Noir et blanc

Bientôt disponible
Drame - 1986 - France - 80 MIN - Tous publics
Un expert compatble est chargé d'examiner les comptes et les bilans financiers d'une salle de gymnastique et de musculation en constante progression. Profitant des installations, le fonctionnaire découvre les bienfaits du sauna, de la piscine puis ceux du masseur noir. S'installe alors alors entre les deux hommes une relation inédite, étrange.

Réalisé par

6.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

Coup d’essai, coup de maître : sélectionné au Festival de Cannes en 1986, Noir et blanc, le premier film de Claire Devers obtint avec la Caméra d’Or la distinction adéquate. Cette année-là, le maître de cérémonie s’appelait Patrick Poivre d’Arvor et Claire Devers reçut sa récompense des mains de l’actrice Laura Del Sol et du cinéaste Carlos Saura venus présenter, eux, le film de clôture L’Amour sorcier. L’attention du jury cannois de la Caméra d’Or fut attirée par cette relation sadomasochiste entre un jeune homme blanc qui exerce la profession d’expert-comptable, et le masseur noir d’une salle de gymnastique et de musculation dont il est censé faire l’audit. Si la cinéaste a écrit seule le scénario de son film, elle n’a jamais caché qu’elle s’était fortement inspirée d’une nouvelle de Tennessee Williams intitulée Le Masseur noir et dont elle a repris la trame principale. Cette dépendance d’un homme à la violence physique ou psychologique d’un autre homme constitue la trame de films français antérieurs à celui de Claire Devers comme Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre ou Une affaire de goût de Bernard Rapp, ou postérieurs comme Trois huit de Philippe Le Guay ou bien encore Beau travail de Claire Denis. Des œuvres fort différentes certes, mais qui ont toutes en commun d’explorer et de disséquer des relations aussi troubles que complexes, mais profondément humaines.

Tags

Contexte

Claire Devers

FRED

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité