Bande Annonce de RETOUR À MONTAUKDécouvrez la bande Annonce de RETOUR À MONTAUK sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/11640/fond/11640_w_500.jpg
Volker Schlöndorff
Alexander YassinBronagh GallagherErik HansenIsi Laborde-EdozienNiels ArestrupNina HossOlga LezhnevaRay WiederholdRebecca KnoxRobert SeeligerStellan SkarsgardSusanne Wolff

RETOUR À MONTAUK

102 mn

Note de SensCritique :

5.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Volker Schlöndorff.

Casting : Alexander Yassin, Bronagh Gallagher, Erik Hansen, Isi Laborde-Edozien, Niels Arestrup, Nina Hoss, Olga Lezhneva, Ray Wiederhold, Rebecca Knox, Robert Seeliger, Stellan Skarsgard. Susanne Wolff

Synopsis : L'écrivain Max Zorn se rend à New York afin de promouvoir son dernier roman. Il raconte dans celui-ci l'échec d'une passion dans cette ville, il y a 17 ans. Ses pas l'emmènent irrésistiblement vers Rebecca, la femme décrite dans le livre. Il parvient à convaincre celle-ci de passer un weekend avec lui...

Scénario : Colm Tóibín, Volker Schlöndorff.
Musique : Caoimhin O'Raghallaigh, Max Richter, Michael Bartlett.
Pays : Allemagne|France
Tags : Comédie, Drame, Ecrivain, Triangle amoureux.

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Romantique, mélancolique, sensible, Retour à Montauk croit à l’amour toujours, celui dont les blessures ne se referment jamais tout à fait. Soit un romancier sexagénaire, Max Zorn, qui lors d’un passage à New York retrouve la femme qu’il avait follement aimée quelque dix-sept ans plus tôt. Ils retournent de concert sur les lieux de leur idylle pour constater que le temps est assassin mais que les regrets se conjuguent au présent. 

Le film est au départ l’adaptation d’un roman de Max Frisch, auteur suisse allemand dont Schlöndorff avait auparavant porté à l’écran un autre livre, Homo Faber. Un roman aux accents autobiographiques évidents. Mais le cinéaste n’a au final conservé que les personnages et les lieux du roman pour entrainer son récit dans d’autres directions.  C’est d’ailleurs avec un autre romancier, l’Irlandais Colm Toibin que le scénario a été écrit. Schlöndorff et Toibin ont ainsi mêlé quelques éléments de leurs propres vies à la trame imaginée par Frisch. 

Nostalgique, le film l’est par essence. Par son thème bien sûr. Mais également par un certain flottement qui nous saisit dès les premières scènes. Flottement du romancier débarquant à New York, en plein jetlag. Flottement entre la réalité et les fantasmes, terreau idéal du matériel littéraire. Flottement du récit, qui s’adapte aux humeurs des personnages. Montauk est lui-même un lieu irréel, au bout d’un monde, puisqu’il est situé sur une île. Tout le film traite de cette opacité de l’espace et de la durée : le collectionneur incarné par Niels Arestrup ne revendique-t-il pas de laisser les œuvres d’art se dégrader pour mieux signifier son emprise sur le monde et le temps ?

Volker Schlöndorff est un cinéaste allemand un peu atypique. Ses parents émigrent en France quand il est adolescent. C’est en France qu’il fait ses études. Sorti de l’IDHEC, il est assistant de Malle, Resnais, Melville. Excusez du peu. Européen dans l’âme, il tournera indifféremment en Allemagne, le plus souvent et en France, parfois, se différenciant ainsi de la plupart des cinéastes de sa génération, Wenders, Fassbinder, Herzog, pour ne citer que les plus évidents. Sans oublier de faire quelques incursions aux Etats-Unis, qui reste, quoi qu’on en pense, le pays du cinéma. C’est ainsi qu’il signe outre-Atlantique Colère en Louisiane, Palmetto ou La Servante écarlate. Retour à Montauk est donc également un retour aux sources, ou du moins à l’une des sources de son cinéma. Politiquement engagé, capable d’unir maîtrise formelle et acuité des sentiments, Schlöndorff est un maître. On lui doit d’ailleurs l’une des rares Palmes d’or cannoises remportées par un cinéaste d’outre-Rhin, Le Tambour

Volker Schlondorff est né en 1939. Autant dire que c’est un cinéaste aguerri. Et les affres du romancier sexagénaire de Retour à Montauk ne lui sont sans doute pas étrangers. Il a en tous cas l’âge des regrets et des bilans existentiels. Il sait probablement que le hasard décide bien souvent du cours de notre vie et que les occasions manquées font parfois boule de neige. L’homme et la femme que le film nous donne à voir sont en tous cas convaincants : ils incarnent sans forcer le trait tous les hommes et toutes les femmes qui un jour se sont manqués. Les cinéphiles penseront sans doute à Leo McCarey, maître de la comédie américaine, qui est aussi le signataire de l’un des plus beaux mélos sentimentaux de l’Histoire du cinéma, Elle et Lui. Qu’il a eu tant de plaisir à mettre en scène qu’il le tourna deux fois. La seconde version, avec Cary Grant et Deborah Kerr, est un classique indémodable.   

Le choix des deux acteurs qui incarnent le couple est en tous cas judicieux. Stellan Skarsgard est un comédien suédois trop rare, familier des films de Lars Von Trier. Ce qui ne l’empêche pas d’être également apprécié des cinéastes américains, tels que Spielberg, Van Sant ou Fincher quand ils ont besoin d’un comédien scandinave affichant vingt ans de moins que le vétéran Max Von Sydow. Notre homme rend en tous cas parfaitement crédible ce romancier européen au fond très egocentrique, veule et infantile. Mais il laisse apparaître quelques aspérités, quelques blessures qui nous conduisent in fine à l’empathie. Celle qui incarne sa bien-aimée, Nina Hoss, n’a pas encore atteint cet âge où les demi-tours deviennent problématiques. Cette comédienne allemande, qui pour beaucoup personnifie son pays, un peu comme le faisait Hannah Schygulla dans les années 80, a définitivement percé dans Barbara, de Christian Petzold. Mais elle est également parfaite dans le film de Schlöndorff, dans la peau d’une femme immigrée pour qui la réussite financière n’est pas pour mémoire. Quitte à laisser de côté l’essentiel, l’épanouissement amoureux.

 

Volker Schlöndorff revient avec un film adapté le roman "Montauk" (1975) de Max Frisch, un roman très autobiographique. Ce film fait un bien fou, enfin un film d'amour "adulte" sans niaiseries adolescentes ni romantisme éculé mais des gens qui travaillent et vivent leur amour ...

Lire la suite
7
Selenie

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle....

...les souvenirs et les regrets aussi. Librement adapté d'un livre de Max Frisch, Retour à Montauk est un film découpé en chapitres qui sont les jours passés à New York par l'écrivain, Max Zorn, venu présenter son dernier livre , l'histoire d'un amour malheureux vécu ...

Lire la suite
7
Nekho

Se baigner deux fois dans le même fleuve...

"Montauk", équivalent amérindien de "Finistère", "Finis terrae", la fin de la terre ferme... Une "fin", une extrémité, vers laquelle un "retour" serait pourtant possible ? "On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve"... Le constat héraclitéen, constat en forme ...

Lire la suite
8
Anne Schneider
 
le contexte
A voir également
Affiche du film PEUR BLEUE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PHOENIX

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film The Immigrant

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LOST IN TRANSLATION

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film TOUT LE MONDE DEBOUT

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MAYHEM

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MME MILLS, UNE VOISINE SI PARFAITE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE DISASTER ARTIST

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TULIP FEVER

à partir de

6.99
 
Affiche du film LA CH TITE FAMILLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés