QUE LA FÊTE COMMENCE

À partir de 2.99 €
Une chronique historique, une évocation de la Régence et la description de comportement contradictoires. Le deuxième film de Bertrand Tavernier, son premier en costume.
Politique / Histoire - 1975 - France - 114 MIN - VF - Tous publics

Une chronique du début du XVIIIème siècle. La Régence s’achève. Conseillé par l’Abbé Dubois, prêtre d’apparence mais essentiellement jouisseur, Philippe d’Orléans exerce le pouvoir. Le jour il cultive un progressisme politique qui inquiète l’Aristocratie et l'Eglise, menacées dans leur privilège. Le soir il s’adonne à la débauche, entourée de nombreuse femmes parmi lesquelles Emilie une prostituée lui inspire une véritable tendresse. Dans les campagnes, la famine règne. Un noble breton, le marquis de Pontcallec se rend à Paris pour rencontrer le Régent. Il est arrêté et condamné à la déportation en Louisiane.

Réalisé par

7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jean Ollé-Laprune
Jean Ollé-Laprune
CHRONIQUEUR

Certains films bouleversent littéralement la vision de l’Histoire (avec un grand H), des films tels que disons Remontons Les Champs Elysées de Sacha Guitry, la Prise du pouvoir par Louis XIV de Rossellini, la bataille de Culloden de Peter Watkins et Barry Lindon de Kubrick. Sorti au mois de mars 1976 et signé Bertrand Tavernier, Que la fête commence fait incontestablement partie de ceux-ci. La période qu’il met en scène est peu connue, mais sa description permet d’éclairer sous un jour différent un moment plus fameux. La période de la Régence court entre la mort de Louis XIV en 1715 et l’avènement en 1723 de Louis XV, désormais suffisamment âgé pour régner. Une période marquée par l’exercice du pouvoir par Philippe, Duc d’Orléans. Une période qui associe un certain progressisme politique à la pire débauche et qui porte en elle les  germes de la future révolution française.

Que la fête commence est un film moderne dans la mesure ou l’Histoire y est placée à hauteur d’homme. Il nous montre essentiellement des individus, pas moins de 120 personnages desquels se détachent quatre figures principales, le libéral, le cynique l’idéaliste et la catin. Soit Philippe d’Orléans interprété par Philippe Noiret. L’abbé Dubois joué par Jean Rochefort, son mauvais génie sur lequel Saint Simon écrivait dans ses mémoires : « Tous les vices combattaient en lui qui en demeuraient le maître ! ». Plus le marquis de Pontcallec, noble breton en révolte, c’est Jean Pierre Marielle. Et enfin Emilie la prostituée qui les observe tous. Celle ci est interprétée par Christine Pascal, comédienne qui deviendra réalisatrice (de talent) avant de disparaître prématurément en 1996.

Que la Fête commence est un film novateur par le ton et la forme qu’il propose, proche du reportage, caméra sur l’épaule souvent, et son direct... Il suffit pour confirmer cet esprit de rapporter les indications que Bertrand Tavernier fournit à l’époque à ses comédiens sur le tournage : « Vous vous asseyez non pas dans des fauteuils Louis XV mais dans des fauteuils Roche Bobois que votre papa a acheté quand il s’est installé avec votre maman dans le château qu’ils ont fait construire. »

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Philippe Noiret

Bertrand Tavernier

LE VIEUX FUSIL

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité