SANG ET OR

À partir de 2.99 €
Parce que les scènes de boxe y sont filmées (par James Wong Howe) à l'aide de roller skates
Drame - 1948 - Etats-Unis - 105 MIN - VO - Tous publics
Issu d'un milieu modeste, Charlie Davis pense que le meilleur moyen d'une belle ascension sociale, c'est de s'imposer comme boxeur. D'autant qu'il fait montre en la matière d'un joli talent. Après quelques succès en amateur, il entre dans le monde de la boxe professionnelle, un milieu gangrené par la pègre. Et c'est justement dans les mains d'un potentat un peu louche que se met Charlie, au grand dam de ses proches, à commencer par sa femme et son ami d'enfance, devenu entre temps son entraîneur. Mais l'argent et le confort lui sont montés à la tête et il ne tient pas compte des avertissements des uns et des autres. Jusqu'au jour où son protecteur lui impose un match truqué...

Réalisé par

7.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR
Réalisé en 1947, Sang et or est un fleuron de ce cinéma noir made in Hollywood qui vit à ce moment-là, sans doute, sa décennie prodigieuse. Alors que les films de gangsters restent la marque de la période de dépression d'avant guerre, une certaine forme de désillusion attend les boys de retour du front. Billy Wilder signe Assurance sur la mort, Howard Hawks Le Grand Sommeil, Robert Siodmak Les Tueurs, Tay Garnett Le Facteur sonne toujours deux fois, Henry Hathaway Le Carrefour de la mort, après que John Huston ait donné le signal avec son Faucon maltais. La liste n'est pas exhaustive, bien sûr... La grande qualité du film noir est de faire coexister la marche d'un destin implacable et la description d'une société gangrenée par l'appât du gain et la perte des valeurs morales. C'est précisément le cas de Sang et or, qui dénonce au passage les magouilles du monde de la boxe, un an avant que le célèbre Nous avons gagné ce soir, de Robert Wise, n'enfonce le clou. Mais ce tableau saisissant d'une Amérique en plein doute est aussi un beau film sur le ring et les frissons qu'il procure (ce n'est pas par hasard si Robert Rossen, le réalisateur, et John Garfield, qui tient ici le rôle principal, sont tous deux d'anciens boxeurs). Et le combat final permet sans nul doute à Sang et or de camper au panthéon du genre, aux côtés de Raging Bull, Ali, Gentleman Jim, Fat City ou, beaucoup plus récemment, Million dollar baby....

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Robert Rossen

LE FACTEUR SONNE TOUJOURS DEUX FOIS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS