Bande Annonce de LES MALHEURS D'ALFREDDécouvrez la bande Annonce de LES MALHEURS D'ALFRED sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5269/fond/5269_w_500.jpg
Pierre Richard
Annie DupereyPierre MondyPierre RichardJean CarmetMario DavidPaul PrébostFrancis LaxJean RochefortYves Robert

LES MALHEURS D'ALFRED

89 mn

Note de SensCritique :

5.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pierre Richard.

Casting : Annie Duperey, Pierre Mondy, Pierre Richard, Jean Carmet, Mario David, Paul Prébost, Francis Lax, Jean Rochefort. Yves Robert

Synopsis : Alfred va de catastrophe en malchance. Un suicide raté l’amène à rencontrer une belle speakerine désespérée après une aventure désastreuse. Ils tentent de s’aider mutuellement mais elle aime encore son amant, un arrogant présentateur. Alfred se retrouve un peu par hasard candidat à jeu télévisé populaire où, contre toute attente, il devient un gagnant gênant et certifié.

Scénario : Pierre Richard, Roland Topor.
Musique : Vladimir Cosma.
Pays : France
Tags : Comédie.

Film pas encore disponible

Lorsque Pierre Richard réalise et interprète Les Malheurs d’Alfred en 72, il est, malgré le succès de son premier film Le Distrait, dans une phase de transition. Il n’est plus le jeune humoriste révélé par son duo scénique avec Victor Lanoux, mais n’est pas encore la superstar comique qu’il sera très vite, notamment après ses rencontres avec Claude Zidi et Francis Veber.

Le Distrait ayant été un succès surprise, Richard bénéficie d’une liberté plus grande. Il retrouve donc son ami coscénariste, l’écrivain de science-fiction André Ruellan, mais appelle également pour les aider l’un des écrivains les plus originaux de l’époque, Roland Topor. Le trio concocte une suite de saynètes comiques à l’humour souvent absurde, et s’en prennent notamment aux jeux télévisés, présentés comme un instrument d’abrutissement de la population. Le ton souvent grinçant de la satire des médias et de la société au cœur du film est bien dans l’esprit de l’époque, entre les Monty Python et la revue Hara-Kiri.

La réussite que constitue Les Malheurs d’Alfred rappelle l’originalité du Pierre Richard cinéaste, ainsi que la verve satirique de ses trois auteurs. En évoquant une émission basée sur des compétitions dans des petites villes de province, ils se moquent bien sûr d'Intervilles, émission-phare de Guy Lux dans dès le début des années 60.

Les Malheurs d’Alfred permet donc de se remémorer une époque où Pierre Richard, avant les triomphes de ses duos avec Jane Birkin ou Depardieu, se voyait bien dans la noble lignée des Tati, Chaplin ou autres Keaton. C’est-à-dire comme un comique se mettant lui-même en scène au sein de son univers propre, à la fois « poétique et destructeur», selon les mots de l’artiste.

C’est sur les conseils d’Yves Robert, son mentor en cinéma, que Richard s’est lancé. Robert, qui avait donné son premier vrai rôle à Richard dans Alexandre le bienheureux, lui avait fait remarquer qu’il était davantage un personnage qu’un comédien traditionnel. Il lui fallait donc se prendre en main, réaliser ses propres films, ou courir le risque d’être peu employé par des cinéastes français en général intéressés par des comédiens plus traditionnels. Richard a très précisément fait cela et, après avoir convaincu Alain Poiré, patron de la Gaumont de l’époque, s’est vite retrouvé à la tête du Distrait qui a, contre toute attente, rencontré le public. Il a aussi séduit, par des fausses pubs et son humour acide, une certaine partie de la presse underground, qui y a perçu un souffle nouveau. Pour Les Malheurs d’Alfred, Richard se donne bien entendu plus de moyens. Il est conseillé par l’assistant réalisateur de Robert, Marco Pico, qui lui apprend à mieux cadrer et penser l’impact visuel de ses gags. Richard laisse libre cours à une veine volontairement dévastatrice et sarcastique, s’attaquant, après le monde de la publicité, à celui de la télévision. La noirceur dans la satire renvoie à un aspect violent, parfois presque anarchiste de l’acteur/réalisateur, que les années suivantes vont un peu émousser. Une noirceur contrebalancée par la naïveté du Pierrot lunaire de Richard, dont le personnage est déjà bien en place.

Le succès des Malheurs d’Alfred n’aura pas vraiment de suite. Quelques mois plus tard, Le Grand Blond avec une chaussure noire envahit en effet presque tous les écrans de France. La vedette Pierre Richard change immédiatement de statut, et devient une superstar. Une opération qui, au bout du compte, va se faire un peu au détriment du cinéaste Richard.

Les Malheurs d'Alfred est une comédie satirique sur le monde de la télé réalisé par Pierre Richard, coécrite par Roland Topor (d'après son idée), Yves Robert et André Ruellan qui met en scéne (sur une musique composée par Vladimir Cosma) Alfred Dhumonttyé (Pierre Richard), ...

Lire la suite
8
Eric31
le contexte
  • Egalement interprété par
    Pierre Richard
  • Pas si éloigné
    Une satire plus dramatique mais tout aussi féroce que Les Malheurs d'ALfred de la télévision et de ses présentateurs faussement sympathiques.
  • Egalement realisé par
    Pierre Richard
  • Dans le même genre
    Avec Le Distrait, le cinéaste Richard pose le personnage Pierre. Il en profite pour critiquer la France des années 1970 avec une verve que l'on retrouve dans Les Malheurs d'Alfred.
A voir également
Affiche du film LES MALHEURS D ALFRED (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LA CHÈVRE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE DISTRAIT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés