Bande Annonce de LES PORTES DE LA NUITDécouvrez la bande Annonce de LES PORTES DE LA NUIT sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/827/fond/827_w_500.jpg
Marcel Carne
Nathalie NattierYves MontandDany RobinJean VilarJeanne MarkenJulien CaretteMady BerryPierre BrasseurRaymond BussièresSaturnin FabreSerge ReggianiSylvia BatailleChristian SimonFabien LorisGabrielle FontanJean MaximeRené Blancard

LES PORTES DE LA NUIT

106 mn

Note de SensCritique :

6.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Marcel Carne.

Casting : Nathalie Nattier, Yves Montand, Dany Robin, Jean Vilar, Jeanne Marken, Julien Carette, Mady Berry, Pierre Brasseur, Raymond Bussières, Saturnin Fabre, Serge Reggiani, Sylvia Bataille, Christian Simon, Fabien Loris, Gabrielle Fontan, Jean Maxime. René Blancard

Synopsis : Février 1945 à Paris, Jean Diego se rend un soir chez la femme de son copain, Raymond Lécuyer, pour lui annoncer la mort de son mari, éxécuté par les Allemands. Or, Raymond est bel et bien vivant. Pendant qu’ils fêtent ces retrouvailles, un clochard, qui se présente implicitement comme le Destin, annonce à Jean qu'il va rencontrer, dans les heures à venir, "la plus belle fille au monde". La prophétie se réalise au cours de la nuit.  

Scénario : Jacques Prévert.
Musique : Jospeh Kosma.
Pays : France
Tags : Drame, La guerre est finie, Sous l’Occup', Michel Gomez, La Ville lumière, Des couples tristes, La France en noir et blanc, En noir et blanc.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Automne 1945 à Paris. Bien qu’il sorte de deux immenses succès – à savoir « Les Visiteurs du soir » et « Les Enfants du paradis » – le tandem Marcel Carné/Jacques Prévert peine à monter de nouveaux projets. Plusieurs échouent, dont l’idée d’une version de « Candide » avec Gérard Philipe qui capote car le producteur passe sous un camion Avenue des Champs Elysées.
Arrive alors  la société Pathé. Elle veut organiser le grand retour conjoint de Jean Gabin, absent des écrans français depuis le début de la guerre, et de Marlène Dietrich qui partage alors l’existence de celui-ci. Le sujet, Carné et Prévert le trouvent en assistant à un ballet de Roland Petit dont il ne restera pourtant grand-chose à l’arrivée, l’histoire d’un ouvrier qui va vivre un amour fulgurant en une seule nuit.
Mais pour Carné, il est dit rien ne doit se passer comme prévu. Le studio américain RKO qui doit cofinancer se retire lorsqu’il prend connaissance de la présence du couple scandaleux Gabin/Dietrich. Puis Marlène Dietrich exige des modifications du scénario, que Prévert se hâte de ne pas effectuer. Elle quitte le projet qui se met à traîner. Gabin se prévaut des retards pour s’en aller à son tour. Il part tourner un "Martin Roumagnac" avec Marlène Dietrich. Les « Portes de la nuit » se trouve en panne.
Mais fort de son sujet, de son scénario et de sa distribution de complément pour le moins brillante – en vrac, Serge Reggiani, Carette, Pierre Brasseur, Saturnin Fabre - Carné transforme son handicap en argument publicitaire. Il décide de faire appel à des débutants pour les deux rôles principaux : Nathalie Nattier, vaguement vue dans « l’Idiot » de George Lampin, et qui lui est recommandée par Edwige Feuillère. Et Yves Montand dont le tour de chant triomphe chaque jour davantage sur la scène du théâtre de l’Etoile.
Montand n’a jusque là tourné qu’un petit rôle au cinéma au côté de sa compagne du moment, Edith Piaf, qui intervient tous les jours ou presque – et donc avec succès - auprès de Carné pour que son protégé apparaisse sur l’écran, dans son premier vrai rôle.

Le tournage des « Portes de la nuit » se déroule péniblement. Parce qu’il est long - prés de dix mois- . Parce qu’il se passe souvent de nuit. Parce qu’il fait un froid glacial.  Les scènes qui ouvrent et ferment le film se déroulent à la station de métro Barbès. Elles donnent lieu à des débats qui continueront sous forme polémique après la sortie du film. Car si le décor est indispensable au film,  la vraie station n’est pas utilisable du tout, sauf à dépenser une fortune en figuration de nuit et à bloquer une partie de la circulation. La station est donc reconstituée en studio par Alexandre Trauner, sur deux plateaux de Joinville, là ou a été tourné « Le Quai des brumes ».
Le décor est même entièrement bâché, afin que l’on puisse y tourner dans la journée les scènes se déroulant de nuit. Toujours soucieuse de publicité, la production convie la presse à admirer ses décors, avec des retours de bâton inattendus. Certains chroniqueurs – Henri Jeanson en tête ! - parlent de mégalomanie et de caprices ruineux.
Deuxième sujet de friction dans cette immédiate après guerre marquée par des tensions encore brûlante, les « Portes de la nuit » délivre une vision assez binaire du passé, et montre soit des ouvriers résistants, soit des bourgeois collaborateurs. Des incidents plutôt vifs sur le sujet émailleront certaines projections sur les Champs-élysées.
Enfin troisième hiatus dans la communication,  les retrouvailles avec le tandem Carné/Prévert présentent sur le coup une drôle d’apparence pour les spectateurs. La symbolique du destin, le réalisme poétique, la noirceur sans exutoire, comme dans « Le Quai des brumes » ou « Le Jour se lève » avant la guerre, tout semble se dérouler comme si rien ne s’était passé entretemps, comme si la guerre n’avait pas existé et que la même source d’inspiration était inépuisable.
En conséquence de quoi une partie de la critique se révèle plutôt négative, tandis que le film – qui a coûté cher – se transforme en échec financier. Le responsable de la production de Pathé Raymond Borderie y perd son poste.
Marcel Carné se reprochera toujours de ne pas avoir modifié les dialogues d’Yves Montand et Nathalie Nattier initialement prévus pour Gabin et Dietrich. La  carrière de Nathalie Nattier piétinera, celle de Montand – au cinéma - devra attendre « le Salaire de la peur » pour décoller. Mais celui ci a cependant découvert un homme et un auteur, Jacques Prévert qui va définitivement marquer sa personnalité et son répertoire sur scène. Alors que Jacques Prévert, lui, décide d’abandonner le cinéma pour se consacrer à la poésie. Il tiendra presque parole.
Il faut dire que Prévert est particulièrement blessé par l’accueil - ou plutôt par le non accueil - de la chanson qu’il a composé, insérée dans le film et à laquelle il tient. Elle s’intitule et vous l’avez entendue « Les Feuilles mortes ». Prévert l’a écrite sur une musique de Kosma et interprétée pour la première fois au restaurant le Vieux Pont-Neuf,  rue Dauphine. Sont présents Carné, et Gabin qui demande à réentendre ces "Feuilles mortes" à plus de dix reprises, littéralement en boucle.
La chanson figure  parmi les grandes oubliées des « Portes de la nuit »t. Puis Cora Vaucaire, Marianne Oswald et Jacques Douai vont la mettre à leur répertoire, bien avant Yves Montand d’ailleurs. "Les feuilles mortes", qui a manqué de faire le générique des « Portes de la nuit », ne décollera qu’au bout de quatre ou cinq ans avant de triompher dans le monde entier. Elle compte plus de 600 interprétations différentes à ce jour.

Raté et formidable

Revoir encore une fois Les portes de la nuit, plonger dans le mélodrame, le brouillard sale, l’eau noire du canal de l’Ourcq, les gazomètres de la rue de l’Évangile, les désillusions de la Libération. Se dire que le chant du cygne du réalisme poétique et de la miraculeuse ...

Lire la suite
8
Impétueux

Le Destin

Il faut l'avouer. Ce film de Marcel Carné est loin de la "mauvaise réputation" qu'on lui colle aux basques. Certes, ce n'est pas "Quai des brumes" ou encore "Le Jour se lève", mais il est très bien écrit et mis en scène. Il se hisse en haut de la production cinématographique ...

Lire la suite
8
Guillaume Rouleau

Il est facile de ne voir avec Les Portes de la Nuit qu'un exemple tardif du réalisme poétique qui a connu son heure de gloire dans les années 30. On pourrait dire que Carné fait du Carné. Après tout, le film reprend les dialogues de Prévert, les décors d'Alexandre Trauner ...

Lire la suite
8
denizor
A voir également
Affiche du film LE DIABLE PAR LA QUEUE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CESAR ET ROSALIE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES ENFANTS DU PARADIS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PARIS QUI DORT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés