Bande Annonce de LES MISÉRABLES : 1 - UNE TEMPÊTE SOUS UN CRÂNEDécouvrez la bande Annonce de LES MISÉRABLES : 1 - UNE TEMPÊTE SOUS UN CRÂNE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5064/fond/5064_w_500.jpg
Raymond Bernard
Charles VanelHarry BaurFlorelleHenry KraussIrma PerrotGaby TriquetPaul Azaïs

LES MISÉRABLES : 1 - UNE TEMPÊTE SOUS UN CRÂNE

111 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Raymond Bernard.

Casting : Charles Vanel, Harry Baur, Florelle, Henry Krauss, Irma Perrot, Gaby Triquet. Paul Azaïs

Synopsis : Jean Valjean, un ancien forçat, s'est refait une place dans la société sous le nom de M. Madeleine. Il s'intéresse à Fantine, une pauvre malheureuse, et sa fille, la petite Cosette, placée chez un couple d'aubergistes, les Thénardier. Mais un policier inflexible, Javert a l'œil sur lui et veut lui faire payer un vol qu'il a commis autrefois. La vérité sur son passé va-t-elle éclater ?  

Scénario : André Lang, Raymond Bernard.
Musique : Arthur Honneger.
Pays : France
Tags : Drame, Littérature classique, Longs et bons, Dans la misère, Littérature française.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Qui ne connaît l'histoire de Jean Valjean, Cosette et Javert ? Les misérables fait partie depuis sa parution, en 1862, du patrimoine littéraire français. On sait moins qu'il ne fallut pas longtemps pour que le cinéma s'en empare. En 1909, le classique de Victor Hugo était déjà porté à l'écran par l'Américain James Stuart Blackton.  Treize autres films en seront tiré au long des années, la plus imposante reste sans conteste celle de Raymond Bernard.

D'abord parce que la plus foisonnante (au point d'être en trois parties) et probablement la plus proche du roman. Ensuite par la puissance de sa mise en scène comme de sa distribution. On peut parler de superproduction  vu les moyens mis à disposition de Bernard par Pathé, de l'équipe technique à la distribution : le haut du panier (Harry Baur, Charles Dullin, Charles Vanel ou Orane Demazis, tout juste sortie de la trilogie marseillaise de Pagnol) tandis que le Paris de la fin du 19e siècle est magistralement reconstitué.

L'influence majeure de ces Misérables-là reste le cinéma expressioniste allemand, notamment les cadrages penchés, et le principe des ombres portées. Ce parti pris modernise le principe d'une vision de la France postnapoléonienne, des dernières heures des fastes de l'aristocratie à la Cour des Miracles des quartiers pauvres. Porté par l'ambition des grandes épopées, cette fresque, à la fois sobre et lyrique, fait plus encore passer le souffle de l'Histoire, qu'elle soit d'Hugo ou de France.

 

Raymond Bernard est un des cinéastes oubliés dans les histoires du cinéma français. Dans les années 20 et 30, il était pourtant un des réalisateurs les plus révérés, entre autres parce que l'un des seuls capables d'être aux commandes de films rivalisant avec les grosses productions américaines. Ayant échappé à l'enrôlement sur le front de la guerre de 14-18, il fait ses armes à la Gaumont où il rejoint son père, le dramaturge Tristan Bernard, alors scénariste sous contrat , avant de grimper les échelons : assistant-réalisateur puis réalisateur.

En 1923, il remplace au pied levé Robert Boudrioz sur Le miracle des loups, un film en costume qui sera un énorme succès du cinéma muet. Bernard est alors engagé chez Pathé où le producteur Bernard Natan lui propose de porter à l'écran, Les croix de bois, populaire roman sur fond de premiere guerre mondiale pour un triomphe public et critique. Natan lui confie alors Les misérables, convaincu que le texte d'Hugo peut résonner dans une époque de dépression généralisée.

Le succès fut effectivement au rendez-vous, mais atténué par un triste hasard de calendrier. Trois jours après la première du film, le 3 février 1934, des émeutes contre le régime de la IIIe république éclatèrent, qui menèrent à une banqueroute du pays. Et par ricochet, celle de l'industrie du cinéma, qui abandonna rapidement la production de fresque pour des oeuvres plus intimes et réalistes, qui permit l'avènement du réalisme poétique. Pathé ressortira finalement Les Misérables en mai 35 dans une version raccourcie de près de cinq heures à deux heures et demie, avant qu'un remontage en deux parties voie le jour en 1944, expurgé de tout ce qui pourrait faire référence à la révolution ou à un éveil politique, seconde guerre mondiale oblige. Celle-ci met un coup à la carrière de Bernard, juif qui doit se cacher durant l'Occupation : s'il tourne par la suite une dizaine de films, il ne retrouvera jamais le faste ni l'inspiration des Misérables.

le contexte
A voir également
Affiche du film LES MISÉRABLES : 2 - LES THÉNARDIER

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES MISÉRABLES : 3 - LIBERTÉ, LIBERTÉ CHÉRIE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES MISÉRABLES (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film WINTER S BONE

à partir de

9.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés