LES PREMIERS, LES DERNIERS

À partir de 2.99 €
Ce road movie dans la Beauce profonde recèle bien des surprises de casting...
Aventure / Action - 2016 - Belgique | France - 98 MIN - VF - HD - Tous publics
Dans une plaine infinie balayée par le vent, Cochise et Gilou, deux inséparables chasseurs de prime, sont à la recherche d'un téléphone portable volé au contenu sensible.
Leur chemin va croiser celui d'Esther et Willy, un couple en cavale. Et si c'était la fin du monde ?
Dans cette petite ville perdue où tout le monde échoue, retrouveront-ils ce que la nature humaine a de meilleur ?
Ce sont peut-être les derniers hommes, mais ils ne sont pas très différents des premiers.

Réalisé par

6.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

Pour « Les Premiers les derniers » son quatrième film comme réalisateur après « Ultranova » en 2004, « Eldorado » en 2008 et  « Les Géants » en 2011, l’acteur belge Bouli Lanners incarne Gilou l’un des deux rôles principaux aux côtés d’Albert Dupontel dans le rôle de Cochise. Ces deux inséparables chasseurs de primes partent à la recherche d’un téléphone portable volé dont ils comprendront très vite que le contenu est particulièrement sensible… Mais, l’essentiel est peut-être ailleurs et notamment dans les très étranges rencontres qu’ils seront amenés à faire dans leur course-poursuite. 

À l’origine de ce road movie Bouli Lanners a confié qu’il y eut un voyage en train et plus particulièrement une nuit d’insomnie durant ce voyage et au cours de laquelle il vit le temps d’un instant seulement une rampe de lancement en béton qui traversait la plaine sur des kilomètres. Intrigué, l’acteur, scénariste et réalisateur fit les recherches nécessaires pour localiser ce qui s’avéra la voie d’essai de l’aérotrain d’Orléans lequel ne fut finalement jamais exploité.  C’est à partir de ce lieu ô combien cinématographique que Bouli Lanners imagina l’histoire de deux personnages en fuite le long de cette fantomatique construction. 

Mais il s’écoula plus d’un an ensuite avant qu’un autre fil conducteur ne s’imposât à l’esprit du scénariste. Ce sera donc la peur d’une fin de monde prochaine dont il estime qu’elle est actuellement présente dans bien des imaginaires. Tout pouvait alors prendre corps autour de ce climat et de ce contexte singuliers. En premier lieu, des rencontres improbables comme ce vagabond inspiré dont les mains portent des stigmates… Si la fin du monde est pour demain, il est grand temps de rejoindre Cochise et Gilou…

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Albert Dupontel

Le film "Melancholia" que Lars Von Trier réalisa en 2011 partage avec celui de Bouli Lanners le thème de la fin du monde traitée d'un point de vue plus spirituel que spectaculaire.

Bouli Lanners

On pense inévitablement au film de Ridley Scott comme si le couple féminin de son film trouvait des frères jumeaux dans le couple masculin du film de Bouli Lanners

LE CONVOYEUR

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité