Les Maraudeurs attaquent

À partir de 2.99 €
Guerre / Western - 1962 - Etats-Unis - 98 MIN - VO - Tous publics
En janvier 1944, alors que les troupes américaines ont trouvé refuge en Inde, un régiment de volontaires (les « maraudeurs ») emmenés par le général Frank Merrill s’enfoncent de trois cents kilomètres dans la jungle birmane occupée par les Japonais. Les hommes de Merrill réussissent à s’emparer d’une position stratégique : Walawbum. Mais après cet exploit, alors que tous espèrent regagner l’Inde, le général Stilwell ordonne que le régiment continue sa progression sur huit cent kilomètres pour s’emparer de la base de Myitkyina.

Réalisé par

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Quand la Warner lui a proposé de tourner Les maraudeurs attaquent, Samuel Fuller avait déjà réalisé plusieurs films de guerre, comme Baïonnette au canon et J’ai vécu l’enfer de Corée. Mais aucun ne portait sur la Seconde Guerre mondiale pour laquelle le cinéaste avait lui-même combattu de 1942 et 1945. Or, c’est précisément cette raison qui l’a amené à refuser le projet dans un premier temps. Il ne voulait pas adapter le livre et les récits d’un autre sur ce qu’il avait lui-même vécu et dont il projetait déjà à l’époque de faire un film. Finalement un des dirigeants de la Warner a su le convaincre que ce film, qui se rapportait à un épisode précis du conflit dans le Pacifique, n’empêcherait en rien son projet personnel. C’est ainsi que Fuller a choisi de mettre dans ces Maraudeurs tout ce qu’il ne comptait pas faire figurer dans The Big Red One, qu’il a d’abord écrit sous forme d’un livre avant d’en faire un film en 1980.

Fuller a écrit Les maraudeurs attaquent avec son producteur Milton Sperling. Et même si le cinéaste a expliqué plus tard qu’il avait dû beaucoup s’impliquer dans ce travail d’écriture, il bénéficiait d’un point de départ solide : le livre de Charles Ogburn, JR., écrit selon ses dires comme « un strict rapport militaire ». L’ouvrage rapporte des faits authentiques : l’odyssée d’une unité de trois mille soldats volontaires qui, en 1944, sous le commandement du général Frank Merrill ont lutté contre les Japonais en Birmanie alors que le gros de l’armée américaine avait été repoussé en Inde. De l’écriture au tournage, Fuller a pu s’appuyer sur son conseiller technique le général Sam Wilson, qui avait combattu au côté de Merrill et avec lequel Fuller s’est très bien entendu.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Samuel Fuller

LA FLÈCHE BRISÉE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité