MAD CITY

À partir de 2.99 €
Parce qu'au début, les deux stars voulaient jouer le journaliste (avant que Travolta se décide à faire le preneur d'otage)
Policier / Suspense - 1998 - Etats-Unis d'Amérique - 110 MIN - VF - Tous publics
Un journaliste déclassé est mêlé par hasard à une prise d'otage dans un musée. Il parvient à entrer en contact avec le forcené qui s'avère être un ancien employé, licencié. Rapidement l'affaire prend une importance nationale, les médias, les unités d'élite et les milieux politiques étant entrainés dans un suspens savamment orchestré. La pression sécuritaire monte et le journaliste, seul négociateur, finit par perdre le contrôle d'une situation moins dangereuse qu'il n'y paraissait. Finalement le scoop recueilli sera teinté d'une terrible amertume.

Réalisé par

6.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Qu’il le veuille ou non, Costa-Gavras fait toujours des reconstitutions. J’entends par là des reconstitutions façon justice, c’est son côté avocat. Et ça vaut pour la France comme pour les Etats-Unis.

Qualifié de « cinéaste engagé », dès ses premiers grands succès Z (1968) et L’aveu (1970), il n’a eu de cesse de traquer l’injustice et pointer du doigt tous les révisionnismes et amnésies de l’histoire. Il n’est pas étonnant qu’il ait eu une carrière américaine d’ailleurs, compte tenu de la passion hollywoodienne pour le film de justiciable ou de procès. En 1998 le cinéaste lance un pavé dans la mare médiatique avec Mad City qui relate le show organisé par la télé autour d’une prise d’otage.

Le casting est royal avec la confrontation Dustin Hoffman, John Travolta. Evidemment si on espère un festival de pyrotechnie on en sera pour ses frais. La violence dans ce film, européen dans l’âme, est dans le voyeurisme de la société. Ca n’est pas pour rien que le film s’intitule Mad City, la ville folle.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

John Travolta

Costa-Gavras

VOLTE-FACE DE JOHN WOO (1997)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité