Bande Annonce de Les nuits d'étéDécouvrez la bande Annonce de Les nuits d'été sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7137/fond/7137_w_500.jpg
Mario Fanfani
Clément SibonyGuillaume de TonquédecJeanne BalibarMathieu SpinosiNicolas BouchaudJean-Benoît MolletJulia ArtamonovMar SodupePierre LottinSaturnin Konaté-DecourchelleYannick Choirat

Les nuits d'été

100 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Mario Fanfani.

Casting : Clément Sibony, Guillaume de Tonquédec, Jeanne Balibar, Mathieu Spinosi, Nicolas Bouchaud, Jean-Benoît Mollet, Julia Artamonov, Mar Sodupe, Pierre Lottin, Saturnin Konaté-Decourchelle. Yannick Choirat

Synopsis : Metz, 1959.Michel, notaire de son état, et sa femme Hélène forment un couple bourgeois qui se fond dans la masse.Pourtant Michel a un secret : tous les week-ends, il rejoint sa résidence secondaire, pour se travestir en femme. D'autres travestis le rejoignent, à commencer par Flavia, un ancien camarade de la guerre de 39/45. La villa devient peu à peu un point de raliement de tous les marginaux de la région, qui se sentent libres au milieu des leurs. Jusqu'au jour où le secret de ces rencontres est percé...

Scénario : Gaëlle Macé, Mario Fanfani.
Musique : Rodolphe Burger.
Pays : France

à partir de

9.99
voir ce film
Ce film de Mario Fanfani se situe en Lorraine, au fin fond de la Province, à la fin de ces années 50 qui n’incitent guère à sortir des rails. Le personnage central du film est un respectable notaire, bon mari, bon père de famille, bon bourgeois. Qui n’a qu’une seule faiblesse… Celle de rejoindre chaque week-end un groupe d’amis qui comme lui aiment se travestir…

C’est ainsi que Michel devient Mylène, au milieu d’une petite communauté solidaire qui ne cherche pas à provoquer, mais à vivre pleinement sa différence. Nous sommes troublés. Non par pudibonderie. Mais parce que l’ambiguïté sexuelle pose nécessairement des questions sur la solidité de nos propres certitudes.

Quelques mois après Une nouvelle amie, avec Romain Duris, le sujet est dans l’air. Mais Fanfani n’est pas Ozon. Dont il ne partage pas l’ironie. Même si Nuits d’été est un premier film et qu’il faille attendre que le cinéaste avance dans la carrière pour se dévoiler. Même si nous avons en mémoire ses courts métrages marseillais militant pour une plus grande empathie envers les malades du sida.
Il est un aspect du film qui n’apparaît pas immédiatement mais se révèle d’une importance capitale, c’est la proximité des guerres. La date de 1959 n’a pas été retenue pour rien. Les combattants de le Seconde guerre mondiale sont encore dans la force de l’âge alors que les jeunes appelés sont entraînés dans le conflit algérien. Ce double traumatisme est incontestablement une blessure. Une blessure suffisamment douloureuse pour expliquer qu’il soit nécessaire de se projeter dans un autre monde, étrange mais chaleureux. Nul doute que pour cette raison le film ne s’adresse pas seulement à ceux qui se posent des questions sur leur identité sexuelle, même si le Festival de Venise a cru bon de lui accorder un lion queer. Pas cuir, queer. Un mot qui rime avec gay, lesbien et trans…

Mais le film n’aurait pas cet impact s’il ne doublait l’originalité de son propos par l’acuité de son regard. Fanfani ne force jamais le trait, refusant de faire de ses personnages de grandes extravagantes, type Priscilla folle du désert. Car si le film refuse clairement la voie du réalisme, c’est pour nous baigner dans une atmosphère éthérée, diaphane. Le cinéaste a soigné ses images, imposant un format 4/3 à l’opposé des cadres larges qui triomphent aujourd’hui. A l’exception des scènes de cabaret, ses couleurs semblent passées, lointaines. Et les costumes, les décors s’accordent quelques fantaisies, flirtant avec les anachronismes, pour mieux se jouer d’un réalisme terre à terre. 

Difficile de se quitter sans dire quelques mots des comédiens, irréprochables, et notamment de Guillaume de Tonquédec, qui se donne corps et âme au personnage de Michel/ Mylène. Sans jamais laisser percer ne serait-ce qu’une once d’ironie ou de second degré. Les répétitions ont été longues et le comédien n’a rien lâché tant qu’il ne se sentait à l’aise dans la peau du personnage, avec ses faux seins et ses chaussures à talon. Il faut dire, qu’à l’instar de la plupart des acteurs du film, notre homme est plus habitué aux planches qu’aux plateaux. Fanfani en a tenu compte, privilégiant le plan-séquence pour donner de l’air à ceux qui avaient pour charge de faire vivre les personnages.
 
le contexte
A voir également
Affiche du film Voir la mer
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Code 46

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Jimmy P. (Psychothérapie d un indien des plaines)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Nathalie...

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film GUARDIANS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film COLOSSAL

à partir de

6.99
 
Affiche du film SAGE FEMME

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LOUISE EN HIVER

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GRAVE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Nikita

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés