MOLIÈRE

Bientôt disponible
Parce que le cinéma découvrait alors à la fois vraiment Philippe Caubère et Ariane Mnouchkine
Politique / Histoire - France - 243 MIN - Tous publics
Paris, 1632. A dix ans, Jean-Baptiste Poquelin, comme tous les gosses du quartier, passe la majeure partie de ses journées dans la rue, occupé aux jeux de l'enfance, à chahuter les nobles que des cochers imprudents ont égarés dans les venelles populaires, ou encore, en compagnie de son grand-père...

Réalisé par

7.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique

C’est le dimanche 21 mai 1978, que Molière, le film fleuve d’Ariane Mnouchkine, fut présenté en compétition officielle dans le cadre du 31e Festival de Cannes. Le jury, présidé cette année-là par Alan J. Pakula, ne sembla pas très convaincu et le film sorti sur les écrans français trois mois plus tard, sans distinction aucune. Il faudra attendre février 1979, pour que deux Césars viennent récompenser la photographie et les décors. Après des débuts difficiles, Molière totalisera tout de même plus de 1.500.000 spectateurs.

« Ce film raconte comment un petit garçon, né en 1622 d’un père tapissier et d’une tendre mère qu’il perdra trop tôt, deviendra cet acteur prodigieux, cet auteur universel que nous connaissons tous si bien et si mal. C’est ce que nous allons découvrir tout au long de ce film. » Ainsi Ariane Mnouchkine annonçait-elle son film dans le programme officiel du Festival.

Pas totalement inconnue au cinéma, la jeune femme (de 39 ans) avait déjà réalisé, quatre ans plus tôt, 1789 ; en fait une captation du spectacle qu’elle avait mis en scène à la Cartoucherie de Vincennes, son lieu de travail et de vie depuis 1964. C’est avec sa troupe, qu’elle connaît bien, et sans vedette, qu’elle se lancera donc, dès 1974 et avec le soutien de Claude Lelouch, dans l’aventure de ce Molière, film en deux parties, à propos duquel Janick Arbois de Télérama écrira : « On voit ces quatre heures de film avec autant de curiosité qu’un western. Chaque séquence est inattendue, foisonnante de vie et d’émotion. »

Contexte

Philippe Caubère

Au coeur d’une brillante distribution, Bernard Giraudeau incarne ici un Molière découvreur de la sublime Marquise (Sophie Marceau).

Ariane Mnouchkine

Le même bonhomme, vu autrement. Avec, dans le rôle de Toinette, la soeur de Philippe Caubère : Isabelle Caubère (1954-2010).

LA GLOIRE DE MON PÈRE (1990)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec le service de téléchargement légal de films FilmoTV, voir vos films à domicile c'est tous les jours et à petit prix ! FilmoTV, un service multiécrans : PC classique, application Google Android, iPhone iOS et tablettes PC, TV sur fibre optique, smartTV, choisissez votre support préféré ! Profitez de vos films de parodie en abonnement VOD illimité ou de vos films de science-fiction à télécharger. Pour cela parcourez les pages mode d'emploi ou comment s'abonner.