Bande Annonce de MY WEEK WITH MARILYNDécouvrez la bande Annonce de MY WEEK WITH MARILYN sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3543/fond/3543_w_500.jpg
Simon Curtis
Eddie RedmayneEmma WatsonJudy DenchKenneth BranaghMichelle WilliamsDougray ScottGeraldine SomervilleJulia OrmondKarl MoffattPip Torrens

MY WEEK WITH MARILYN

95 mn

Note de SensCritique :

5.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Simon Curtis.

Casting : Eddie Redmayne, Emma Watson, Judy Dench, Kenneth Branagh, Michelle Williams, Dougray Scott, Geraldine Somerville, Julia Ormond, Karl Moffatt. Pip Torrens

Synopsis : Fou de cinéma, Colin Clark réussit à se faire embaucher comme assistant sur le tournage du Prince et la danseuse, que doit mettre en scène Laurence Olivier. La vedette du film n’est autre que Marilyn Monroe. Le tournage est houleux et la star se montre pour le moins instable. C’est à Colin qu’échoit un peu par hasard de la rassurer. Le jeune homme devient le confident de la femme la plus célèbre du monde…

Scénario : Adrian Hodges.
Musique : Conrad Pope.
Pays : Royaume-Uni
Tags : Aventure / Action, Politique / Histoire.

Film pas encore disponible

Il n’y a aucune méprise. La Marilyn du titre, c’est bien elle. Enfin Marilyn, Norma Jean Baker, la comédienne au cœur de Niagara et de Certains l’aiment chaud, la plus grande star que le cinéma ait portée  – ou supportée ajouteront certains, connaissant son comportement parfois inattendu, on va le voir. Marilyn Monroe. Le film raconte une tranche de vie de la star. Plus particulièrement son arrivée à Londres en 1956 pour les besoins d’un film réalisé par Laurence Olivier, avec Laurence Olivier, Le Prince et la Danseuse.

Nous sommes ainsi invités à suivre les hauts et las bas d’un tournage qui ne fut pas simple en nous intéressant tout particulièrement aux états d’âme, particulièrement nombreux, de la star. Adapté d’un roman signé Colin Clark, obscur assistant du film, My week with Marilyn est en fait la version plus ou moins objective, plus ou moins romancée de ce jeune homme dont la vie bascula cette semaine-là. Car Marilyn a pris Colin comme confident, et même un peu plus, l’espace d’un tournage. Ce qui fait que notre homme s’est retrouvé d’emblée à un poste clé, lui qui débutait au cinéma : il avait pour mission que Miss Monroe soit sur le plateau dans le meilleur état psychologique possible. Or celle-ci était pour le moins incontrôlable, pétrie de doutes, fragile jusqu’à casser, épaulée qui plus est d’une coach garde-chiourme qui lui conseillait de ne pas apprendre son texte.

Avec Laurence Olivier, acteur shakespearien s’il en est, pour qui la moindre virgule doit se prononcer, on se doute que l’entente ne fut pas totale. C’est un euphémisme : en fait, l’ambiance sur le plateau a vite tourné à l’exécrable. Le film de Simon Curtis ne nous cache rien de la mésentente des deux acteurs principaux, ni de l’avancée chaotique du film, et il est sans doute encore en-deçà de la réalité, de ce que l’on sait. Mais même si Le Prince et la danseuse est au fond peu inspiré, même si le royaume d’opérette qui lui sert de cadre ressemble à un gros gâteau indigeste, même si Marilyn est loin d’y trouver l’un de ses plus beaux rôles, même si elle a quelques kilos de trop et que la robe qu’on lui a donné la boudine un tantinet, même s’il a fallu resserrer le montage parce qu’aucune prise n’était pleinement satisfaisante, la comédienne irradie. Parce que c’est elle et que ce n’est pas par hasard si son nom reste au firmament du cinéma, cinquante ans après sa mort. Sans doute parce que personne n’a su mieux qu’elle concilier les deux visages de la femme, l’ingénuité et la sensualité. A la fois petite fille et femme fatale, Marilyn ne peut pas ne pas donner envie d’être serrée dans ses bras.

Les biopics, qui sont au cinéma ce que les biographies sont à la littérature fourmillent sur les écrans. Beaucoup sont laborieux, opportunistes. Mais d’autres nous fascinent, qui réussissent plutôt que d’enquiller les moments phares de la vie d’une célébrité, à nous faire comprendre comment était son âme, l’intimité de son comportement. C’est sans doute le cas ici. D’abord parce que Michelle Williams que l’on a pu voir précédemment dans Land of plenty, Le Secret de Brokeback Mountain ou Shutter Island, est étonnante dans la peau de Marilyn, réussissant à nous faire oublier rapidement le passage de témoin corporel. On ne sait si Scarlett Johanson, à qui le rôle avait été proposé aurait été aussi épatante. Mais c’est vrai que l’idée de voir la craquante protagoniste de Match point et de Lost in translation dans la peau de Marilyn est également séduisante. En attendant, Michelle Williams a bossé dur, passant à la loupe la gestuelle de la star, travaillant sa voix pendant des jours entiers. C’est d’ailleurs elle que l’on entend quand Marilyn interprète Heatwave ou That old black magic.

Pour les autres comédiens, c’était sans doute plus facile. Kenneth Branagh dans la peau de Laurence Olivier – les deux hommes partagent la même passion pour Shakespeare, qu’ils ont tous deux adapté au cinéma à plusieurs reprises - ou Julia Ormond dans celle de Vivien Leigh avaient pour être crédibles sans doute moins de chemin à faire, quelle que soit l’aura du metteur en scène et de celle qui incarna Scarlett dans Autant en emporte le vent. Et on ne dira rien de Judy Dench, que le grand public connaît bien sous les traits de M, la supérieure de James Bond dans sept épisodes de la série, Judy Dench qui incarne Dame Sybil Thornike, dans la mesure où nos souvenirs de la vraie Dame Sybil Thornike sont aujourd’hui un peu émoussés. Ce qui n’empêche que Judy Dench est impeccable, comme toujours. Cerise sur le gâteau, la comédienne avait rencontré la vraie Marilyn en 1958, quand elle jouait Roméo et Juliette à l’Old Vic Theatre de Londres.

Pour les cinéphiles, le plaisir est grand naturellement de convoquer les souvenirs du Prince et la danseuse pour jauger la crédibilité du film de Simon Curtis. Autant le dire : elle est grande. Un soin maniaque a été apporté aux costumes et aux décors. Nombre de séquences ont d’ailleurs été tournées sur les lieux même où Laurence Olivier et son équipe s’affairaient en 1956 : les studios de Pinewood, Hatfield House, le château de Windsor, l’université d’Eton ou encore Parkside House, où Marilyn avait séjourné.
Il est amusant au passage de comparer les scènes de film dans le film à celles du Prince et la danseuse. Un exercice auquel les amoureux du cinéma ont déjà eu l’occasion de se prêter. Les films qui incluent la reconstitution de tournages réels ne sont en effet pas rares. Qu’il s’agisse de biopics, comme celui de Ken Russell sur Rudolph Valentino, celui de Joseph Pevney sur Lon Chaney ou encore celui de Tim Burton sur Ed Wood, qu’il s’agisse de films qui nous parlent de cinéma, comme Laissez-passer de Bertrand Tavernier ou Good morning Babylon des frères Taviani, ou qu’il s’agisse de glisser des allusions en passant, comme Chasseur blanc cœur noir de Clint Eastwood, dont le cadre est l’aventure africaine de John Huston lors du tournage de African queen ou Nous nous sommes tant aimés, de Ettore Scola, qui reconstitue la scène mythique de la fontaine de Trévi de la Dolce vita…

 

SubliMe Michelle-Marilyn

On passe sur l'histoire, la rencontre de Marilyn et d'un runner sur le tournage d'un film d'époque. Mais attention ensuite on se prend deux bonnes claques en pleine figure ou plutôt de bons gros coups de coeurs: 1. Pour la sublime Michelle Williams, fragile, rebelle, sensible, ...

Lire la suite
9
mulmo

Peut-être est-ce la présence d'Eddie Redmayne qui me fait perdre toute objectivité. Mais j'ai trouvé ce film parfait. Parfait tout d'abord dans sa distribution. Michelle Williams est absolument sublime en Marilyn fragile et enfantine. Kenneth Branagh est parfait, comme d'habitude. ...

Lire la suite
10
Lalyanou

Il est indéniable que le film repose beaucoup sur le jeu de la nouvelle Marilyn si vous voulez prendre part au film. Tout comme il est évident que Michelle Williams au vue de sa filmographie est une actrice de talent qui prouve une fois de plus son audace dans des rôles de film ...

Lire la suite
7
LuluCiné
le contexte
A voir également
Affiche du film HARRY POTTER ET LA CHAMBRE DES SECRETS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film J. EDGAR

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés