LES DENTS DE LA MER 2

Parrce qu'on y voit un requin détruire un hélicoptère
Fantastique / Horreur - 1978 - Etats-Unis - 115 MIN - VM - interdit aux moins de 12 ans
Quatre ans après les attaques sanglantes des Dents de la mer, un monstre marin est de retour qui attaque la chair fraiche, de préférence. Le chef Brody une nouvelle fois va devoir fourbir ses armes, alors que la mairie de la ville continue de sous-estimer le danger.
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

La mer n’a pas perdu toute ses dents puisque, 3 ans après le film carnassier de Steven Spielberg, l’aventure continue dans ce qu’on appellera bientôt une franchise. Ce second film, en 1978, s’intitule logiquement « Jaws 2 »,

toutefois en France on a préféré le titrer « Les dents de la mer 2ème partie » plutôt que « Les dents de la mer 2 » par crainte du mauvais jeu de mot phonétique.

Le film est signé d’un français très américanisé Jeannot Szwarc, et l’on y retrouve Roy Scheider, en flic intègre, dur au mal, qui va de nouveau faire face au monstre des profondeurs et à l’incurie de l’administration locale. Nous sommes toujours sur la plage tragique, et imaginaire, d’Amity Island.

On retrouve aussi la bonne épouse de l’homme de loi interprété par Lorraine Gary ainsi que Murray Hamilton qui reprend sa défroque de marie, mais Richard Dreyfuss n’est pas là, même si son personnage est mentionné pendant l’action. Au demeurant l’essentiel est là: un nouveau requin blanc plein de dents et avide de croquer du nageur.

Réalisé par

5.3 / 10
5.3 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Roy Scheider

D'abord le grand livre des peurs venues du large, puis un grand film sur l'obsession d'un homme, chasseur de baleine. Le véritable monstre mythologique est peut-être la créature brandissant son harpon, plutôt que la gigantesque bête venue des abîmes.

Jeannot Szwarc

La baleine tueuse est rancunière. Parce qu'on lui a tué son conjoint elle poursuit les hommes jusque dans les ports. Faut se méfier des orques, dans un film produit à une époque où le danger venait décidément de la mer.

FRENCH CONNECTION