SANG CHAUD POUR MEURTRE DE SANG-FROID

À partir de 2.99 €
Policier / Suspense - 1992 - Etats-Unis - 124 MIN - VF - interdit aux moins de 12 ans

Psychanalyste et, à ce titre, également expert auprès des tribunaux de San Francisco, Isaac Barr a pour analysante la belle et fragile Diana. Celle-ci le met en présence de sa sœur, la troublante Heather, qui l’ensorcèle. Heather est mariée et se plaint des violences que le fait subir son époux.

Réalisé par

5.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Colette Milon
Colette Milon
CHRONIQUEUR

Sang chaud pour meurtre de sang froid, dont le titre original, plus simple, est Final analysis, doit son scénario aux efforts conjoints de Robert Berger, psychanalyste de profession, et de Wesley Strick, critique de rock reconverti dans l’écriture pour le cinéma depuis les années 90. Marquant une prédilection pour la peur dans tous ses états, Wesley Strick a été le scénariste de Coupable ressemblance (Jospeh Ruben, 1989), d’Arachnophobie (Frank Marshall, 1990), de la version de Martin Scorsese des Nerfs à vif (1991) et de Wolf (Mike Nichols, 1994). Il a, en outre, réalisé deux films : Les Liens du sang, en 1995, et, en 2001, pour la télévision, Hitched, un thriller avec Sheryl Lee, écrit par ses soins.

Richard Gere, qui campe ici un séduisant psychanalyste, malheureusement pour lui un peu benêt, est aussi le producteur exécutif du film. C’est, pour lui, une grande première et il faut croire que l’expérience lui a plu. En 1993, l’année suivant Sang chaud pour meurtre de sang froid, il réitérait avec deux films : Sommersby, le remake du Retour de Martin Guerre, par Jon Amiel, et Mr Jones, de Mike Figgis. Il laissera cependant passer de nombreuses années avant d’y revenir. En 2005, il participera à Lhasa, un film sur le Tibet et, en 2009, à Hatchi, un film de Lasse Hallström qu’il interprète également.

Dans ce thriller, Richard Gere se fait le jouet d’une allumeuse fatale au cerveau dérangé qui a la beauté et le charme de Kim Basinger, laquelle avait été sa partenaire six ans auparavant dans Sans pitié, de Richard Pearce. Il y cotoie aussi Uma Thurman qui a fait ses brillants débuts au cinéma quelques années plus tôt en 1988, dans Les Aventures du baron de Münchausen, de Terry Gilliam et Les Liaisons dangereuses, de Stephen Frears. Il y croise aussi Eric Roberts, le frère de Julia Roberts, la Pretty woman avec laquelle il a, deux ans plus tôt, cartonné au box office.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Richard Gere

Phil Joanou

PRETTY WOMAN

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité