Bande Annonce de LES PREMIERS, LES DERNIERSDécouvrez la bande Annonce de LES PREMIERS, LES DERNIERS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/9405/fond/9405_w_500.jpg
Bouli Lanners
Albert DupontelBouli LannersAurore BroutinDavid MurgiaFabrice AddeLionel AbelanskiMax Von SydowMichael LonsdalePhilippe RebbotSerge RiaboukineSuzanne ClémentVirgile Bramly

LES PREMIERS, LES DERNIERS

98 mn

Note de SensCritique :

6.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Bouli Lanners.

Casting : Albert Dupontel, Bouli Lanners, Aurore Broutin, David Murgia, Fabrice Adde, Lionel Abelanski, Max Von Sydow, Michael Lonsdale, Philippe Rebbot, Serge Riaboukine, Suzanne Clément. Virgile Bramly

Synopsis : Dans une plaine infinie balayée par le vent, Cochise et Gilou, deux inséparables chasseurs de prime, sont à la recherche d'un téléphone portable volé au contenu sensible. Leur chemin va croiser celui d'Esther et Willy, un couple en cavale. Et si c'était la fin du monde ? Dans cette petite ville perdue où tout le monde échoue, retrouveront-ils ce que la nature humaine a de meilleur ? Ce sont peut-être les derniers hommes, mais ils ne sont pas très différents des premiers.

Scénario : Bouli Lanners.
Musique : Pascal Humbert.
Pays : Belgique | France
Tags : Aventure / Action, Drame, SensCritique - Best of films Wild Bunch, SoFilm - Albert Dupontel, Chasseurs de prime, Road movies criminels, Les Magritte du cinéma, Festival du film de Cabourg, Poursuite.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Pour « Les Premiers les derniers » son quatrième film comme réalisateur après « Ultranova » en 2004, « Eldorado » en 2008 et  « Les Géants » en 2011, l’acteur belge Bouli Lanners incarne Gilou l’un des deux rôles principaux aux côtés d’Albert Dupontel dans le rôle de Cochise. Ces deux inséparables chasseurs de primes partent à la recherche d’un téléphone portable volé dont ils comprendront très vite que le contenu est particulièrement sensible… Mais, l’essentiel est peut-être ailleurs et notamment dans les très étranges rencontres qu’ils seront amenés à faire dans leur course-poursuite. 

À l’origine de ce road movie Bouli Lanners a confié qu’il y eut un voyage en train et plus particulièrement une nuit d’insomnie durant ce voyage et au cours de laquelle il vit le temps d’un instant seulement une rampe de lancement en béton qui traversait la plaine sur des kilomètres. Intrigué, l’acteur, scénariste et réalisateur fit les recherches nécessaires pour localiser ce qui s’avéra la voie d’essai de l’aérotrain d’Orléans lequel ne fut finalement jamais exploité.  C’est à partir de ce lieu ô combien cinématographique que Bouli Lanners imagina l’histoire de deux personnages en fuite le long de cette fantomatique construction. 

Mais il s’écoula plus d’un an ensuite avant qu’un autre fil conducteur ne s’imposât à l’esprit du scénariste. Ce sera donc la peur d’une fin de monde prochaine dont il estime qu’elle est actuellement présente dans bien des imaginaires. Tout pouvait alors prendre corps autour de ce climat et de ce contexte singuliers. En premier lieu, des rencontres improbables comme ce vagabond inspiré dont les mains portent des stigmates… Si la fin du monde est pour demain, il est grand temps de rejoindre Cochise et Gilou…

Après en avoir découvert l’étrangeté, on peut revenir en détail sur cette voie d’aérotrain qui était apparue  une nuit à Bouli Lanners. Située dans le Loiret,  entre les communes de Saran et Ruan, il s’agit en fait d’une ligne expérimentale de transport de type monorail mise au point par l’ingénieur français Jean Bertin. Elle devait alors s’inscrire dans un futur axe Paris-Orléans. Les essais eurent lieu de 1969 à 1974 sur les 10 kilomètres construits et la ligne est désaffectée depuis 1974. Désormais, le viaduc est toujours visible dans la campagne de Beauce, sa destruction ayant été jugée trop coûteuse. 

Lors de la sortie du film, Bouli Lanners s’est longuement expliqué sur la signification du titre finalement retenu pour son film « Les Premiers les derniers » : « Ce qui nous relie aux premiers hommes, nous qui sommes peut-être les derniers, c’est ce même désir absolu d’exister à travers le clan familial. J’aime l’idée d’un lien qui nous relie encore à eux. Ça me rassure. Et puis, le premier et le dernier, c’est Dieu. «Les premiers hommes, à la différence des animaux avaient une conscience et recherchaient le divin. Même si ma foi est cabossée, je suis moi aussi toujours à la recherche du divin. » 

Au centre de cette préoccupation spirituelle, on trouve évidemment le personnage de Jésus incarné par Philippe Rebbot que Bouli Lanners avait rencontré sur le tournage du film de Solveig Anspach, « Lulu femme nue ». Et comme le cinéaste le dit : « Pour moi, Jésus est un homme qui doute, qui se sert de son flingue aussi. Un Jésus de western qui ne plaira pas à tout le monde mais tant pis. » Quant aux apparitions des mythologiques Max Von Sydow et Michael Lonsdale, elles incarnent assurément des images paternelles et Dieu alors n’est plus très loin…

 
le contexte
  • Egalement interprété par
    Albert Dupontel
  • Pas si éloigné
    Le film "Melancholia" que Lars Von Trier réalisa en 2011 partage avec celui de Bouli Lanners le thème de la fin du monde traitée d'un point de vue plus spirituel que spectaculaire.
  • Egalement realisé par
    Bouli Lanners
  • Dans le même genre
    On pense inévitablement au film de Ridley Scott comme si le couple féminin de son film trouvait des frères jumeaux dans le couple masculin du film de Bouli Lanners
En image