LES REBELLES DE LA FORÊT

Bientôt disponible
Parce que l'idée du film est venue de ces animaux sauvages que n'effraient désormais plus la ville et la civilisation
Jeunesse - 2006 - Etats-Unis d'Amérique - Tous publics

Boog est un puissant grizzly… qui ne ferait pas de mal à une mouche ! Il faut dire qu’il vit comme un coq en pâte dans le garage de Beth, la ranger qui l’a recueilli quand il était ourson, et qu’il n’a absolument aucune expérience de la vie au grand air. Pourtant, suite à sa rencontre avec Elliot, un cerf malingre et bavard, Boog va devoir quitter son nid douillet pour retourner vivre dans la forêt. Seul hic, la saison de la chasse commence bientôt…

Réalisé par

5.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Cédric Jouarie
Cédric Jouarie
CHRONIQUEUR

LES REBELLES DE LA FORET est le second film du studio Sony Pictures Animation dont l’ambition est de rivaliser avec des géants comme Pixar, Dreamworks et Blue Sky. Le studio a notamment produit MONSTER HOUSE de Gil Kenan, LES ROIS DE LA GLISSE de Chris Buck et Ash Brannon, ou encore TEMPETES DE BOULETTES GEANTES de Phil Lord et Chris Miller.

 

En version originale, Boog a la voix de Martin Lawrence tandis que c’est Ashton Kutcher qui a doublé le personnage d’Elliot. Et pourtant, comme c’est souvent le cas, bien qu’ils n’aient que des scènes ensemble, les deux acteurs ne se sont jamais croisés en studio d’enregistrement pendant les sessions de doublage du film. Pour la version française, c’est l’acteur Pascal Légitimus, surtout connu pour sa participation au groupe de comiques Les Inconnus, qui a donné son timbre à l’ours Boog. Elliot, lui, a été interprété par Julien Courbey – pas l’animateur télé redresseur de torts, mais le jeune comédien qu’on a pu voir dans IL ETAIT UNE FOIS DANS L’OUED de Djamel Bensalah ou encore ASYLUM de Olivier Château.

 

Enfin, la tag line originale du film (vous savez cette petite phrase d’accroche qui se trouve sur l’affiche) est : « One fur all, all fur one », que l’on pourrait traduire en français pas « Un pour tous, et tous fourrure », ce qui, je dois bien l’admettre, a le don de beaucoup m’amuser !

Contexte

Martin Lawrence

Jill Culton

BAD BOYS

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité