Bande Annonce de LOCATAIRESDécouvrez la bande Annonce de LOCATAIRES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/294/fond/294_w_500.jpg
Kim Ki-Duk
Hyuk-Ho KwonHyun-Kyoon LeeSeung-Yeon LeeJeong-Ho ChoiJin-Mo JooJee-Ah ParkMi-Suk LeeSung-Hyuk Moon

LOCATAIRES

88 mn

Note de SensCritique :

7.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Kim Ki-Duk.

Casting : Hyuk-Ho Kwon, Hyun-Kyoon Lee, Seung-Yeon Lee, Jeong-Ho Choi, Jin-Mo Joo, Jee-Ah Park, Mi-Suk Lee. Sung-Hyuk Moon

Synopsis : Squattant des maisons inhabitées, Tae-suk croise le chemin d'une belle jeune femme, Sun-hwa. Celle-ci qui va fuir son mari Min-gyu avec lui, l’accompagnant dans un squatt où il sera accusé à tort de meurtre et condamné à une lourde peine, à la suite de l’intervention du mari bafoué, corrompant la police pour cela. Cette histoire d’amour à connotation sociale se transforme alors en film fantastique : Tae-suk acquiert le pouvoir de disparaître et, arrive ainsi à s'échapper de prison...

Scénario : Kim Ki-Duk.
Musique : Slvian.
Pays : Corée du Sud
Tags : Fantastique / Horreur.

Film pas encore disponible
Parmi la dizaine de cinéastes coréens révélés ces dernières années, Kim Ki-duk est incontestablement le plus prolifique. Il tourne à une vitesse record, sortant de 1 à 2 films par an (avec le décalage, il peut sortir en France jusqu'à 3 films dans une même année civile !). Il tourne sans se soucier des conditions techniques et financières. Souffle, par exemple, pourtant présenté par la suite en compétition officielle à Cannes, a été tourné en seulement 10 jours ! Plasticien de formation, Kim Ki-duk fabrique ses propres meubles et peut ainsi tout faire sur un tournage. Jusqu'à concevoir les accessoires essentiels, comme l'arc du film éponyme. Il s'est même distribué dans un rôle clef pour deux de ses films. Locataires a été tourné dans son propre appartement, et il y assure lui-même le doublage des scènes de moto ! L'année 2004 devait lui offrir un succès international inédit, remportant le Lion d'Argent à Venise avec ces Locataires dont vous allez partager l'intimité, la même année que l'Ours d'Argent à Berlin pour Samaria, et ce quelques mois à peine après avoir triomphé à Locarno avec Printemps, été, automne, hiver... et printemps.
« Nous sommes tous des maisons vides. Attendant ardemment que quelqu'un vienne ouvrir la porte et nous libère... », c'est Kim Ki-duk qui le dit, dans un poème évoquant Locataires, livrant ainsi un peu de ses mystères. Comme vous l'aurez probablement ressenti, ce film (peut-être son chef-d'œuvre) révèle plus que tout autre sa sensibilité de peintre, de poète et de philosophe. La notion de réalité poétique (fusion du rêve et de la réalité) est constante dans ses films qui se déploient souvent en métaphores, adoptent parfois la forme d'un conte, jouant sur l'abstraction, le surréalisme et la quête quasi mystique pour, au final, livrer une profonde réflexion sur la condition humaine. Même s'il emprunte des formes distinctes de film en film, Kim Ki-duk reste terriblement attaché à ses thèmes de prédilection, à ses obsessions, même. Le mutisme (notamment croisé dans L'Ile ou Adresse inconnue), la soumission (comme dans L'Arc), la vengeance (comme dans Coast Guard ou Samaria).
Et, plus encore, la rencontre de deux solitudes, de deux désarrois, qui est au cœur de presque tous ses films. Ses personnages, fortement habités, laissent transparaître, presque malgré eux, des traumatismes profonds et cachés. Mais ce qui illumine peut-être plus encore Locataires, c'est son étonnant romantisme. Les films de Kim Ki-duk sont peuplés d'amants éplorés, de femmes prêtes à tout, d'hommes jaloux, d'êtres en proie à une passion viscérale, au bord de la folie, notamment dans ses derniers films, Time et Souffle. Comme l'écrivait ma consœur, et néanmoins amie, Caroline Vié dans le magazine Brazil : « Ce film bouleversant prouve que le romantisme peut exclure toute mièvrerie ». Ce mélange de pureté, d'absolu et de rudesse, voire de violence, résume en effet parfaitement l'univers de ce cinéaste pas comme les autres.

Entre rêve et réalité

Le film du Coréen Kim Ki-Duk, Locataires, m'a fait pénétrer dans un univers original et hors du temps, loin du bruit et de la fureur, un univers onirique et poétique aussi, non exempt toutefois de critiques sur la société moderne. Doit-on voir dans le héros mutique une ...

Lire la suite
8
Aurea

Au-delà des mots...

De Kim Ki-duk, je ne connaissais que son très beau "Printemps, été, automne, hiver, et printemps"... qui ne m'avait que moyennement séduite malgré son esthétisme parfait. Si je n'ai pas connu ce dernier grâce à senscritique, je ne serais certainement pas allée voir du ...

Lire la suite
9
emmanazoe

L'affiche de ce film me répugne, désolé mais je trouve qu'elle ne montre pas une seule seconde la beauté que ce film offre . Alors oui elle symbolise une excellente scène du film (pour ne pas dire l'une des meilleurs) mais elle la dénature et elle est légèrement détournée ...

Lire la suite
9
Truman-
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés