PHéNIX, L'OISEAU DE FEU

Bientôt disponible
Jeunesse - 1982 - Japon - 122 MIN - Tous publics
Godo est un enfant du 22ème siècle, né dans un monde au bord du chaos. L'écosystème y est totalement déréglé, les humains sont devenus de simples outils élevés en laboratoire, sélectionnés et éduqués depuis leur naissance par des robots. Godo trouve de l'aide auprès d'Olga, une femme robot dont la sensibilité subsiste encore. Elle le soutient et l'encourage dans sa volonté de devenir pilote. Les choses se compliquent quand, pour sauver sa vie, Godo doit capturer un mystérieux oiseau de feu, une créature mystique dont le pouvoir pourrait ramener la terre à la vie.

Réalisé par

6.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Au rayon phoenix, on connait celui qui, dans Harry Potter, se consume et renaît dans le bureau de Dumbledore. Au Japon, le plus célèbre des phoenix est celui du dessinateur de mangas Osamu Tezuka. Sa saga titrée « Phoenix » représente son œuvre la plus dense, la plus ambitieuse, même si elle resta inachevée puisqu'il mourut en 1989, après avoir toute de même chapeauté la conception de ce film d'animation à gros budget réalisé par Taku Sugiyama, véritable homme de paille du maître. Dans les années 80, le film sortit en VHS sous un titre nul, Les vengeurs de l’espace, et passa inaperçu. Il faut le redécouvrir aujourd'hui même si on y sent nettement l'influence mal digérée du Fantasia de Disney. Tezuka revendiquait d'ailleurs haut et fort son admiration pour Tonton Walt. Les 10 premières minutes de Space Firebird sont dignes des grands classiques de la SF avec la naissance du héros en bébé éprouvette, baignée par la musique de Yasuo Higuchi. Puis cela tourne à l'histoire d'amour quand le personnage de la nounou robot tombe amoureuse du héros, qui, jeune adulte, n'est pas sans rappeler Albator. Mais c'est quand le phoenix vient déployer ses ailes que l'heroïc fantasy prend toute son ampleur et que Space Firebird combine sens du merveilleux et message écolo sur la survie du genre humain. Une sorte de space opera humaniste qui, de très loin, évoque un peu Bienvenue à Gattaca.
Contexte

Taku Sugiyama

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité