Bande Annonce de LOVERSDécouvrez la bande Annonce de LOVERS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7322/fond/7322_w_500.jpg
Pascal Arnold
Élodie BouchezSergej TrifunovicDragan NikolicGeneviève PageIrina DecermicThibault de MontalembertJean-Christophe BouvetMathias BenguiguiMirza HalilovicPatrick CatalifoPhilippe Duquesne

LOVERS

97 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pascal Arnold, Jean-Marc Barr.

Casting : Élodie Bouchez, Sergej Trifunovic, Dragan Nikolic, Geneviève Page, Irina Decermic, Thibault de Montalembert, Jean-Christophe Bouvet, Mathias Benguigui, Mirza Halilovic, Patrick Catalifo. Philippe Duquesne

Synopsis : Jeanne, jeune Parisienne, et Dragan, immigré yougoslave en situation irrégulière, s'aiment d'un amour total. Mais au-dessus de leur tête, planent le fantome de la guerre et la menace d'expulsion.

Scénario : Jean-Marc Barr, Pascal Arnold.
Pays : France
Tags : Drame, Immigrants, Des couples tristes, L'amour.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Jeanne, une jeune libraire incarnée par Élodie Bouchez, tombe amoureuse de Dragan, l’un des ses clients, joué par Sergej Trifunovic. Il est artiste et il a quitté son pays, la Yougoslavie, pour mettre la guerre derrière lui. En France, il est clandestin. Ensemble, ils vont vivre une grande histoire d’amour mais toujours sous la menace de l’expulsion et sous la pression du sentiment d’appartenance. Voilà le pitch de Lovers, première réalisation du comédien Jean-Marc Barr et du scénariste Pascal Arnold. 

Le film est sorti en 1999 et il a été fait selon les principes exacts du Dogme 95, ce mouvement cinématographique scandinave, lancé au milieu des années 90 par Lars von Trier et Thomas Vinterberg, qui combat l’artifice et tend vers l’hyperréalisme. Caméra à l’épaule, décors et lumières naturelles, son exclusivement diégétique… Lovers est autant une grande histoire d’amour, enflammée et désespérée, qu’une photographie de l’époque artistique à laquelle il a été fait. 

La liberté formelle et intellectuelle à l’œuvre dans Lovers en fait un grand film sur la jeunesse, quand elle se heurte aux lois, à l’intolérance et aux diktats d’un certain capitalisme et qu’elle leur oppose des idéaux et de l’amour. Le tout, dans un Paris romantique et politique à souhait. C’était la fin du dernier millénaire et pourtant Lovers n’a, au fond, pas pris une ride.

Le grand public connaît surtout Jean-Marc Barr pour Le Grand Bleu de Luc Besson. C’est réducteur mais force est d’avouer que le rôle de Jacques Mayol l’a totalement starifié en 1988, à l’âge de 28 ans. Mais sa carrière, devenue internationale, l’a ensuite amené jusqu’au Danemark où, dès 1991, il est dirigé par Lars von Trier dans Europa. Le début d’une grande histoire : Breaking The Waves, Dancer in the Dark, Dogville, Manderlay, Le Direktor, Nymphomaniac volume 2… L’amitié qu’il entretient avec le réalisateur danois n’a jamais failli. Au milieu des années 90, il est le premier témoin du grand mouvement cinématographique de l’époque : le Dogme 95, lancé par Festen de Thomas Vinterberg et Les Idiots de Lars Von Trier. C’est le style que Jean-Marc Barr embrasse quand il décide de passer derrière la caméra  en collaboration avec Pascal Arnold: Lovers est le cinquième long métrage réalisé sous le label Dogme. 

Le Dogme avait cet effet secondaire de parfois priver les films de chef-opérateur. En cherchant l’ultraréalisme, en dépouillant l’image de lumière artificielle, en voulant donner paradoxalement l’illusion que le film se réduit à des acteurs et une caméra, Jean-Marc Barr est devenu naturellement le chef-opérateur de son propre film. C’était également le cas de Lars Von Trier sur Les Idiots. Mais sachez que trois des six premiers longs métrages du Dogme – Festen de Vinterberg, Julien Donkey Boys d’Harmony Korine et Mifune de Soren Kragh-Jacobsen – s’étaient bel et bien offert les services d’un chef opérateur. Et pas des moindres : Anthony Dod Mantle, oscarisé plus tard pour son travail formidable sur Slumdog Millionaire. Ceci dit pour rappel, le Dogme impose que le réalisateur ne soit jamais crédité sur son propre film, comme si l’auteur devait s’effacer derrière sa création. Une loi qui a été très peu respectée… 

Jean-Marc Barr a expliqué que Lovers était le premier film d’une trilogie sur la liberté : la liberté d'aimer ici, la liberté sexuelle avec Too Much Flesh, sorti en 2000, et la liberté de spiritualité avec Being Light, dans les salles un an plus tard. Lovers mais aussi les deux autres longs métrages ont été coréalisés par Pascal Arnold, le grand complice du metteur en scène et producteur de Lovers. De même que les trois volets de cette trilogie thématique sont tous interprétés par Elodie Bouchez.
le contexte
  • Egalement interprété par
    Élodie Bouchez
  • Pas si éloigné
    Le grand film "Dogme" de Lars von Trier, qui établit les préceptes du mouvement, suivis à la lettre par Jean-Marc Barr pour Lovers.
  • Egalement realisé par
    Pascal Arnold
  • Dans le même genre
    Les Nuits Fauves est aussi une histoire d'amour contrariée mais encore plus violente et désespérée que Lovers. Les deux films capturent un Paris romanesque avec un grand esprit de liberté et tire un portrait de la jeunesse se battant contre les conventions.
A voir également
Affiche du film LE PÉRIL JEUNE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film JE DÉTESTE LES ENFANTS DES AUTRES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TOO MUCH FLESH

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RUE DES PLAISIRS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés