NUITS BLANCHES

Pour le romantisme de Dostoïevski allié à l'élégance de Visconti
Drame - 1958 - Italie - 97 MIN - VO - Tous publics
Mario est un promeneur solitaire, qui déambule la nuit dans les rues désertes. Nouvellement arrivé en ville, sa journée commence au moment où les volets se ferment. Lors d'une de ses errances, il rencontre une jeune fille pleurant sur un pont. L'innocente Natalia, recluse chez sa grand-mère qui tient un atelier de tapis, se languit du retour de l'ancien locataire ayant vécu chez elle et...
7.2 / 10
7.2 / 10
1 min avant1 min avant
Les avis surSens Critique
Mario est un promeneur solitaire, qui déambule la nuit dans les rues désertes. Nouvellement arrivé en ville, sa journée commence au moment où les volets se ferment. Lors d'une de ses errances, il rencontre une jeune fille pleurant sur un pont. L'innocente Natalia, recluse chez sa grand-mère qui tient un atelier de tapis, se languit du retour de l'ancien locataire ayant vécu chez elle et lui ayant promis une éternelle fidélité. Natalia l'attend désormais sur le pont tous les soirs. Mais Mario tombe éperdument amoureux et tente se s'imposer dans le coeur de sa belle face à l'amant mystifié.

Réalisé par

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Une autre adaptation de la nouvelle de Fédor Dostoïevski, mais revisitée de manière flamboyante par Bollywood. Les scènes chantées amoindrissent l'aspect dramatique !

Luchino Visconti

Si le néoréalisme règne en maître dans le cinéma Italien des années 50, Cabiria marque tout comme Nuits blanches une volonté d'éloignement de ce genre pour apporter une vison toute personnelle.

HUIT ET DEMI