Bande Annonce de PANIQUE AU VILLAGEDécouvrez la bande Annonce de PANIQUE AU VILLAGE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1775/fond/1775_w_500.jpg
Stéphane Aubier
Benoit PoelvordeBouli LannersJeanne BalibarStéphane AubierVincent PatarBruce EllisonNicolas BuysseVéronique DumontChristine GruloisFrédéric Jannin

PANIQUE AU VILLAGE

74 mn

Note de SensCritique :

7.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Stéphane Aubier, Vincent Pitar.

Casting : Benoit Poelvorde, Bouli Lanners, Jeanne Balibar, Stéphane Aubier, Vincent Patar, Bruce Ellison, Nicolas Buysse, Véronique Dumont, Christine Grulois. Frédéric Jannin

Synopsis : Cow-boy et Indien fêtent l'anniversaire de Cheval, ami fidèle et âme morale du village. Ils ont prévu de lui offrir un magnifique barbecue, fait maison, lors de la fête surprise organisée en son honneur. Malheureusement une faute de frappe multiplie énormément le nombre de briques commandées ! C’est le début d’une folle épopée...

Scénario : Stéphane Aubier, Vincent Pitar.
Musique : Dionysos.
Pays : Belgique | France | Luxembourg
Tags : Comédie, C'est animé, Animaux animés, Films belges, Films d'animations européens, Du petit au grand écran Saison 3.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

C’est le 23 décembre 2002 qu’une étrange série d’animation, produite à Bruxelles, déboule dans les hexagonales étranges lucarnes. Ce jour là, en effet, Canal+ diffuse le premier épisode d’une série intitulée Panique au village. Quatre minutes qui « raconte une histoire non pas sans queue ni tête, mais dont le cheminement de la tête à la queue est totalement loufoque » ; précision du coscénariste et coproducteur Vincent Tavier.

Cet objet animé – et non sans âme – est l’œuvre, incongrue et iconoclaste, de Vincent Pitar et Stéphane Aubier, deux Belges nés, l’un et l’autre, au milieu des années 1960, et que de communes études artistiques amenèrent à se rencontrer en 1986, entre les murs de l’école Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre, à Bruxelles, dont ils ressortiront dument diplômés cinq ans plus tard, en mille neuf cent nonante et un.

Ils commencent donc à travailler ensemble et se font connaître sous l’étonnant pseudo de « Pic Pic », allusion au personnage de leur premier succès, les aventures d’un cochon magique, Pic Pic, et d’un cheval porté sur la boisson.

Lorsque qu’il rencontre Vincent Tavier, le duo cherche une idée : un film d’animation, pas trop cher à produire et pas trop long à tourner. Visionnant quelques-unes de leurs anciennes bandes, Tavier découvre un film d’école, tourné par Vincent Patar et bien oublié depuis. Déjà intitulé Panique au village, l’histoire dure quatre minutes et met en scène des figurines du commerce. Tavier convainc les deux compères de se mettre au travail afin de produire une série télévisée qui portera le même titre et qui, pareillement, mettra en scène des figurines achetées en grand nombre dans les boutiques et les puces bruxelloises.

C’est après la réussite de cette série, que l’équipe imagine pouvoir passer du petit au grand écran, sans rien changer dans leurs façon de travailler, un artisanat précaire où semble résider leur secret.

C’est ainsi que le 21 mai 2009, Panique au village – le film – est présenté, en séance spéciale, à minuit, pendant le 62e festival de Cannes, puis au festival d’animation d’Annecy, avant de sortir en Belgique, au mois de juin, puis en France, au mois de septembre. Le succès rencontré attire l’attention sur ce premier long métrage d’animation – nommé pour le César du meilleur film étranger – qui ne tardera pas à être présenté au Canada, en Hongrie, au Brésil, en Pologne, en Grèce, aux Etats-Unis et même... sur FilmoTV.

A film exceptionnel, préparation exceptionnelle. Une fois décidé le passage du petit au grand écran, et une fois choisi le point de départ de cette aventure cinématographique – l’un des épisodes de la série télé, intitulé les Voleurs de cartes – Vincent Patar et Stéphane Aubier se mirent au travail. Et là, plutôt que de rédiger un scénario, ils exécutèrent une multitude de dessins, sans rapport les uns avec les autres, montrant simplement leur personnages au cœur de situations dans lesquelles ils aimeraient les voir évoluer, charge ensuite à Guillaume Malandrin, coscénariste, d’inventer l’histoire qui pourrait intégrer ces visions. C’est exactement de cette façon que le scénariste Ernest Lehman imagina toute l’histoire de la Mort aux trousses, à partir d’une unique vision d’Alfred Hitchcock ayant imaginé qu’il filmerait ses personnages en train d’escalader les visages des présidents américains, sculptés dans la pierre du fameux Mont Rushmore.

Au moment de la réalisation, là non plus, les deux compères ne font pas comme tout le monde. La série télévisée ayant été produite, avec succès, par leur petite équipe, une équipe qu’ils qualifient même de « familiale », il n’y avait aucune raison de changer. On ne change pas une équipe qui gagne ! Et c’est donc dans leur petit local bruxellois que fut conçu et réalisé ce film d’animation atypique dont le tournage dura plus de huit mois. Là aussi, pendant que certains réalisateurs de films d’animation laissent leur place à des « animateurs » professionnels, Patar et Aubier animèrent, eux-mêmes, image par image – et il y en a plus de 144.000 – toutes leurs petites figurines – il y en a plus de 1.500 –, le tout dans une ambiance « monacale », précise le coproducteur Philippe Kauffmann.

S’il est évident que Panique au village n’a pas grand-chose à voir avec les productions Disney, on remarquera tout de même que, comme leur illustre prédécesseur, qui prêta sa voix à Mickey, Vincent Patar et Stéphane Aubier prêtent respectivement leur voix à Cheval et à Cowboy. Pour le reste de la distribution, ils firent appel, entre autres, à Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners et Jeanne Balibar. à propos des deux premiers cités, l’équipe de Panique au village se sent un peu mal à l’aise et obligée de préciser que ces deux célébrités ne sont pas là pour attirer le spectateur, grâce à la présence de leurs noms sur l’affiche, mais bien parce qu’ils se connaissent depuis des années, à une époque où leurs noms ne disaient rien à personne. Et c’est en tant que copains, que Benoît Poelvoorde et Bouli Lanners, Belges eux aussi, participèrent à ce premier long métrage, comme ils avaient participé à leurs précédent travaux. Ici, ils prêtent respectivement leur voix à Steven, le voisin, et au facteur. A propos de Jeanne Balibar, c’était la première fois qu’elle participait à la bande-son d’un dessin animé ; on venait de la voir en veuve excentrique dans le Plaisir de chanter, d’Ilan Duran Cohen.

Enfin, vous pensez bien que ce long métrage d’animation attira l’attention d’un certain nombre de producteurs, et non des moindres. Ainsi la société anglaise Aardman, à l’origine des célèbres aventures de Wallace & Gromit, fut, un moment, de la partie. Avec eux, les deux Belges entraient dans la cour des grands et pouvaient espérer un budget sans commune mesure avec leurs modestes moyens. Mais, lorsque leurs interlocuteurs britanniques leur conseillèrent d’utiliser de la pâte à modeler pour rendre plus expressives leurs figurines jugées trop figées et d’en fabriquer des plus grandes pour les gros plans, ils comprirent qu’ils n’avaient rien à faire ensemble. La production belgo-britannique envisagée fut donc, finalement, abandonnée et, retrouvant leurs petites figurines, leur petit budget et leur petite équipe, Vincent Patar et Stéphane Aubier retrouvèrent leur âme.

Stupide et délirant, Panique au village est le film qui vous rappellera votre enfance, vu qu'il s'agit tout simplement de la représentation cinématographique des longs moments de jeux que vous passiez allongé sur votre moquette à mélanger tous les genres d'histoires et de ...

Lire la suite
8
Trem_r

"panique au village", c'est de l'absurde total, des voix comme les décors (en carton), des mouvements de personnages à faire pâlir le master du motion capture. c'est juste insensé et insensément drôle. c'est frais. allez vite le voir, cao boys!! ...

Lire la suite
9
pascoal

D'une manière ou d'une autre, la série est irremplaçable. Mais...

Oui, il y a Cowboy, oui il y a Ch'val, oui il a Indien. Il y a même Jeanine et Steven est là. La forme courte qui faisait la fraîcheur indescriptible de cette série de PikPik & André n'est plus tellement là : on voit dans la version longue une succession de sketches qu'on ...

Lire la suite
7
aliosha
A voir également
Affiche du film KILL ME PLEASE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film 9 MOIS FERME

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film NIKO, LE PETIT RENNE 2

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES TROIS BRIGANDS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés