MARTIN

Bientôt disponible
Parce que c'est le film favori de Romero et que les histoires de vampires sont intemporelles
Fantastique / Horreur - 1978 - Etats-Unis d'Amérique - 91 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Elevé dans une famille qui le prend pour un vampire, le jeune Martin tue des femmes afin de boire leur sang et d’avoir avec elles une relation sexuelle. Pourtant, Martin ne possède pas les caractéristiques du vampire, : il ne craint ni le soleil ni l’ail, mais est persuadé de sa condition de vampire.

Réalisé par

6.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique

Au départ, George Romero pense écrire une comédie sur les difficultés concrètes d’un vampire de 200 ans, contraint d’avoir un numéro de sécurité sociale, de renouveler régulièrement son passeport ou d’avoir une mutuelle. Pour Romero, Martin vient après une série d’échecs (Season of the Witch, La Nuit des fous vivants) et en 1977, le père des zombies modernes n’a toujours pas réussi à rebondir sur le succès phénoménal de La Nuit des morts-vivants, réalisé en 1968. Tourné en 16mm pour 100 000 dollars et gonflé en 35mm pour sa sortie en salles, Martin fut à l’origine prévu pour être tourné en noir et blanc.

Romero avoue s’être inspiré de son éducation catholique, de son sectarisme, des rituels grotesques auxquels on le soumettait. Si le film est bien un film fantastique, il s’affirme aussi comme une critique virulente et radicale  du  poids des valeurs traditionnelles de la famille et de la religion. Mais aussi du fantastique exotique : « Il n’y a pas de magie ! » déclare l’un des personnages du film à Martin. Notons enfin que Romero apparaît ici dans le rôle d’un prêtre, tandis que sa femme, Christine Forrest, incarne la cousine du jeune homme.

Le contexte

Christine Forrest

George A Romero

KNIGHTRIDERS  (G. ROMERO, 1981)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS