Bande Annonce de MODESTY BLAISEDécouvrez la bande Annonce de MODESTY BLAISE sur FilmoTVhttp://
Joseph Losey
Alexander KnoxClive RevillDirk BogardeHarry AndrewsJoe MeliaMichael ChowMichael CraigMonica VittiRossella FalkSaro UrziScilla GabelTerence StampTina AumontJohn KarlsenJohn StacyMax Turili

MODESTY BLAISE

115 mn
voir la bande annonce

Réalisateur : Joseph Losey.

Casting : Alexander Knox, Clive Revill, Dirk Bogarde, Harry Andrews, Joe Melia, Michael Chow, Michael Craig, Monica Vitti, Rossella Falk, Saro Urzi, Scilla Gabel, Terence Stamp, Tina Aumont, John Karlsen, John Stacy. Max Turili

Synopsis : En contrepartie de sa participation à l'exploitation d'un gisement pétrolier, le gouvernement britannique doit verser une somme rondelette au souverain de ce pays arabe. Pour être plus discrète, la transaction se fera en diamants. Les pierres précieuses sont convoitées par un bandit international, Gabriel...

Scénario : Evan Jones, Stanley Dubens.
Musique : John Dankworth.
Tags : PLUS DE RIRE.

Inclus danspassillimite
voir ce film

A l’origine, Modesty Blaise est un personnage de comic strip créé en 1963 par le romancier Peter O’Donnell et le dessinateur Jim Holdaway. Ex-criminelle et riche aventurière, que l’oisiveté pousse à accepter des missions dangereuses pour le compte des Services Secrets de Sa Majesté, Modesty rencontre un succès immédiat qui engendre une série de romans et attise l’intérêt du cinéma britannique, obsédé par la figure de James Bond. 

Le cinéma d’espionnage européen est alors tiraillé entre le réalisme dépressif de John Le Carré et l’exubérance pop de parodies. Un an avant, Chaude Chabrol féminisait et ridiculisait ce genre machiste avec Marie Chantal contre le docteur Kha. Joseph Losey, qui vient d’enchaîner des œuvres dramatiques en noir et blanc comme Eva, The Servant et Pour l’exemple, choisit la distanciation et commet un divertissement sophistiqué et coloré, aussi kitsch qu’une revue de music-hall, puisant ses références picturales au pop et au op art, dans la veine délirante des futurs Danger Diabolik et autres Matt Helm agent très spécial. Modesty est chargée par l’Intelligence Service d’acheminer des diamants à un cheik pour éviter qu’ils ne soient captés par le Français Gabriel, dangereux criminel mégalomane niché dans sa forteresse méditerranéenne. 

L’argument suffit à accumuler les scènes d’action et d’humour, les seconds couteaux pittoresques et à opposer deux antagonistes hors-normes. Tout l’intérêt réside dans le combat d’une Monica Vitti bagarreuse et charmeuse, changeant de costumes à chaque séquence et d’un Dirk Bogarde capricieux et efféminé, en perruque peroxydée, délicieusement camp. Terence Stamp, Clive Revill dans un double rôle, Rossella Falk en dominatrice sadique ajoutent à la confusion souhaitée par Losey, qui multiplie les effets de miroirs, les angles distordus et le maniérisme. Sous le vernis de la pochade luxueuse se dissimulent les thématiques chères au cinéaste : l’ambiguïté sexuelle et le jeu des apparences.

Scénariste du comic strip et auteur des romans, Peter O’Donnell travaille à l’adaptation du film. Mais Losey fait quasiment tout réécrire. Selon O’Donnell, il ne resterait de son travail qu’une seule réplique. Le film tisse entre Modesty Blaise et son acolyte Willie Garvin une romance amoureuse qu’O’Donnell avait toujours pris soin de gommer. D’un personnage de littérature populaire à succès, Losey fait une créature plus étrange. Barbara Steele a été pressentie. En préférant Monica Vitti, actrice fétiche des films d’Antonioni, Losey annonce la déconstruction à laquelle il va se livrer. 

L’action, souvent, se morfond, comme la comédienne, au profit d’une recherche formelle systématique. Losey traque les lignes sinueuses, les routes serpentines, les structures architecturales en colimaçons et en courbes, des différences d’échelles. Mais son effet le plus baroque et le plus efficace est Dirk Bogarde, avec lequel il a déjà tourné deux fois. L’oedipien Gabriel transforme l’œuvre en un spectacle camp démentiel. Hanté par le souvenir d’une mère castratrice, ce dandy adepte des ombrelles et des œufs cocottes vit son homosexualité refoulée à travers l’excitation voyeuriste qu’il éprouve au spectacle des hommes torturés par sa compagne officielle. 

Dans un subtil contraste, l’intrépide Modesty, les armes en mains, incarne la femme phallique dominante. Les allusions à sa virilité abondent. Le cheik la désigne comme son fils et elle possède même une queue, celle du scorpion tatoué sur sa cuisse. Deux ans plus tard, avec le névrotique Boom, puis l’étouffant Cérémonie secrète, Joseph Losey poussera encore plus loin le travestissement camp de son cinéma, achevant de déplaire aux critiques que Modesty Blaise avaient décontenancés.

 
le contexte
A voir également
Affiche du film YES MAN

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film WALL STREET
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE GRAND RESTAURANT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film DENIS LA MALICE

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BARRY SEAL: AMERICAN TRAFFIC

à partir de

4.99
 
Affiche du film OTEZ MOI D UN DOUTE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES GRANDS ESPRITS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE PARTY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KUNG FU YOGA

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SEVEN SISTERS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés