RACHEL, RACHEL

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Parce que si Paul Newman n'apparaît pas dans son film, sa femme en est quand même la vedette
Drame - 1969 - Etats-Unis - 97 MIN - VF - Tous publics
Rachel est une institutrice dans un village américain. A 35 ans, elle vit toujours avec sa mère et n'a personne dans sa vie. Quand un homme venu de la grande ville entame un jeu de séduction, la vieille fille commence à se rendre compte de la vacuité de son existence et va tenter d'enfin la remplir.

1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Alex Masson
Alex Masson
CHRONIQUEUR

En 1968, Paul Newman est une star : ses films triomphent au box-office, il est régulièrement nominé aux Oscars, et incarne pour le public américain une icône virile comme il n’y en a pas eu depuis Marlon Brando. Newman va prendre tout le monde de court avec son premier film de réalisateur. La vedette de L’arnaqueur et de Hud s’est effacée en passant derrière la caméra. Là où généralement les acteurs deviennent metteurs en scène pour s’offrir un rôle, Newman va mettre en avant son épouse Joanne Woodward dans Rachel Rachel.

Cette œuvre intimiste est dans la veine des écrits d’un JD Salinger quand elle dépeint la solitude d’une vieille fille qui réalise qu’elle est passée à côté de sa vie. Newman croque joliment la vie d’une petite ville de province américain, surtout ce qui s’y passe derrière les rideaux : le désespoir ordinaire  et la frustration. Désarçonnés, les spectateurs comme le monde du cinéma feront de Rachel, Rachel un succès d’estime. Il n’empêcha pas Newman  de revenir régulièrement à la réalisation, pour cinq autres films restés inexplicablement méconnus du grand public.

Réalisé par

7.1 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Paul Newman

L'HOMME À LA PEAU DE SERPENT