MANO DE OBRA

À partir de 4.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Nouvel exemple de la vivacité et du renouveau du cinéma mexicain...
Drame - 2020 - Mexique - 82 MIN - VO - HD - Tous publics
Avec d'autres ouvriers, Francisco travaille à la construction dune luxueuse villa à Mexico. Il a bien du mal à se faire payer. Son frère fait une chute mortelle sur le site. Il devait prochainement devenir père. Francisco apprend que sa veuve n'aura pas d'argent des promoteurs. Devant tant d'injustice, il décide de régler ses comptes ...
6.5 / 10
6.5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

Lutter contre l’injustice... Vaste programme qui occupe l’Humanité depuis la nuit des temps et quelque chose me dit que ça devrait encore être le cas dans les deux trois millénaires qui viennent ! Le film du réalisateur mexicain David Zonana explore le volet social du dossier de l’injustice...

Vous allez y faire la connaissance de Francisco, ouvrier sur le chantier d’une belle villa, qui travaille notamment en compagnie de son frère. A la suite d’un accident du travail, ce dernier perd la vie. Quand le propriétaire fortuné refuse de faire le moindre geste en faveur de la famille du défunt, Francisco va imaginer une vengeance beaucoup plus subtile qu’une simple confrontation physique...

Ce premier long métrage est une oeuvre brute, frontale qui, au-delà du drame humain qu’il dépeint, dresse aussi le portrait d’une société implacable et des maigres moyens de réplique dont disposent les opprimés, dans ces pays où le droit à l’égalité n’est toujours qu’une vague notion...

 
Dans le même genre vous pouvez trouver PARASITE (Quand ceux qu'on appelle "les petites gens" décident de prendre leur revanche sur le système : gare à ceux qui se mettrons en travers de leur chemin !) ou encore GOODBYE MOROCCO (Les chantiers de construction sont aussi un lieu de rencontres pour des ouvriers parfois venus du monde entier, à la recherche de lendemains meilleurs...).

Réalisé par

Pas si éloigné