefins parviennent à vendre à un paysan naïf une rame de tramway municipal en activité, le persuadant que toutes les ventes de billets journaliers seront pour lui. A Naples, un homme impécunieux découvre les avantages considérables qu'il peut tirer de la pitié que son état de faux malade incurable inspire. A Paris, Claude et Léo utilisent leur talent de comédiens (ratés) pour duper la clientèle féminine d'une agence matrimoniale douteuse, puis se mettent à leur compte après avoir été virés par la marieuse, avant de rencontrer sur leur chemin un escroc encore plus filou qui se fait passer pour un homme haut placé afin de marier sa fille à de riches partis.

Scénario : Jacques Bernard, Jean Claude Roy.
Musique : Bruno Canfora, François de Roubaix.
Pays : Espagne | France | Italie
Tags : Comédie, Noir blanc et français, Les rois de l'arnaque, PLUS DE RIRE, Des escroqueries, PLUS DE RIRE.

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
voir ce film

Le cinéma français populaire des années soixante fut un âge d’or pour la comédie. Les Combinards, réalisé en 1964, en est un bon exemple, illustrant aussi une sous-catégorie qui fut très à la mode, celle du film à sketches. Mais contrairement aux franco-français Veinards ou autres Parisiennes, Les Combinards est un assemblage européen sur le thème des escrocs, proposant une histoire de vente de tramway municipal à Madrid, un faux malade incurable à Naples et les mésaventures de deux comparses parisiens multipliant les expédients.

La troisième partie, de loin la plus longue, est le segment français, celui que nous attendons tous avec impatience, d’autant plus que ses protagonistes nous font saliver en assurant entre les sketches quelques scènes de liaisons. Par bonheur, c’est aussi la partie la plus réussie du film. Claude et Léo, sympathiques fripouilles, trompent les cœurs de jeunes femmes esseulées, épluchant les petites annonces du Chasseur français, jusqu’au jour où ils tomberont sur un aigrefin encore plus fort qu’eux.

La débrouillardise dont ils font preuve est le moteur burlesque d’un récit qui multiplie les déguisements, les situations parfois incongrues et les seconds rôles pittoresques, à commencer par Mary Marquet, directrice peu scrupuleuse d’une agence matrimoniale et Maria Pacôme, dans un grand numéro de fausse femme du monde. Deux rôles féminins très réussis qui donnent le change à la fantaisie toujours aussi absurde et aérienne de Darry Cowl et à la folie parfois grinçante de Michel Serrault.

Né en 1933, ancien assistant de Jean Gourguet, Guy Lefranc et même Billy Wilder, Jean-Claude Roy est en 1964 un jeune cinéaste qui a plusieurs courts métrages à son actif et deux comédies légères sur les divertissements de Paris. L’année précédente, il signe Les Strip-teaseuses, ces femmes que l’ont croit faciles, sa première œuvre dans le genre érotique dont il deviendra un habitué. On lui doit par exemple Dossier prostitution, Côte d’Azur interdite ou encore Les Confidences de Sandra.

Mais son adaptation contemporaine et sexy des Petites Filles modèles démontre aussi un goût pour la comédie satirique. Le thème des escrocs était à la mode. Godard et Chabrol s’étaient déjà prêtés à un autre film à sketches, Les Plus Belles Escroqueries du monde et en 1965 Molinaro tournera Quand passent les faisans. Contrairement à ce dernier, écrit par Audiard pour la Gaumont, Les Combinards est l’une de ses nombreuses séries B comiques tournées à l’économie et reposant entièrement sur l’inventivité de ses comédiens.

A cette époque, Darry Cowl et Michel Serrault sont des stakhanovistes du rire, courant le cacheton. Prenons l’année des Combinards : 1964. Darry Cowl tournera aussi Les Gros Bras, Les Gorilles, Déclic et des claques, La Bonne Occase et Jaloux comme un tigre qu’il réalise lui-même et dans lequel il engage Serrault. Lequel tournera à son tour dans Moi et les hommes de quarante ans, Cent Briques et des tuiles et La Chasse à l’homme. Certains de ces films, volontiers baptisés nanars par les deux acteurs, ont acquis aujourd’hui un charme particulier grâce à leur liberté de jeu, prolongeant parfois sur le plateau les trouvailles délirantes qu’ils expérimentaient dans les cabarets. 

A voir également
Affiche du film LE DISTRAIT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CARAMBOLAGES

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L INSOLENT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film DATE LIMITE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés