MONAMOUR

Bientôt disponible
Érotique - 2006 - Italie - 94 MIN - interdit aux moins de 18 ans

Marta a accompagné Dario, son mari éditeur à un Salon du livre. Ils ne sont mariés que depuis six mois, mais déjà Marta s’ennuie sexuellement avec lui. Dans un musée, elle est troublée par un jeune et audacieux Français, Léon, un critique littéraire qu’elle retrouve le soir lors d’un cocktail. Sur les conseils de son amie Silvia, elle prend Léon pour amant et confie ses impressions à son journal intime. Son mari a des soupçons. Sa jalousie réveille son désir. Mais Léon voudrait qu’elle le suive à Paris.

Réalisé par

Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Monamour, qui date de 2005, est resté inédit dans les salles françaises, comme de nombreux autres titres de Tinto Brass, grand maître du cinéma érotique italien. Les cinéphiles français connaissent toutefois son univers sulfureux grâce au retentissement de ses longs métrages sortis chez nous. Parmi eux, citons Salon Kitty, huis clos dans un bordel berlinois à l’époque du nazisme, La Clé où Stefania Sandrelli connaît sa libération sexuelle dans la Venise fasciste. Et bien sûr le cultissime Caligula où des inserts hardcore côtoient les séquences avec des stars comme Malcolm McDowell et Sir John Gielgud.

Pour le casting de Monamour, Tinto Brass s’est montré moins gourmand. Max Parodi (le mari cocu) était surtout connu pour avoir joué dans trois autres films de Tinto Brass dont Fallo ! où il donnait déjà la réplique à Riccardo Marino qui interprète ici l’amant fougueux. Quant à la la blonde incendiaire qui tient le premier rôle féminin, c’est une révélation. Née en Ouzbekistan en 1979, Anna Jimskaia fait là ses débuts au cinéma après avoir été gymnaste puis acrobate de cirque. Comme les précédentes actrices de Brass, elle a été choisie autant pour ses talents de comédienne que pour la forme de ses fesses, la partie du corps que Tinto Brass préfère chez la femme.

Le cinéaste fait lui-même une apparition dans son film. C’est le maestro qui disserte sur l’érotisme et l’art de la fellation dans la séquence du cocktail littéraire.

Monamour, en un seul mot, est bien le titre original du film. Il propose un jeu de mot sur « mona » qui, selon l’héroïne, désigne le sexe de la femme dans le dialecte vénitien.

Le contexte

Tinto Brass

FALLO !

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS