LES ENFANTS DU PARADIS

Disponible dans le Pass Illimité
Parce que le Paris de Carné Prévert est "tout petit pour ceux qui s'aiment d'un grand amour"
Drame - 1945 - France - 182 MIN - VF - HD - Tous publics

Paris, 1828. Dans la foule présente sur le boulevard du Crime, le mime Debureau, par son témoignage muet, sauve Garance d'une "erreur judiciaire". Celle-ci, femme libre et audacieuse, intimide Debureau, qui n'ose pas lui déclarer franchement son amour. A la place, il épouse Nathalie, la fille du directeur du Théâtre des Funambules. Garance, bien qu'elle aime Baptise en secret, entame une liaison avec un jeune acteur prometteur, Frédérick Lemaître. Tous se voient bientôt réunis au Théâtre des Funambules ...

Réalisé par

8.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR
"Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’un aussi grand amour…". La phrase de Garance, alias Arletty, a traversé les générations, contribuant à faire des Enfants du Paradis l’un des films les plus mythiques du cinéma français. Mythique par son duo de créateurs, Marcel Carne et Jacques Prévert, par l’intensité du jeu de Jean-Louis Barrault, la séduction d’Arletty, la poésie des décors signés Alexandre Trauner, et les difficultés rencontrées pendant le tournage, en pleine Occupation.

Avec le recul, Marcel Carne lui-même reconnaissait sa folie d’entreprendre un film d’une telle ambition à une époque où la France manquait de tout. Poussé par le producteur André Paulve – lui-même convaincu par l’immense succès des Visiteurs du soir, sorti en 1942 - Carne et Prévert cherchaient une nouvelle idée, quand Jean-Louis Barrault leur fit part de sa passion pour le mime Debureau, vedette du Théâtre des funambules dans le Paris du XIXe siècle. Carne quitta Nice pour Paris, décidé à se documenter sur le sujet, et c’est dans un livre consacré au théâtre qu’il découvrit que le balcon était à l’époque surnommé "le paradis".

En dépit du contexte difficile, de l’interruption du tournage pendant trois mois sur ordre de Vichy, du stress de la débutante Maria Casares, des pannes d’électricité et du manque de pellicule, le film sortit en mars 1945. Beaucoup plus long que les films de l’époque, il fut présenté en deux parties coupées par un entracte : Le Boulevard du crime, suivi de L’Homme Blanc. 45 semaines plus tard, le public venait toujours aussi nombreux applaudir Les Enfants du Paradis, qui se vit même élire par les critiques Meilleur Film de tous les temps à l'occasion du centenaire du cinéma.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Marcel Carné

HOTEL DU NORD

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité