Bande Annonce de LES DIABLESDécouvrez la bande Annonce de LES DIABLES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2431/fond/2431_w_500.jpg
Ken Russell
Dudley SuttonGemma JonesMax AdrianOliver ReedVanessa RedgraveBrian MurphyChristopher LogueGeorgina HaleMichael GothardMurray MelvinAndrew FauldsGraham ErmitageJohn Woodvine

LES DIABLES

103 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Ken Russell.

Casting : Dudley Sutton, Gemma Jones, Max Adrian, Oliver Reed, Vanessa Redgrave, Brian Murphy, Christopher Logue, Georgina Hale, Michael Gothard, Murray Melvin, Andrew Faulds, Graham Ermitage. John Woodvine

Synopsis : Dans la bonne ville de Loudun, en l'an de grâce 1634, l'abbé Grandier mène une vie quelque peu débauchée. Et comme il a des prétentions politiques et s'oppose à ce qu'on détruise les murailles de sa ville, les gens de Richelieu cherchent à l'abattre. L'occasion fait le larron quand, au couvent des Ursulines, la mère Jeanne des Anges se déclare possédée par cet homme. C'est le début d'un terrible épisode blasphématoire, où le malin va s'en donner à coeur joie et la politique officielle reprendre ses droits sur la cité.

Scénario : Ken Russell.
Musique : Peter Maxwell-Davies.
Pays : Royaume-Uni
Tags : Drame, Nunsploitation, Passionnant mais dérangeant, Histoires sataniques, Fais-moi mal, Des histoires vraies en costumes, Elles n'ont vraiment pas froid aux yeux, Regards sur la religion, Des femmes historiques, Entre femmes, Histoire de France, Religions, religieux, Politique / Histoire, Les films à voir avant de mourir par Mad Movies.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Au début du 17ème siècle, à Loudun, à une époque où les fléaux se nomment guerre civile et peste un conflit politique dégénère en orgie et possession collective. Tout le clergé, nonnes et abbé, sont possédés. Le Malin a-t-il fait escale dans une nouvelle Sodome ?
Au sortir du Moyen âge, Oliver Reed incarne dans Les diables de Ken Russell un abbé un peu trop tolérant et Vanessa Redgrave une mère Jeanne des anges dont la chair n’est pas triste...

Le film est ouvertement blasphématoire comme pouvait l’être ce cinéma des années 70 où nudité, sexualité et sadisme contribuaient à la destruction des tabous moraux.

Les diables et Salo ou les 120 journées de Sodome restent comme les grands films de transgression de ces années folles. Attention préparez votre eau bénite, voici l’univers flamboyant de Ken Russell.

L’affaire des possédées de Loudun en 1632 ne fut qu’un complot politique de Richelieu pour abattre un prêtre charismatique et trop tolérant notamment envers les protestants. L’Inquisition lâcha ses juges et ses bourreaux sur l’affreux libéral, quand aux nonnes victimes, paraît-il, de visions, on les exorcisa pendant des années.

Sur la base de cet épisode naquit un véritable courant cinématographique délicieusement qualifié par certains de « nunsploitation » : en gros les films de nonne. Le premier film inspiré par l’affaire de Loudun et qui devait influencer tous les autres, fut Mère Jeanne des anges en 1961, signé du Polonais Jerzy Kawalerowicz, œuvre inquiétante et austère qui dénonçait tout à la fois les dogmes religieux et communistes. Les italiens donnèrent ensuite beaucoup dans la nonne en folie de série B, le Vatican hurlant à chaque fois au blasphème. On se souvient aussi de La religieuse de Rivette en 1966, d’après Diderot. Enfin, l’apocalypse vint avec L’exorciste de Friedkin en 1973. Possession, blasphème, lubricité, voilà ce qui intéresse Ken Russell y compris dans ses autres films qu’ils soient dans l’univers musical (Music Lovers, Mahler, Tommy) ou non. Magicien noir du cinéma anglais - il signera d’ailleurs et bien plus tard un film intitulé Gothic - Russell s’est inspiré du livre très documenté de son compatriote Aldous Huxley Les diables de Loudun, étude d’histoire et de psychologie et de la pièce de John Whiting qui en a été tirée.

Après avoir tourné deux ans auparavant dans Love avec la grande Glenda Jackson le cinéaste lui proposa le rôle de sœur Jeanne. Cette fois Jackson refusa le rôle parce qu’elle ne voulait plus jouer les folles hystériques et sexuellement dépravées. Vanessa Redgrave incarna alors, au sens premier du terme, cette religieuse livrée au sabbat. Oliver Reed n’hésita pas : lui qui était aussi de l’aventure Love devait considérer que dans le rôle maudit de l’abbé Grandier il avait livré sa plus belle prestation d’acteur. Tourné durant l’été 1970 le film connu une sortie difficile. Il fut interdit en Italie et les deux acteurs principaux y furent interdits de séjour parce qu’ils y étaient passibles de trois ans d’emprisonnements. Partout ailleurs Les diables impressionna toute une génération et conforta Ken Russell dans son statut de cinéaste cruel et baroque. Depuis, les couvents en ont vu d’autres.

A voir également
Affiche du film THE PLEDGE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VOUS ALLEZ RENCONTRER UN BEL ET SOMBRE INCONNU

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LISZTOMANIA

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L EXORCISTE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés