MA MèRE, MOI ET MA MèRE

Bientôt disponible
Parce que Susan Sarandon a conditionné sa présence dans le film à celle de Natalie Portman
Comédie - 2000 - Etats-Unis - 114 MIN - Tous publics

L’exubérante et légèrement infantile Adel August est la mère d’Ann. Jolie et mature adolescente, celle-ci est bien obligée de la suivre lorsque sa mère décide de quitter Bay City, et son compagnon d’alors, pour traverser les Etats-Unis d’Est en Ouest, direction : Beverly Hills. Contrainte de quitter sa grand-mère, ses amie et son cousin Benny, Ann va devoir, également...

1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Présenté en septembre 1999 au festival de Toronto puis au London Film Festival, Ma mère, moi et ma mère sortit en France le 12 janvier 2000, le jour du 51e anniversaire de son réalisateur, Wayne Wang, né à Hong Kong le 12 janvier 1949 et arrivé aux Etats-Unis à l’âge de 18 ans. En 1995, il s’était fait particulièrement remarquer avec deux films écrits par Paul Auster et menés par Harvey Keitel : Smoke et Brooklyn Boogie.

Avec Ma mère, moi et ma mère, il adapte cette fois le premier roman de Mona Simpson – la sœur de Steve Jobs –, récit des relations mouvementées entre une mère célibataire infantile et mythomane et de sa fille, bien plus mature qu’elle. Après l’imposant succès de son livre, paru en 1986, Mona Simpson en écrivit une suite intitulée : The Lost Father.

La mère, c’est Susan Sarandon – la Louise de Thelma et Louise –, la fille, c’est Natalie Portman, cinq ans après ses débuts dans Léon de Luc Besson. Susan Sarandon n’accepta ce rôle qu’à l’expresse condition d’avoir Natalie Portman pour partenaire. Natalie Portman qui, à 18 ans, avec ce film, obtiendra sa première nomination aux Golden Globes, et sera joliment qualifiée par Martine Landrot dans Télérama, de « Sage enfant aux allures de colchique dans les prés ».

Réalisé par

6 / 10
Le contexte

Susan Sarandon

Chaotique relation entre une mère, artiste fantasque (Isabelle Huppert), et sa fille en quête d’amour maternel (Anamaria Vartolomei).

Wayne Wang

Autre portrait de mère excentrique (Isabelle Huppert), confrontée à son adolescente de fille (Lolita Chammah).

THE ROCKY HORROR PICTURE SHOW (1975)