Bande Annonce de MARIUSDécouvrez la bande Annonce de MARIUS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5173/fond/5173_w_500.jpg
Daniel Auteuil
Daniel AuteuilJean-Pierre DarroussinNicolas VaudeRaphaël PersonnazVictoire BélézyDaniel RussoJean-Louis BarcelonaLaurent FernandezMarie-Anne ChazelMartine DiotaleviRoger SouzaRufus

MARIUS

90 mn

Note de SensCritique :

6.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Daniel Auteuil.

Casting : Daniel Auteuil, Jean-Pierre Darroussin, Nicolas Vaude, Raphaël Personnaz, Victoire Bélézy, Daniel Russo, Jean-Louis Barcelona, Laurent Fernandez, Marie-Anne Chazel, Martine Diotalevi, Roger Souza. Rufus

Synopsis : Sur le Vieux Port de Marseille, César est le patron du Bar de la Marine. Son fils Marius ne rêve que d’embarquer sur un des bateaux qui passent devant le bar et prendre le large vers les pays lointains. Fanny, jeune et jolie marchande de coquillages aime secrètement Marius depuis l’enfance. Marius, aussi, sans l’avouer. Pour retenir Marius, elle lui dévoile son amour pour lui et parvient à attiser sa jalousie en se laissant courtiser par Panisse, beaucoup plus âgé, un vieil ami de César... Mais l'appel du large sera le plus fort...

Scénario : Daniel Auteuil.
Musique : Alexandre Desplat.
Tags : Marseille, de moins de 90 minutes, Comédie dramatique française des années 2010.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Donc, La Fille du puisatier était un galop d'essai pour Daniel Auteuil qui se lançait alors dans la mise en scène. Histoire de fréquenter Pagnol avant de s'attaquer au monument : la trilogie en commençant, évidemment, par Marius. On pouvait se le demander : Peuchère qu'allait-il faire dans cette galère ? Le résultat est comme la recette du Picon-citron-curaçao qui nécessite quatre tiers : c'est délicieux et ça ne se discute pas !

Car Auteuil cinéaste, c'est un tiers de modestie, un bon tiers de goût pour le travail bien fait, un autre tiers de talent pour la direction d'acteurs, et un dernier tiers de fidélité : c'est tout de même grâce à Pagnol et Jean de Florette que ce Provençal de naissance connut la consécration dans le rôle d'Ugolin en 1986. Fidèle à Pagnol, il fait pourtant quelques coupes bienvenues, accélère le rythme et vire les cigales, préférant les scènes en intérieurs. Surtout, comme au théâtre, il a l'esprit de troupe.

Dans le rôle de César, il ne fait jamais d'ombre à ses partenaires : la révélation Victoire Belezy dans le rôle de Fanny, Jean-Pierre Darroussin en Panisse, et Raphaël Personnaz, qui réussit à faire oublier Pierre Fresnay en Marius léger et fiévreux. Derrière le bar de la Marine face au Vieux Port, Auteuil pourrait, lui, souffrir de l'ombre de Raimu. Non, il compose son César à lui, bouleversant, et il nous fend le coeur. 

En 1931, il y eut d'abord Marius réalisé par Alexandre Korda, puis Fanny en 1932 mis en scène cette fois par Marc Allégret. Ce fut Pagnol lui-même qui filma César en 1936. Il n'en était pas à son premier film et en fit dix, presque un par an, les années suivantes. Leurs décors : la Provence, évidemment. Les pinèdes et les cigales, ça étoufferait dans les studios cinéma de la capitale... Quand, des lustres plus tard, Claude Berri donna sa version de Jean de Florette et Manon des sources, il tourna à Mirabeau, à Vaugines et à Cuges les Pins (!) dans le Vaucluse.

Pareil pour Yves Robert : pour son diptyque pagnolesque La Gloire de mon père et Le château de ma mère, il choisit, entre autres, Vidauban et Aix en Provence comme lieux de tournage. Le soleil, la mer ou les petits villages provençaux avé l'assent : les cinéastes qui aiment les belles et tragiques histoires populaires en sont friands depuis longtemps. Déjà, en 1934, Renoir réalisait Toni, son drame réaliste, à Martigues en décors naturels, avec les gens du pays. Une méthode qui relevait de la tradition régionaliste que le cinéaste admirait chez... Pagnol.

Vingt ans après, Roger Vadim, pourtant sévèrement germano-pratin comprit qu'il n'y aurait rien de tel que le soleil de St Tropez pour révéler Bardot dans Et Dieu créa la femme. Vous avez dit femme fatale ? En 1983, pour L'été meurtrier où Isabelle Adjani enflammait le pauvre pompier Alain Souchon, Jean Becker trouva tous ses décors en Haute Provence et dans le massif du Luberon. Et Marseille, il n'y a que Pagnol, alors ? Non, depuis des décénies, il y a Guédiguian. Grâce à lui, à ses dix sept films, à la voix chantante d'Ariane Ascaride, et à la carcasse gorgée de soleil de Gérard Meylan, immense comédien qui n'a jamais bougé de là et préfère ne tourner que pour Robert, L'Estaque est devenu le centre du monde. 

Ce film nous fera oublier la version classique

"Marius" est un des chefs d'oeuvre de Marcel Pagnol. Cette adaptation est à la hauteur de ce chef d'oeuvre. Bien vite on oublie la version des années 30. Fanny est certainement l'interprétation la plus réussie, fraiche et touchante, tout en ne se posant pas en victime. On évite ...

Lire la suite
9
Seemleo

L'hommage nostalgique d'Auteuil à Pagnol (1/2)

C'est peu dire que je redoutais la sortie de "Marius" et "Fanny", deux premiers volets (d’où une seule critique) remakés par Daniel Auteuil de la trilogie d'abord imaginée pour le théâtre par Marcel Pagnol ("Marius", "Fanny", "César"). Je crois pouvoir dire que je suis ...

Lire la suite
8
Teddy_KGB

La mer est une garce

La mer a pris Marius à Fanny, lui brisant le cœur. Fanny, jolie Fanny, quel courage, quelle belle preuve d'amour tu lui donne au beau Marius. Il en vaut certainement la peine puisque tu l'aime. J'espère que tu en aura un jour conscience Marius, mais pour le moment l'appel ...

Lire la suite
8
amarie
 
le contexte
  • Egalement interprété par
    Jean-Pierre Darroussin
  • Pas si éloigné
    Hé oui, la première version au cinéma adaptée de Pagnol par Alexandre Korda avec Raimu, Fresnay, Orane Demazis que certains adorent et qui en agace d'autres, et puis la légendaire partie de cartes. Un classique marseillais des années 30 qui continue de fendre le coeur.
  • Egalement realisé par
    Daniel Auteuil
  • Dans le même genre
    Un magnifique drame d'amour sous le soleil de Marseille où Ariane Ascaride hésite entre deux hommes : Jean-Pierre Darroussin, son mari, et Gérard Meylan, son amant. Avec un "pointu", un petit bateau, comme moyen de transport amoureux et lieu du drame. Lumineux et fort.
A voir également
Affiche du film DONNANT, DONNANT
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Pour cent briques t as plus rien !

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film FANNY

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Un heureux événement
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BARRY SEAL: AMERICAN TRAFFIC

à partir de

4.99
 
Affiche du film OTEZ MOI D UN DOUTE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES GRANDS ESPRITS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE PARTY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KUNG FU YOGA

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SEVEN SISTERS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés