Looking for Eric
À partir de 2.99 €
Parce que jouer son propre rôle au cinéma est une forme de consécration
Comédie - 2009 - France | Grande-Bretagne - 116 MIN - VO - Tous publics

Parce qu’il est seul et que les fils de sa précédente compagne lui mènent la vie dure, un postier déprime. Jusqu’au jour où, dans la fumée d’un joint, son idole, Eric Cantona, vient lui donner des leçons de vie. Dès lors notre homme décide de faire front. En regagnant le cœur de celle qu’il avait lâchement abandonnée il y a quelque trente ans. Et en aidant son fils aîné à desserrer l’étreinte d’un caïd de quartier. La réussite sera au bout du chemin… avec l’aide de ses amis supporters du Manchester United.

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Alion

Yves Alion

CHRONIQUEUR

Ken Loach est sans doute aujourd’hui le plus célèbre des cinéastes britanniques. Sans doute parce son univers est d’une cohérence rare et qu’aucun de ses films n’a jamais démérité. Bénéficiaire il y a peu d’une Palme d’or pour son vibrant Le Vent se lève, qui retrace la lutte des Irlandais contre le joug de la perfide Albion, le signataire de Kes n’a jamais été abîmé par les honneurs. Son engagement social en faveur des petites gens n’a jamais faibli. Il est vrai qu’il a été à bonne école puisque son passage par le documentaire et la BBC lui ont conféré de solides bases pour étayer son regard sur le monde d’une réflexion politique qui pour n’avoir jamais varié – à gauche toutes - n’en tourne pas moins le dos à tous les dogmatismes. Loach est irrémédiablement proche du peuple, des gens de peu, y compris quand ceux-ci peinent à surmonter leurs contradictions, se laissent aller au désespoir ou flirtent avec le banditisme.

Quelle que soit la cohérence de son cinéma, quelle que soit sa capacité à imprimer à ses films une petite musique à nulle autre comparable, Ken Loach nous livre au final des tranches de vie qui ne se ressemblent pas nécessairement. Il vogue parfois du côté de la fresque ou de l’Histoire ancienne, comme dans Le vent se lève ou le méconnu Black Jack. Il ne rechigne pas à emprunter les habits du thriller, comme dans Hidden agenda ou le récent Route Irish. Mais encore une fois c’est en se rapprochant des gens du peuple et de leur difficulté à vivre dans un monde qui ne leur fait pas de cadeaux que le cinéaste est lui-même. De Family life à Sweeet sixteen, en passant par Regards et sourires ou Ladybird ladybird, c’est plus de quarante ans de l’histoire au quotidien chez nos voisins anglais (mais est-ce si différent de ce coté-ci de la Manche ?) qui nous sont donnés à voir. Souvent empreint d’une noirceur un rien désespérante (que n’exclut pas la générosité de son propos), il est arrivé que Loach se laisse aller sinon à la comédie, du moins à sourire et à faire sourire. Après Riff raff et Raining stones, c’est de nouveau le cas avec ce Looking for Eric.

Le film met en scène un type au bout du rouleau et le confronte à un dieu vivant, Eric Cantona himself. Cantona comme modèle de volonté et de réussite. C’est d’ailleurs l’ancien footballeur qui est à l’origine de ce Looking for Eric. Le roi du ballon voulait qu’un film traite des rapports compliquées entre un sportif de haut niveau – lui, en l’occurrence - et ses fans. Ken Loach et son scénariste habituel, Paul Laverty se sont greffés au projet, sans savoir exactement comment aborder la question. Mais Loach tenait à faire le film. Parce qu’il aime le foot, qui est pour lui un sport éminemment populaire. Il n’était donc pas question de faire grincer les dents des aficionados, comme ont pu le faire en leur temps Jean-Jacques Annaud avec Coup de tête ou Jean-Pierre Mocky avec A mort l’arbitre. A l’inverse le regard que pose Loach sur ceux qui ne jurent que par leur club est plein d’empathie. Il en profite d’ailleurs pour faire remarquer que l’accès aux stades est de plus en plus difficile aux plus humbles. Dans le film, Eric Cantona est un peu la conscience du héros, son Jiminy cricket. Ou encore le cousin d’Humphrey Bogart qui dans Tombe les filles et tais-toi donne du courage au personnage qu’interprète Woody Allen, aussi savant en cinéphilie que paumé avec les filles. Mais Cantona est mieux qu’un faire-valoir ou même un sparring partner. Il reste une star. Et Loach de nous gratifier via des images d’archives de quelques uns de ses plus beaux buts… Il n’y a pas de mal à se faire du bien… Mais ce n’est pas hors sujet : après tout le foot et le cinéma posent les mêmes questions sur la façon de transcender les individualités les plus brillantes dans un jeu collectif…

FILMOTV vous recommande

Même casting

Contexte

Ken Loach

L'OUTREMANGEUR

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur
Bouygues
Vdf
Free
Numericable
Orange

Paiement sécurisé

SlimpayPaybox

Mode de paiement

CBVisaMastercardEbleue

Partenaires

UE MédiaCNC

Avec l'offre d'abonnement VOD FilmoTV, voir vos films sur vos supports préférés c'est tous les jours et à petit prix ! FilmoTV, un système multi-supports : PC, application Google Android, iPhone et tablettes tactiles, TV par câble, TV connectée, il n'y a plus qu'à profiter ! Profitez de vos films d'action en abonnement VOD ou de vos films de comédie à visionner en téléchargement légal. Pour cela dirigez vous sur nos espaces mode d'emploi ou comment s'abonner.