Bande Annonce de POLICE SPECIALEDécouvrez la bande Annonce de POLICE SPECIALE sur FilmoTVhttp://
Samuel Fuller
Anthony EisleyConstance TowersMichael DanteBetty BronsonFletcher FistKaren ConradMonte MansfieldPatsy KellyVirginia GreyBill SampsonLinda FrancisMarie Devereux

POLICE SPECIALE

87 mn

Note de SensCritique :

6.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Samuel Fuller.

Casting : Anthony Eisley, Constance Towers, Michael Dante, Betty Bronson, Fletcher Fist, Karen Conrad, Monte Mansfield, Patsy Kelly, Virginia Grey, Bill Sampson, Linda Francis. Marie Devereux

Synopsis : Après avoir échappé à un violent proxénète et avoir déambulé pendant deux ans, la belle Kelly débarque à Grantville et, après un premier client – le chef de la police locale – décide de refaire sa vie, devenant infirmière dans un hôpital pour enfants handicapés. Sympathique et dévouée, la jeune femme donne entière satisfaction. Un soir, elle fait la connaissance d’un homme très riche...

Scénario : Samuel Fuller.
Musique : Paul Dunlap.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Drame, Encore plus noir, Films noirs sans couleurs, Films sur l'école.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Personnage atypique dans la galerie de portraits des cinéastes hollywoodiens, Samuel Fuller entame son étrange carrière en 1949, à l’âge de 37 ans, avec le portrait d’un assassin : J’ai tué Jesse James, premier film et premier western qui restera inédit en France jusqu’en 1976.

Scénariste et dialoguiste de tous ses films, le plus anti-conventionnel des réalisateurs américains va passer son temps à dynamiter les règles et les conventions du western mais aussi du film de guerre ou du film policer, ce qu’il est convenu d’appeler des « films de genre » qu’il va aborder avec un anticonformisme radical qui le soumettra à quelques longues périodes d’inactivité dès le milieu des années 1960, c'est-à-dire juste après l’échec critique et commercial de The Naked Kiss, parfois exploité en France sous le titre Police spéciale.

Avant ce cuisant échec, qui mettra définitivement fin à sa carrière de producteur, il avait déjà tourné une quinzaine de films dont l’anticommuniste Port de la drogue – massacré dans sa version française –, l’antisudiste Jugement des flèches ainsi que les Maraudeurs attaquent – qui annonce, avec dix-huit ans d’avance, son fameux Au-delà de la gloire – et Shock Corridor, censuré dans plusieurs Etats américains.

Samuel Fuller en est là de sa carrière – particulièrement peu « politiquement correcte » –, lorsqu’il décide de raconter la rédemption d’une prostituée, amoureuse d’un mystérieux et richissime célibataire. Noir thriller et sombre échec qui l’éloignera des studios de cinéma pendant cinq ans !

« Il faut un public de “cinéphiles”, donc respectueux, pour recevoir sans rire un film comme The Naked Kiss » écrivirent les très cinéphiles, et donc très respectueux, Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon dans leur fameux 50 ans de cinéma américain.

On peut, cependant, sinon rire du moins sourire aux quelques coquetteries du réalisateur, Samuel Fuller. Il ne vous aura pas échappé que le cinéma du coin présente Shock Corridor, le film qu’il venait de tourner avec la même comédienne, Constance Towers, et que, avant de faire la connaissance du chef de la police locale, la jeune femme bouquine tranquillement The Dark Page, un roman à succès écrit par Samuel Fuller dans les années 1940 et que le réalisateur Phil Karlson rebaptisa l’Inexorable enquête en le portant à l’écran en 1952.

L’échec de The Naked Kiss, son dix-septième long métrage, obligea le cinéaste, alors âgé d’une cinquantaine d’années, à venir grossir la cohorte des réalisateurs errant de pays en pays et, surtout, de projet abandonné en projet abandonné ! Profitant, le premier, de sa passagère inactivité et de sa présence en France pour une nébuleuse adaptation cinématographique des Fleurs du mal – qui, comme il se doit, tomba à l’eau – Jean-Luc Godard l’engage dans Pierrot le fou où, jouant son propre rôle, il déclare qu’un film « est un champ de bataille : amour, haine, violence, action, mort, en un mot, émotion ». Plus tard, Luc Moullet, Dennis Hopper, Wim Wenders, Steven Spielberg, Claude Chabrol, Amos Gitai ou encore Aki Kaurismäki feront appel à ses talents d’acteur.

Un mot sur Constance Towers. Après une première apparition à la télévision, c’est en 1955 qu’elle fait ses début au cinéma dans Bring your smile alone, une comédie musicale – un peu oubliée – d’un autre débutant, un certain Blake Edwards. En 1959, face à John Wayne et William Holden, elle est la vedette féminine des Cavaliers puis la partenaire de Jeffrey Hunter dans le Sergent noir, deux westerns de John Ford. C’est après les deux films de Samuel Fuller – Shock Corridor et The Naked Kiss – qu’elle s’éloigne du grand écran. On la voit à la télévision ainsi qu’à Broadway dans Ari, la version musicale d’Exodus le film d’Otto Preminger, ou dans le classique le Roi et moi, face à Yul Brynner.

Ce n’est qu’au milieu des années 1980 qu’on retrouve brièvement Constance Towers dans Relic, le film fantastique génétiquement modifié de Peter Hyams et dans Meurtre parfait, d’Andrew Davis, remake du Crime était presque parfait d’Alfred Hitchcock, celui-là même qui, 38 ans plus tôt, avait dirigé son mari, le comédien John Gavin, dans Psychose.

Enfin, à partir de 2002, elle reprendra le rôle de la méchante et richissime Helena Cassadine – créé en 1981 par Elizabeth Taylor – dans quelques-uns des innombrables épisodes d’Hôpital central, increvable série télévisée américaine créée en 1963 !

Quelque chose dérange indéniablement chez Fuller. Si l'on ne peut s'empêcher d'admirer la beauté de son langage, on se demande un peu ce qu'il a à dire. Dans Naked Kiss, frappé d'emblée par la scène d'ouverture, d'une rare violence, on arrive en pleine rixe entre une prostituée ...

Lire la suite
7
reno

Avec The Naked Kiss, étrangement titré chez nous Police Spéciale, Samuel Fuller poursuit sa déconstruction à la dynamite du film noir pour lever le voile d’hypocrisie recouvrant les tares de la société américaine. Après avoir présenté dans ses précédents films la ...

Lire la suite
8
Gilles Da Costa

Dès la première scène, Fuller nous prend par les couilles et applique à la lettre sa théorie sur le scénario : " Quand tu écris un scénario, si la 1ère scène te fait pas bander, balance tout à la poubelle. " Par la suite, il maniera à merveille le montage, la lumière ...

Lire la suite
8
JulienGauthier
A voir également
Affiche du film OPERATION GOLDMAN
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film SHOCK CORRIDOR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE RÔDEUR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés