Bande Annonce de QUE DIOS NOS PERDONEDécouvrez la bande Annonce de QUE DIOS NOS PERDONE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/11790/fond/11790_w_500.jpg
Rodrigo Sorogoyen
Antonio de La TorreFran NortesJavier PereiraJosé Luis García PérezLuis ZaheraMaría BallesterosMaría de NatiRaul PrietoRoberto ÁlamoRocío Muñoz-CoboTeresa LozanoAlfonso BataveRaquel PerezJavier TolosaMaria Jesus Garrido

QUE DIOS NOS PERDONE

121 mn
voir la bande annonce

Réalisateur : Rodrigo Sorogoyen.

Casting : Antonio de La Torre, Fran Nortes, Javier Pereira, José Luis García Pérez, Luis Zahera, María Ballesteros, María de Nati, Raul Prieto, Roberto Álamo, Rocío Muñoz-Cobo, Teresa Lozano, Alfonso Batave, Raquel Perez, Javier Tolosa. Maria Jesus Garrido

Synopsis : A Madrid, les inspecteurs Velarde et Alfaro se voient confier une enquête délicate : un tueur de vieilles dames accumule les victimes. Elles ont toutes en commun d'être de dévotes catholiques. La chose fait tâche d'huile dans une ville qui s'apprête à avoir la visite du pape Benoît XVI pour les JMJ...

Scénario : Isabel Pena, Rodrigo Sorogoyen.
Musique : Olivier Arson.
Tags : Manifestations, Tueur en série, Serial killer, Des enquêteurs.

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

L'été 2011 à Madrid est très chaud pour la police. Non seulement elle est sur les dents en devant gérer en parallèle la visite du pape Benoît XVI pour les JMJ et les premières grosses manifestations du mouvement des Indignados mais voilà qu'un tueur en série sème les cadavres de vieilles dames catholiques. L'enquête est confiée aux inspecteurs Alfaro et Velarde à qui on demande d'agir vite mais dans la discrétion.

Que dios nos perdone s'inscrit dans une nouvelle école du film policier espagnol, celle de La Isla Minima ou La colère d'un homme patient. Des films âpres, rugueux quand ils bousculent autant les figures imposées du genre que des questions de société ou de morale. Ce troisième long métrage de Rodrigo Sorogoyen interroge les notions de pouvoir qu'il soit religieux ou policier et leur influence qu'ils continuent à faire peser sur l'Espagne contemporaine.

Les deux policiers et le tueur ont plus en commun que prévu quand ils sont tous aux prises avec de profondes névroses, les premiers étant à leur manière tout aussi psychopathes que celui qu'ils traquent. En floutant ainsi les notions de Bien et de Mal, Que dios nos perdone entre dans les mêmes zones d'ombres psychologiques que celles que peuvent mettre en scène un William Friedkin ou un David Fincher, Sorogoyen n'ayant pas à démériter de la comparaison quand il sait installer un diabolique sens de la tension. La phénoménale séquence de poursuite à pied dans les rues madrilènes étant appelée à rester dans les annales comme celle de Seven. Sans oublier, le fond même de Que dios nos perdone, cette étude d'une masculinité occidentale complexe, entravée par la frustration et la colère. En la confrontant à la loi comme aux diktats religieux, Sorogoyen tente d'expliquer d'où elle vient et pourquoi elle se perpétue. Voire comment de génération en génération, elle fait de certains hommes des frères d'armes malgré eux.

Si le climat de Madrid pendant cet été particulier est si réaliste dans Que dios nos perdone, c'est parce que Rodrigo Sorogoyen et sa coscénariste, Isabel Pena, l'ont vécu en direct. Ils vivaient sur place, en août 2011, pour ainsi dire pris entre deux feux, les Indignados se sont installés sur la Puerta del sol pour des manifestations monstres et l'enclavement de la ville par la police pour la venue du pape.

Alors qu'ils cherchaient une trame de fond pour le film policier qu'ils venaient de commencer à écrire, le climat qui s'est emparé de la ville leur a semblé incarner un moment de bascule, la transition entre l'ancestrale tradition catholique du pays et une jeunesse moins marquée par ce sceau qui osait enfin se rassembler. Soit un contexte idéal pour une histoire de tueur de vieilles bigotes, acte sacrilège dans une Espagne malgré tout encore pieuse.

Si Antonio de La Torre, Roberto Alamo et Javier Pereira impressionnent dans leurs rôles de flics et de serial killer, le véritable personnage du film est donc bien Madrid, ville qui a quasiment dicté la mise en scène à Sorogoyen. La première partie de Que dios nos perdone est filmée en Scope mais caméra à l'épaule avant que l'image se stabilise dans la seconde pour des séquences dérangeantes, comme pour mieux incarner l'impuissance de certains hommes face à un chaos qui finit par les engloutir.

 

 
le contexte
A voir également
Affiche du film LA PIEL QUE HABITO

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Volver

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ZODIAC

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film The Pledge

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BARRY SEAL: AMERICAN TRAFFIC

à partir de

4.99
 
Affiche du film OTEZ MOI D UN DOUTE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES GRANDS ESPRITS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE PARTY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KUNG FU YOGA

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SEVEN SISTERS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés