LES FANTÔMES D'ISMAËL

À partir de 7.99 €
Arnaud Desplechin brasse une fois encore avec brio l'amour et la création, la mémoire et le présent
Drame - 2017 - France - 130 MIN - VF - HD - Tous publics
Ismaël Vuillard réalise le portrait d'Ivan, un diplomate atypique inspiré de son frère. Avec Bloom, son maître et beau-père, Ismaël ne se remet pas de la mort de Carlotta, disparue il y a vingt ans. Aux côtés de Sylvia, Ismaël est heureux. Mais un jour, Carlotta, déclarée officiellement morte, revient...

Réalisé par

5.6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

« Sitôt passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre ». C’est l’angoissant carton qui, dans Nosferatu le vampire le film réalisé en 1922 par Murnau, accompagne l’arrivée au château de Nosferatu dans les Carpates du jeune agent immobilier Thomas Hutter. Et c’est alors que les ennuis commencent. Le cinéma a donc toujours aimé les fantômes. Le cinéaste cinéphile Arnaud Desplechin devait bien un jour s’intéresser à un fantôme…

Et c’est précisément ce qu’il a fait en 2017 avec son douzième film, Les Fantômes d’Ismaël  dont le synopsis tient en une simple et unique phrase : « A la veille du tournage de son nouveau film, la vie d’un cinéaste est chamboulée par la réapparition d’un amour disparu… ». Le cinéaste est joué par Mathieu Amalric tandis que Charlotte Gainsbourg incarne sa compagne et qu’il revient à Marion Cotillard de jouer la revenante, celle qui remet tout en cause. Le vrai-faux fantôme, c’est elle.

Dans une superbe note d’intention, Arnaud Desplechin va un peu plus loin et résume ainsi son film : « C’est le portrait d’Ivan, un diplomate qui traverse le monde sans rien y comprendre. C’est le portrait d’Ismaël qui traverse la vie sans rien y comprendre non plus. C’est le retour d’une femme d’entre les morts. C’est aussi un film d’espionnage. » Mais il est temps d’aller nous aussi à la rencontre de ces fantômes…

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Mathieu Amalric

La diplomatie fait partie intégrante des thèmes abordés par Arnaud Desplechin. Comme dans le film de Bertrand Tavernier qui oscille entre gravité et légèreté.

Arnaud Desplechin

Une autre variation, plus légère, sur le thème du fantôme, cette fois masculin.

BARBARA

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité