Bande Annonce de PARDONNEZ-MOIDécouvrez la bande Annonce de PARDONNEZ-MOI sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3992/fond/3992_w_500.jpg
Maïwenn
Hélène de FougerollesMaïwennMarie France PisierMélanie ThierryPascal GreggoryAurélien RecoingFranck BussiMarie-Sophie L..Rita DalleYannick SoulierAbdelkader BelkhodjaCamille de SabletLouise-Anne Hippeau

PARDONNEZ-MOI

84 mn

Note de SensCritique :

6.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Maïwenn.

Casting : Hélène de Fougerolles, Maïwenn, Marie France Pisier, Mélanie Thierry, Pascal Greggory, Aurélien Recoing, Franck Bussi, Marie-Sophie L.., Rita Dalle, Yannick Soulier, Abdelkader Belkhodja, Camille de Sablet. Louise-Anne Hippeau

Synopsis : Violette, jeune actrice enceinte de son premier enfant décide de réaliser un documentaire sur sa propre famille. A la recherche d’une vérité qui fait mal, elle interroge ses parents, rencontre le père biologique de sa petite sœur et cause des remous qui affectent tout son entourage, à commencer par elle-même.

Scénario : Maïwenn.
Musique : Mirwais Ahmadzaï.
Pays : France
Tags : Drame, Familles en délire, Et si on faisait un film ?, Des actrices, Actrices et réalisatrices, Documenteurs.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Pardonnez-moi est le premier long métrage réalisé par Maïwenn, avant Le Bal des actrices (2009) et Polisse (2011). Née le 17 avril 1976, elle fait ses débuts devant la caméra à quatre ans dans L’Année prochaine si tout va bien de Jean Loup Hubert (1981), et deux ans plus tard incarne Isabelle Adjani enfant dans L’Eté meurtrier de Jean Becker (1983). Après quelques petits rôles à la télévision et même au théâtre sous la direction d’Antoine Vitez, elle partage l’affiche avec Johnny Hallyday à 15 ans dans La Gamine d’Hervé Palud (1992). Elle rencontre Luc Besson qu’elle épouse, avec lequel elle aura une fille en 1993 et qu’elle suivra aux Etats-Unis. Bien qu’elle joue de petits rôles dans deux films de ce dernier - Léon (1994) et Le Cinquième Elément (1997) -, elle s’éloigne volontairement des plateaux pour reprendre des études. Après leur séparation, elle se lance dans l’écriture d’un spectacle autobiographique, Le pois chiche (2001), qu’elle interprétera seule en scène au Café de la Gare pendant plusieurs années. Comme Philippe Caubère avant elle, elle y joue tous les rôles —elle-même, ses parents, ses frères et sœurs— et distille quelques vérités et cruautés sur un mode dérisoire et comique.

Maïwenn prend aussi des cours de scénario et revient au cinéma en 2003 aux côtés de Cécile de France et sous la caméra d’Alexandre Aja dans le polar d’horreur Haute tension. L’année suivante, elle réalise son premier court, I’m an actrice, où elle dirige sa propre fille Shana Besson, alors âgée de dix ans, dans le rôle d’une enfant poussée par sa mère à passer des castings et devenir ainsi la comédienne qu’elle n’a pas eu la chance d’être. Maïwenn y tient le rôle de cette dernière, c’est à dire un personnage directement inspiré de sa propre génitrice. Tous ces miroirs tendus sont aussi le cœur de Pardonnez-moi, son premier long métrage en 2006. Elle y interprète le personnage de Violette, son double comme dans Le Pois chiche et y fait face aux vérités enfouies de sa famille, déterrant des secrets avec sa petite caméra braquée sur chacun des membres de son entourage.

Autour d’elle, Maïwenn a rassemblé Marie-France Pisier dans le rôle de sa mère et Pascal Greggory dans celui de son père. Une photo des deux acteurs au Festival de Cannes 1979, lors de la présentation du film d’André Téchiné Les Sœurs Brontë trône sur le frigo familial. Elle les montre côte à côte en tenue de gala, jeunes et beaux : un vrai couple de cinéma. Pour compléter la fratrie, l’actrice-réalisatrice a fait appel à Hélène de Fougerolles et Mélanie Thierry, dont l’investissement dans ce drôle de drame est palpable. Souvent comparé à Festen de Thomas Vinterberg, Pardonnez-moi ressemble surtout à Maïwenn. Emporté et enfantin, séduisant et agaçant. Et puis sincère. Furieusement sincère…

Ayant déjà eu droit à ce genre de remarques lors de son spectacle autobiographique, Le Pois chiche, Maïwenn, d’entrée de jeu, dans Pardonnez-moi, introduit un personnage de journaliste lui demandant ce que ça fait de «laver son linge sale en famille». Après ce premier essai qui ne fracasse pas le box office mais lui apporte une certaine reconnaissance critique ainsi que deux nominations aux Césars, Maïwenn a de nouveau joué sur la limite ténue entre le vrai et le faux dans son deuxième long métrage, Le Bal des actrices.

Elle y reprend le même point de départ : une actrice qui souhaite faire un documentaire, mais cette fois, non pas sur sa famille, mais sur les autres actrices. Maïwenn s’y joue «elle même», comme Karin Viard, Marina Foïs, Julie Depardieu, Romane Bohringer, Muriel Robin ou Charlotte Rampling, même si pour chacune d’entre elles, ce «elle-même» est plus une projection amusée de leur image que la réalité de ce qu’elles sont. Par ailleurs elles interprètent toutes des chansons, spécialement composées pour elles par des musiciens différents tels que Pauline Croze, Marc Lavoine, Benjamin Biolay, Anaïs, Gabriel Yared ou JoeyStarr. Ce dernier interprète dans le film le rôle du petit ami de Maïwenn, ce qu’il deviendra par la suite pour de vrai. On voit par là que la vie et le cinéma sont parfois à égalité en ce qui concerne l’imagination !

Pour Polisse, son troisième long en 2011, Maïwenn s’adjoint pour la première fois une coscénariste, Emmanuelle Bercot (laquelle incarne aussi dans le film le personnage de l’inspectrice, Sue Ellen). Maïwenn se base ici encore sur la réalité, celle du travail quotidien des policiers de la Brigade de Protection des Mineurs de Paris qu’elle a elle-même observé en se rendant avec eux sur le terrain, après avoir vu un documentaire. Elle y incarne Melissa, une photographe envoyée par le ministère de l’intérieur pour en tirer un livre. Avec plus de deux millions d’entrées et un prix du jury au Festival de Cannes 2011, Polisse est le film qui a définitivement installé Maïwenn. Cinéaste de l’enfance saccagée, du secret et du mensonge, du vrai et du faux, passant du drame familial au drame sociétal via la comédie musicale, Maïwenn s’est imposée comme une réalisatrice qui compte. 

Borderline assumé

Le film de Maïwenn oscille. Il évolue sur un fil tendu entre réalité et fiction, entre autobiographie et vrais mensonges, entre documentaire improvisé et scénario délicatement écrit. On ne peut parler du film sans parler d'elle, à la fois réalisatrice et actrice, bordeline ...

Lire la suite
9
Before-Sunrise

La réalisatrice Maïwenn ose bousculer le vieux moulin du cinéma français en empruntant aux cinéastes danois leur Dogme 95 avec les clés du fameux Festen. Pardonnez-moi lui ressemble dans le fond et la forme mais avec sa propre approche de débordement. Maïwenn va loin en ...

Lire la suite
8
LuluCiné

Ce film écrit et réalisé par Maïwenn est totalement autobiographique. beaucoup lui on reproché mais après avoir vu ce film c'est a ce moment que l'on se dit que l'on ne peut faire un film juste que si l'on a vécu les évènements racontés. La justesse du jeux des acteurs ...

Lire la suite
9
FabGao
le contexte
A voir également
Affiche du film LE RAID

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film NID DE GUÊPES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA DISPARUE DE DEAUVILLE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film GAZON MAUDIT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés