PLANÈTE 51

Bientôt disponible
Parce qu'on est content de voir des habitants d’'une autre planète qui pour une fois, ne sont pas bleus mais verts, et d’'entendre dans ce dessin animé les voix de Vincent Cassel mais aussi celles des frères Bogdanoff
Science-fiction - 2010 - Espagne | Grande-Bretagne - 91 MIN - Tous publics
Lem, un gentil habitant de la Planète 51, vient tout juste d’être embauché au Planétarium de sa ville. Ses copains, eux, sont plus branchés comic books où les aliens envahissent la planète. Lorsque débarque un cosmonaute, lui aussi pétri d’a priori, un lent chemin de découverte mutuelle va devoir être engagé. Et les deux garçons vont s’allier pour déjouer les plans paranoïaques des militaires et des scientifiques de la planète.
5.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jean-Christophe Berjon
Jean-Christophe Berjon
CHRONIQUEUR

Qu’est-ce que la normalité ? Grand thème de cinéma s’il en est, et grande question au cœur des doutes de l’adolescence. Et, au fond, pourquoi serait-il plus normal de dire : «Give me 5 » plutôt que « Give me 4 » ?! Dans Planète 51, cette réflexion est très habilement plantée puisqu’elle énonce une idée un poil surréaliste, mais très symbolique : on est tous l’ « alien » de quelqu’un d’autre ! Chacun redoutant donc maladivement l’autre, naturellement... Plus amusant encore, la narration est construite de sorte que nous soyons, nous, les différents, les bizarres, les redoutés.

Grand propagateur de cette méfiance irraisonnée : la SF et toutes ses déclinaisons populaires, BD ou cinéma en tête. Dans Planète 51, le cinéma fait l’objet de nombreux clins d’œil : ne manquez pas l’hilarante citation d’un célèbre film de Steven Spielberg, le détournement d’une apparition d’un impressionnant gouverneur de Californie ou, plus encore, l’adaptation rocheuse de la plus belle comédie musicale aquatique de tous les temps !

Rendez-vous sur la Base 9... qui n’existe pas. (Ce que je viens de dire n’a pas été dit, et vous ne l’avez d’ailleurs pas entendu).
Contexte

John Cleese

Marcos Martinez

AN AMERICAN TAIL: FIEVEL GOES WEST (FIEVEL AU FAR WEST, PHIL NIBBELINK, SIMON WELLS, 1991)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité