Bande Annonce de ON PEUT TOUJOURS REVERDécouvrez la bande Annonce de ON PEUT TOUJOURS REVER sur FilmoTVhttp://
Pierre Richard
Edith ScobJacques SeilerPierre PalmadePierre RichardSmaïnBernard FreydJacques NolotLaurent SpielvogelMarc BettonVéronique GenestAnthéa CintractLouba GuertchikoffMustapha El Anka

ON PEUT TOUJOURS REVER

90 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pierre Richard.

Casting : Edith Scob, Jacques Seiler, Pierre Palmade, Pierre Richard, Smaïn, Bernard Freyd, Jacques Nolot, Laurent Spielvogel, Marc Betton, Véronique Genest, Anthéa Cintract, Louba Guertchikoff. Mustapha El Anka

Synopsis : Charles de Boisleve, un richissime homme d’affaire, profite de ses rares moments de libre pour voler à l’étalage dans les magasins. Il est arrêté par Rachid, un jeune beur des quartiers populaires, avec lequel il se lie d’amitié. Cette rencontre va bouleverser les habitudes des deux hommes.

Scénario : Olivier Dazat, Pierre Richard.
Musique : Alain Wisniak.
Pays : France
Tags : Comédie, Acteurs-réalisateurs, En duo, Des patrons.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

On peut toujours rêver est une fable sociale, un genre qui connut son heure de gloire du temps de René Clair, avec lequel le cinéma français ne renoue qu’avec réticence. Mais ce qui est rare est cher, et ce film nous est cher, même si ce n’est pas le meilleur de Pierre Richard. Qui campe ici un milliardaire neurasthénique reprenant peu à peu goût à la vie en sortant des sentiers battus.

C’est la rencontre d’un jeune Beur, un type à qui la vie n’a pas fait de cadeau qui lui montre qu’il n’est pas nécessaire de crouler sous pognon, de rouler en Rolls ou de vivre dans un château, entouré de courtisans sinistres pour être heureux. 14 ans plus tôt, c’est Pierre Richard qui jouait les doux rêveurs dans Le Jouet, où il s’opposait à un inquiétant capitaine d’industrie incarné par Michel Bouquet. Amusant retournement de situation.

On peut toujours rêver est le sixième des sept films mis en scène par le comédien, entre 1970 et 1997. Un temps suffisant pour faire évoluer son cinéma, qui quitte peu à peu les rives du burlesque pour visiter les paysages plus convenus du comique de situation. Mais demeure l’irrévérence de notre homme vis-à-vis des fâcheux et des puissants. On lui en saura toujours gré.

L’objectif premier de Pierre Richard n’a jamais varié, tout au long de sa longue carrière, celui de faire rire. Si sa capacité à stimuler nos zygomatiques a par moment faibli, jamais notre homme n’a démérité, jamais le rire qu’il suscitait n’est devenu gras, ou laid. Les premiers films signés Pierre Richard ont même un parfum contestataire qui chatouille agréablement nos narines, lorsqu’ils s’en prennent au monde de la pub, à la vulgarité de la télé ou au cynisme des marchands d’armes. Ici c’est le fric qui est dans sa ligne de mire. La morale de On peut toujours rêver est sans doute un peu convenue, elle n’en est pas moins généreuse. Quand Jean Yanne s’en prenait aux mêmes cibles, on sentait davantage le cynisme, le rire devenant ricanement.

On peut toujours rêver est aussi un passage de témoin. Entre Pierre Richard, superstar atypique et généreuse, adulée à travers le monde entier, et Smaïn, un jeune Beur, comme on disait alors, l’un de ses one-man-show ayant d’ailleurs pour titre A star is beur, comédien débutant mais prometteur dont les spectacles faisaient se tordre de rire des salles entières. Smaïn s’est également produit au cinéma, mais son étoile a peu à peu pâli, et notre homme a traversé un long désert au début des années 2000. Avant de réapparaître ici ou là, sans parvenir à retrouver le devant de la scène…

Mais il est un autre débutant à qui Pierre Richard donne ici sa chance. Il se nomme Pierre Palmade, et pour l’occasion il incarne le fils du nabab dépressif. Une parfaite tête à claque. Pierre Richard et Pierre Palmade se retrouveront sur les planches seize ans plus tard dans une pièce taillée sur mesure : Pierre et fils. Une pièce où Pierre et Pierre portent le même nom, Pierre. Ultime clin d’œil à ceux qui se souvenaient d’On peut toujours rêver, où Pierre Richard jouait les kleptomanes dans un supermarché, Pierre et fils commence quand Pierre apprend que son père s’est fait pincer pour avoir piqué une bricole dans un supermarché !

 

le contexte
A voir également
Affiche du film LA CHÈVRE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE GRAND BLOND AVEC UNE CHAUSSURE NOIRE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE DISTRAIT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film COMMENT TUER SON BOSS ?

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés