NOUS NE VIEILLIRONS PAS ENSEMBLE

1972
102 mn
Pour le prix d'interprétation à Cannes que Jean Yanne refusa de chercher
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés

Jean, réalisateur caractériel d’une quarantaine d’années, trompe sa femme depuis 6 ans avec Catherine, une photographe de 25 ans. Jean refuse pourtant de quitter sa femme, Françoise, qui tolère sa relation avec une autre. Jean doit tourner un documentaire en Camargue et demande à Catherine de l’accompagner pour qu’elle effectue les prises de son. Jean se comporte de façon...

Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Drame
France|Italie
Tous publics
VF
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Nous ne vieillirons pas ensemble fut un des plus grands succès de Maurice Pialat, preuve que l’exigence artistique n’est pas forcément synonyme de public limité. Si ce film parvint à toucher le grand public, c’est que cette histoire parlait à tout le monde. Certes, des histoires d’amour, le cinéma en avait montré avant, et en a montré beaucoup d’autres depuis, mais jamais de la façon dont Pialat l’a fait. Nous ne vieillirons pas ensemble est l’histoire d’une rupture mais surtout de la difficulté de parvenir à cette rupture, du temps qu’il faut pour en finir vraiment.

Jean Yanne incarne Jean, un réalisateur TV un peu raté, affreusement goujat, doté d’un caractère exécrable. Il est marié avec Françoise, jouée par Macha Méril, qu’il n’aime plus mais à laquelle il est encore attaché. Il vit depuis six ans une aventure avec Catherine, une femme plus jeune que lui, bien qu’il la trouve inculte et sans ambition. Cette liaison au long-cour ne fonctionne plus et les deux amants se déchirent, se séparent, se remettent ensemble avant de se quitter à nouveau. Le film alterne moments d’une grande cruauté lorsque Jean s’en prend verbalement et physiquement à Catherine et d’une grande douleur lorsqu’il se rend compte qu’il va vraiment la perdre, qu’elle prend peu à peu de l’assurance en se détachant de lui, lui montrant qu’elle peut enfin envisager une vie en dehors de leur relation.

Quand le film commence, le processus de rupture est déjà entamé. Pialat s’attache à filmer les derniers moments d’une histoire d’amour. Au cinéma, la rupture est en général filmée comme un couperet, laissant l’un des deux anciens amants, voire les deux, sur le carreau. Dans Nous ne vieillirons pas ensemble, au contraire, la rupture est envisagée comme une chose complexe, faite de hauts et de bas, de moments d’espoirs et de chagrins, d’actes d’amours et de gestes de haine. Le film est souvent cruel et violent mais aussi plein de moments d’accalmie. Se quitter, ce n’est pas seulement se dire qu’on se sépare, c’est parvenir à rendre effective cette séparation. Et cette rupture, aussi compliquée soit elle, n’existe pas que dans la formulation du désir de quitter l’autre. Elle devient un moment de la vie à part entière.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver SCÈNES DE LA VIE CONJUGUALE (A part Pialat, personne mieux que Bergman n'a su rendre aussi bien l'usure du couple et la médiocrité du quotidien.) ou encore TCHAO PANTIN (Connu pour ses rôles comiques, Jean Yanne est utilisé à contre-emploi par Maurice Pialat. Comme Coluche ici par Claude Berri.).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné