LOIN DES HOMMES

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Drame - 2015 - France - 110 MIN - VF - HD - Tous publics
En 1954 au fin fond de l'Algérie, deux hommes sont contraints de fuir d'un village en direction des montagnes. Mohamed est accusé d'un meurtre et Daru, l'instituteur fier de ses valeurs, chargé de l'escorter. A leurs trousses, des colons épris de revanche...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Le film qui nous intéresse présentement est une coproduction franco-maroco-algérienne, tourné dans les montagnes de l’Atlas. Tiré d’une nouvelle d’Albert Camus intitulée L’hôte parue en 1954, il propose une histoire de fraternisation au début de la guerre d’indépendance algérienne, entre l’instituteur que joue Viggo Mortensen, (hiératique comme à son habitude) et un paysan traqué par les siens qu’interprète Reda Kateb.

Le réalisateur David Oelhoffen a procédé à un travail ambitieux d’adaptation à partir de l’univers de Marcel Camus, puisque son scénario emprunte aussi aux Chroniques algériennes du prix Nobel de littérature. Un texte écrit en 1930, dans lequel il décrivait sans complaisance le système colonial en Algérie. Le texte met notamment en lumière les conditions de vie déplorables des Algériens.

La photo­gé­nie des monts de l’At­las, où le film a été tourné, confère à ce drame humain un côté western assez saisis­sant. D’autant qu’il compte peu de dialogues. Ce qui se joue ici, passe essentiellement par les regards de deux acteurs magni­fiques et à leur présence. La musique de Nick Cave et Warren Ellis, asseoit le carac­tère hypno­tique du récit, qui souffre, peut-être, d’avoir choisi de nous présen­ter un héros idéalement vertueux. Loin des hommes a été récompensé au Festival du film de la Réunion, par l'Orchidée d'Or, équivalent au Grand Prix.

Réalisé par

6.9 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

En 1973, Mohammed Lakhdar-Hamina revenait dans cette fresque, sur les éléments qui depuis les débuts de la colonisation et jusqu'en 1954 avaient selon lui conduit à la guerre.

David Oelhoffen

En Mohammed Lakhdar-Hamina signait un film fort sur les dérives de la colonisation.

SUR LA ROUTE (2012)