Les fantômes de Goya

Bientôt disponible
Parce que c'était un projet que Milos Forman portait depuis plus de 50 ans
Politique / Histoire - 2007 - Espagne | Etats-Unis - 114 MIN - Tous publics
Madrid, 1792. L’Inquisition connaît un nouvel âge d’or. Choqué par des estampes satiriques signées Goya qu’il a vues dans la rue, le frère Lorenzo forme des groupes de laïcs chargés de traquer les hérétiques. Il emprisonne et torture ainsi Inès, fille d’un riche marchand et modèle de Goya. Grâce au peintre qui fait le portrait de Lorenzo, le père de la jeune fille entreprend de se venger de l’Inquisiteur à sa façon. 

Réalisé par

5.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

C’est dans les années cinquante, alors qu’il vivait encore en Tchécoslovaquie, que Milos Forman a eu l’idée d’un film qui deviendrait en 2005 Les Fantômes de Goya. À l’époque, il venait de lire un ouvrage sur l’Inquisition espagnole et avait été frappée par les similitudes de ces méthodes de terreur avec celles du régime communiste dans lequel il vivait. Notamment, explique-t-il, la capacité à faire avouer aux gens des crimes qu’ils n’avaient pas commis. Mais justement, à cause de ces similitudes, il ne pouvait envisager alors de mettre en chantier un tel film.

Près de cinquante ans plus tard, en se promenant en Espagne avec son ami Jean-Claude Carrière, avec qui il avait écrit Taking Off et Valmont, Forman a repensé à son projet et a décidé de le mettre en chantier. Les toiles de Goya admirées au musée du Prado à Madrid et particulièrement son travail sur les corps distordus lui ont donné envie de faire de cet artiste un témoin privilégié de l’évolution politique de son protagoniste, un Inquisiteur qui devient révolutionnaire.

Plusieurs toiles de Goya se retrouvent ainsi dans le film. Parmi les plus célèbres : son Autoportrait, Charles IV et sa famille ainsi que Les Fusillades du trois mai. Au départ, la production pensait pouvoir emprunter les originaux le temps de les installer dans le studio et de faire jouer les acteurs devant. Mais le seul montant des assurances pour protéger ces œuvres était plus élevé que le budget entier du film. Forman a donc dû se résoudre à filmer les plans avec de vraies toiles à l’intérieur même de l’enceinte du Prado. 

Contexte

Javier Bardem

un autre film de Forman produit par Saul Zaents mettant en scène un artiste du XVIIIe siècle

Milos Forman

une autre approche de la vie du peintre Goya

NO COUNTRY FOR OLD MEN

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité