LES MENTEURS

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Drame - 1996 - France - 104 MIN - VF - Tous publics
Il faut mentir, il n'est pas d'autre règle ! Mentir, flatter, duper, séduire... Sinon, comment Daisy, avec ses vingt ans, son ambition, son rêve de faire du cinéma, ferait-elle pour s'introduire dans la vie des personnes qu'elle admire ? Tout comme Zac Marny, un célèbre metteur en scène qui vit avec l'actrice Hélène Miller, ou tout comme Marcus Doumer, le producteur de Zac... Mais...
4.6 / 10
4.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Comment écrit-on un film ? Par quelles phases passe un scénariste avant de taper le mot fin sur la dernière page de son script ? Si toutes ces questions vous intéressent, alors Les menteurs est indéniablement fait pour vous. C’est à la fois un thriller, une comédie romantique, mais tout ça ce ne sont pour Elie Chouraqui que des prétextes pour vous entraîner dans les coulisses de la création cinématographique, où tout ou presque n’est que… mensonge.  

Qu’ils soient acteurs, actrice, scénariste, metteur en scène, producteur, tous mentent dans ce film. C’est même leur métier à chacun. Ils mentent parce qu’ils leur faut séduire le public, plaire à une comédienne, ou convaincre un financier. Alors tous les coups sont permis. Et même lorsqu’ils ne sont pas encore du métier, ils mentent ! A l’image de Daisy (Valeria Bruni) qui rêve d’écrire pour le cinéma et feint un malaise pour entrer dans l’intimité d’un scénariste à succès, Zac Marny (Jean-Hugues Anglade) et de sa femme, une prestigieuse actric (Lorraine Bracco). Seulement voilà, lorsque Daisy pénètre leur intimité, Zac a disparu…  

Elie Chouraqui sort du succès des Marmottes lorsqu’il décide de réunir un casting transgénérationnel : Sami Frey, l’actrice américaine Lorraine Bracco (Les Affranchis), Jean-Hugues Anglade (qu’il venait de diriger dans Les Marmottes) et de toutes jeunes Valéria Bruni et Julie Gayet. Une très intéressante bande de menteurs. 

 
Dans le même genre vous pouvez trouver UN HOMME IDÉAL (2015) (Ici aussi, le mensonge appelle le mensonge dans des proportions spectaculaires...) ou encore GONE GIRL (2015) (David Fincher élève au génie l'art du mensonge .).

Réalisé par

Même réal

Même casting

Pas si éloigné