LES FEMMES DU 6E ÉTAGE

2011
102 mn
c'est pas si fréquent, un film aussi chaleureux et attendrissant !
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
En 1962, Jean-Louis Joubert, agent de change en pleine réussite, voit son traintrain chamboulé par l’arrivée d’une bonne espagnole parfaite. Il découvre la vie de sa petite communauté féminine, vivant au 6e étage de son immeuble. Il se met en tête de les aider. Sa femme, maladivement jalouse, le croit amoureux d’une de ses clientes, reine des nuits parisiennes, et le congédie de l...
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Comédie
France
Tous publics
VF

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Avec Les Femmes du 6e étage, Fabrice Luchini retrouve pour la troisième fois le réalisateur Philippe Le Guay, après L’Année Juliette et Le Coût de la vie. Il apparaît comme le mari de Sandrine Kiberlain pour la troisième fois également, après Beaumarchais l’insolent, dernier film de cinéma de Edouard Molinaro et Rien sur Robert de Pascal Bonitzer.

Le Guay adapte librement quelques souvenirs autobiographiques. Elevé par Lourdes, une bonne espagnole, il se remémore avec tendresse son père, agent de change dans les années 60. Il tourne à quelques pas de l’école de son enfance et utilise les anecdotes véridiques du curé de la paroisse de la rue de la Pompe qui, à l’époque, agissait en tant que bureau de placement pour jeunes espagnoles récemment arrivées en France.

Son sixième film a bénéficié de sa première invitation dans un grand festival, le temps d’une projection Hors compétition à Berlin. Sans Luchini ni Kiberlain, il était entouré de la pétulante Carmen Maura et de la superbe Argentine Natalia Verbeke que vous allez découvrir après l’avoir peut-être vue dans Le Fils de la mariée (avec Ricardo Darin), dans Attraction fatale (Dot the I), un des seuls rôles américain de Gael García Bernal, dans La Méthode ou GAL avec José Garcia dans l’un de ses rares rôles espagnols.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LA NANA (SEBASTIÁN SILVA, 2009) (Comment le traintrain d’une famille bourgeoise est perturbé par les sautes d’humeur de la bonne de la maison.) ou encore ESPAÑOLAS EN PARÍS (DES ESPAGNOLES À PARIS, ROBERTO BODEGAS, 1971) (Tourné par un cinéaste lui-même exilé à Paris, un film choral qui dresse les portraits doux-amers et militants de bonnes espagnoles dans les années 60).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné