PANIC ROOM

2002
0
Pour vous rappeler que Kristen"Twilight" Stewart y faisait ses débuts (ou presque) à 12 ans
Ce film n’est plus disponible

Fraîchement séparée de son richissime époux, Meg Altman s’installe, avec sa fille, Sarah, qui souffre de diabète, dans une immense maison du très huppé Upper West Side de Manhattan, qui recèle une « panic room », pièce vouée à la protection et au refuge des habitants en cas d’agression. Le soir même de l’emménagement, trois individus s’introduisent dans la maison.

Ce film n’est plus disponible
Policier / Suspense
Etats-Unis
- 10 ans
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Après Jodie Foster aux prises avec un cannibale pervers (Le Silence des agneaux, 1991) et avant Jodie Foster qui perd sa fille dans un avion en vol (Flightplan, 2005), voici Jodie Foster enfermée dans une petite pièce de sa très vaste maison, traquée par des visiteurs nocturnes aux manières peu engageantes, dans Panic room (2002).

C’est un habitué des situations inconfortables qui l’a précipitée là, David Fincher, le réalisateur de Seven (1995), The Game (1997), Fight Club (1999). Il n’est pas le seul coupable. David Koepp, le scénariste de La mort vous va si bien (1992), Jurassic Park (1993), L’Impasse (1993), Mission :impossible (1996), Snake eyes (1998), y a mis plus que son grain de sel. L’idée première est de lui, il l’avoue sans ambages. Et désigne même un autre fautif : le New York Times. C’est, en effet, la lecture d’un article sur les « safe rooms », pièces de sécurité sophistiquées que se font aménager des Américains pour s’y réfugier en cas de danger, qui l’a poussé à imaginer cette histoire que, d’ailleurs, il avait d’abord intitulée Safe room. Mais, s’agissant d’un thriller, le titre de Panic room lui parut, finalement, plus explicite. Une femme seule face à trois intrus menaçants, semblant nécessaire, mais pas suffisant, David Koepp l’a gratifiée d’une compagne de cauchemar, sa fille, diabétique de surcroît.

C’est Kristen Stewart, 12 ans à l’époque, que l’on reverra dans Into the wild (Sean Penn, 2007) et, surtout, à partir de 2008, dans la « saga » des Twilight, qui l’interprète. Face à elles, Forest Whitaker dont l’allure bonhomme peut être trompeuse – comme il l’a prouvé, en Idi Amin Dada, dans Le dernier Roi d’écosse (2006) ou dans la série The Shield.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver FLIGHTPLAN ou encore FENÊTRE SECRÈTE .