Bande Annonce de NOUS NE VIEILLIRONS PAS ENSEMBLEDécouvrez la bande Annonce de NOUS NE VIEILLIRONS PAS ENSEMBLE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5321/fond/5321_w_500.jpg
Maurice Pialat
Christine FabrégaJacques GallandJean YanneMarlène JobertPatricia PierangeliHarry-MaxMacha MérilMaurice RischMuse Dalbray

NOUS NE VIEILLIRONS PAS ENSEMBLE

102 mn

Note de SensCritique :

7.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Maurice Pialat.

Casting : Christine Fabréga, Jacques Galland, Jean Yanne, Marlène Jobert, Patricia Pierangeli, Harry-Max, Macha Méril, Maurice Risch. Muse Dalbray

Synopsis : Jean, réalisateur caractériel d’une quarantaine d’années, trompe sa femme depuis 6 ans avec Catherine, une photographe de 25 ans. Jean refuse pourtant de quitter sa femme, Françoise, qui tolère sa relation avec une autre. Jean doit tourner un documentaire en Camargue et demande à Catherine de l’accompagner pour qu’elle effectue les prises de son. Jean se comporte de façon grossière et agressive, ils se disputent, se séparent et se réconcilient. C’est le début d’une longue série de crises, où éclate l’immaturité de Jean.

Scénario : Maurice Pialat.
Musique : Joseph Haydn.
Pays : France | Italie
Tags : Drame, Adultère... mode d'emploi, Ca se dispute, Couples de légende, Des couples douloureux.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Nous ne vieillirons pas ensemble fut un des plus grands succès de Maurice Pialat, preuve que l’exigence artistique n’est pas forcément synonyme de public limité. Si ce film parvint à toucher le grand public, c’est que cette histoire parlait à tout le monde. Certes, des histoires d’amour, le cinéma en avait montré avant, et en a montré beaucoup d’autres depuis, mais jamais de la façon dont Pialat l’a fait. Nous ne vieillirons pas ensemble est l’histoire d’une rupture mais surtout de la difficulté de parvenir à cette rupture, du temps qu’il faut pour en finir vraiment.

Jean Yanne incarne Jean, un réalisateur TV un peu raté, affreusement goujat, doté d’un caractère exécrable. Il est marié avec Françoise, jouée par Macha Méril, qu’il n’aime plus mais à laquelle il est encore attaché. Il vit depuis six ans une aventure avec Catherine, une femme plus jeune que lui, bien qu’il la trouve inculte et sans ambition. Cette liaison au long-cour ne fonctionne plus et les deux amants se déchirent, se séparent, se remettent ensemble avant de se quitter à nouveau. Le film alterne moments d’une grande cruauté lorsque Jean s’en prend verbalement et physiquement à Catherine et d’une grande douleur lorsqu’il se rend compte qu’il va vraiment la perdre, qu’elle prend peu à peu de l’assurance en se détachant de lui, lui montrant qu’elle peut enfin envisager une vie en dehors de leur relation.

Quand le film commence, le processus de rupture est déjà entamé. Pialat s’attache à filmer les derniers moments d’une histoire d’amour. Au cinéma, la rupture est en général filmée comme un couperet, laissant l’un des deux anciens amants, voire les deux, sur le carreau. Dans Nous ne vieillirons pas ensemble, au contraire, la rupture est envisagée comme une chose complexe, faite de hauts et de bas, de moments d’espoirs et de chagrins, d’actes d’amours et de gestes de haine. Le film est souvent cruel et violent mais aussi plein de moments d’accalmie. Se quitter, ce n’est pas seulement se dire qu’on se sépare, c’est parvenir à rendre effective cette séparation. Et cette rupture, aussi compliquée soit elle, n’existe pas que dans la formulation du désir de quitter l’autre. Elle devient un moment de la vie à part entière.

Maurice Pialat, comme pour la plupart de ses films, s’inspire d’un épisode de sa vie. Lorsqu’il écrit le scénario de Nous ne vieillirons pas ensemble, lui-même est un homme marié qui vit une relation avec une autre femme depuis plusieurs années, relation qui est en train de battre de l’aile. Il retranscrit donc ses émotions dans cette histoire qu’il rédige avec la plus grande précision possible. L’authenticité qui se dégage à l’écran fit croire à beaucoup que le résultat était le produit d’improvisations sur le plateau. Pourtant, tous ses comédiens ont témoigné de la rigueur avec laquelle le scénario était écrit, la moindre réplique prononcée à l’écran étant déjà dans les dialogues du script.

Jean Yanne interprète donc à l’écran l’alter ego de Maurice Pialat qui ne lésine pas dans l’auto critique, même s’il disait à la sortie du film, qu’il avait dû adoucir le trait, la réalité étant bien pire ! Yanne est extraordinaire comme toujours, dans un rôle finalement proche de ceux qu’il a pu jouer dans d’autres films. Son Jean est un cousin des personnages qu’il a pu jouer dans Le Boucher ou Que la bête meurt. Même médiocrité, même caractère lunatique, même humour outrancier, même vulgarité. Pourtant, Jean Yanne détesta ce rôle. Il ne comprenait pas les réactions de son personnage et rentra très vite en conflit avec Maurice Pialat à ce sujet. Ils finirent le film fâchés, ce qui n’empêcha pas Jean Yanne de recevoir le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes qu’il refuse d’aller chercher.  

Pialat ne fut pas en conflit qu’avec Jean Yanne mais aussi avec son producteur Jean-Pierre Rassam. Rassam, beau-frère de Claude Berri qui vivait à l’époque avec Marlène Jobert, voulait se lancer lui aussi dans le cinéma. A la fin des années 60, il produit plusieurs films, dont Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil de Jean Yanne, et décide de financer le deuxième long-métrage de Maurice Pialat, qui avait tourné le remarqué L’enfance nue, ainsi que la série TV La maison des bois et plusieurs courts-métrages. Très vite, sur le plateau, l’atmosphère devient irrespirable. Rassam reproche à Pialat la nullité des images tournées et il est persuadé que le cinéaste ne sait pas ce qu’il fait. Un vendredi, il congédie le réalisateur et annonce à l’équipe que le film s’arrête, que ce n’est pas la peine de revenir le lundi suivant. Finalement, le lundi, après un week-end de réflexion, tout le monde revient sur le plateau, y compris Maurice Pialat, pour voir ce qui va vraiment se passer et si les menaces de Rassam vont être mises à exécution. Le fait que toute l’équipe soit là convainc le producteur de continuer le tournage.

Chronique d'une rupture annoncée. Le titre du film annonce une fin qui ne cesse d'advenir et ne peut se réaliser pleinenemnt. Parce que les protagonistes ont peur, parce qu'ils sont lâches, parce qu'ils sont incohérents, aussi. L'exigence d'authenticité de Pialat nous met ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper

Je t'aime moi non plus

Pour son second long-métrage, Pialat filme le couple comme il a filmé l'enfance, sans fard ni complaisance. Alors que le cinéma nous avait habitués, bien trop souvent je dois dire, à des amours déçus empreint de romanesque, à de grandes passions qui se consument sur un ...

Lire la suite
7
Kalopani

Autopsie d'un couple

Une histoire de rupture(s). Un couple d'amants qui se déchire, qui se quitte, se réconcilie, se quitte à nouveau et ainsi de suite jusqu'à ce que le lien soit définitivement brisé. Un couple qui ne parvient plus à s'aimer mais qui joue à se faire mal dans une relation ...

Lire la suite
7
Al_
le contexte
A voir également
Affiche du film ALEXANDRE LE BIENHEUREUX

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE RADEAU DE LA MÉDUSE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film POLICE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE SAUVAGE (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés