ORPHÉE

À partir de 2.99 €
Parce qu'à le revoir, le film de Cocteau doit plus au polar et au fantastique qu'à la poésie
Drame - 1950 - France - 92 MIN - VF - Tous publics

Orphée, un célèbre poète, rejoint ses amis au café. Arrive Cégeste, un jeune poète rival d’Orphée, accompagné d’une belle femme ténébreuse qui se fait appeler la Princesse. Lors d’une bagarre déclenchée par Cégeste, celui-ci est heurté par deux motards qui prennent la fuite. Aidée par Orphée, la Princesse transporte le blessé dans sa voiture : le jeune poète ne survit pas puisque sa compagne n’était autre que la Mort. Orphée rentre chez lui, accompagné d’Heurtebise, le chauffeur de la Princesse. Il retrouve son épouse Eurydice, mais ne peux s’empêcher de penser à la Princesse.

Réalisé par

7.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

En 1950, deux après Les Parents terribles, Jean Cocteau transpose de manière toute personnelle le mythe d’Orphée dans son époque, dans un quartier qui ressemble à Saint-Germain des Prés, et dans une France de l'après-guerre très policière. Pour lui, Orphée est un poète installé, une gloire nationale, méprisée par la jeunesse et qui va rencontrer la Mort, sous les traits d’une fascinante jeune femme et que Cocteau appelle La Princesse.

Jean Cocteau s’identifie à Orphée, le poète las de la vie terrestre, dans ce film épuré et distancié, à l'ambiance légèrement surréaliste, qui provoquera l’admiration des futurs réalisateurs de la Nouvelle Vague. Encore plus que dans La belle et le Bête, Cocteau utilise son thème cher du miroir, qui, ici, symbolise le passage entre les vivants et les morts. Son imagerie mythologique, ses trucages simples et poétiques, son utilisation du miroir : tout est follement cinématographique dans ce film qui a les allures d'un songe, et donc, ne subit pas l'épreuve du temps. Comme les interprétations, légèrement théâtrales et si inspirées de Jean Marais, l'alter ego de Cocteau, dans le rôle d'Orphée, François Perrier dans celui d'Heurtebise, le chauffeur de la Mort, et la troublante et si magnifiquement éclairée Maria Casarès dans celui de la Mort.

Cocteau prétendait ne pas avoir voulu parler du surnaturel, et voyait Orphée comme un  «film policier ». Peut-être, en effet : l'histoire d'un poète qui, comme un détective blasé par la vie, cherche l'immortalité. Et le cinéaste voyait le personnage de la Mort comme "une espionne qui se condamne elle-même au bénéfice de l’homme qu’elle doit perdre". Orphée, un étrange film noir qui vous entraîne de l'autre côté du miroir...

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Un autre Orphée : Des acteurs de théâtre, réunis par la mort d'un dramaturge, rejouent entre eux la pièce "Eurydice" de Jean Anouilh.

Jean Cocteau

Une "suite" d'Orphée, où Jean Cocteau interprète lui-même le poète mort et ressuscité

L'AIGLE À DEUX TÊTES

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec la plateforme de téléchargement légal de films FilmoTV, visionner vos films chez vous en un clic ! FilmoTV, une plateforme multiécrans : PC classique, application système Android, OS iPhone et tablettes PC, TV sur fibre optique, smartTV, c'est ouvert ! Découvrez vos films historiques en abonnement VOD illimité ou de vos films d'action à regarder en téléchargement légal. Pour cela allez sur nos espaces mode d'emploi ou comment s'abonner.