RIO I LOVE YOU

Après Paris et New York, le film est le 3ème de la série"cities of love"
Comédie - 2014 - Brésil|Etats-Unis d'Amérique - 104 MIN - VO - Tous publics
Une anthologie de films courts dédiés à la ville brésilienne de Rio de Janeiro. Chacun des récits, en véritable déclaration d'amour, révèle un quartier et une caractéristique de la cité à travers le drame social, le conte spirituel, la chronique de moeurs, la comédie sentimentale ou la satire...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

Vous aviez adoré Paris je t’aime en 2006 ? Vous aviez fondu devant New York I love you en 2009 ? Alors Rio I love you a tout pour vous séduire ! Voici le 3e épisode d’une série baptisée Cities of love et dont le principe est à chaque fois le même : offrir à des cinéastes venus d’horizons différents une sorte de carte blanche en forme de court métrage pour donner leur vision d’une mégalopole. 

En ce qui concerne la capitale économique et touristique brésilienne, l’éventail de réalisateurs est vaste puisqu’il va des enfants du pays comme Carlos Saldanha et Fernando Meirelles à la libanaise Nadine Labaki en passant par l’italien Paolo Sorrentino, l’américain John Turturro ou l’australien Stephan Elliott. 

En une dizaine de segments, le visage de Rio se dévoile souvent de manière inattendue, loin des clichés du style « séance de Capoeira sur la plage de Copacabana » et vous retrouverez au générique des comédiens eux aussi forts variés comme Harvey Keitel, Vincent Cassel ou Jason Isaacs… 

4.8 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Vincent Cassel

La ville légendaire du Brésil est un merveilleux décor de cinéma dont les plus grands cinéastes se sont inspirés, que ce soit pour du drame ou de la comédie...

Stephan Elliott

Rio, Paris mais aussi New York : l'exercice de style(s) consistant à offrir à des réalisateurs divers et variés des cartes blanches autour d'une ville s'avère passionnant au fil du temps...

L'EMPEREUR DE PARIS