SANS RETOUR

À partir de 2.99 €
Parce que le tournage du film en Louisiane ne fut pas une mince affaire et que ça se sent !
Aventure / Action - 1983 - Etats-Unis - 105 MIN - VF - interdit aux moins de 12 ans

Des membres de la garde nationale sont en mission d’entraînement dans les bayous de Louisiane. Fraichement débarqué à la tête du groupe, le caporal Hardin a bien du mal à gérer ses troupes. Les hommes passent leur temps libre à aller visiter les prostituées locales ou s’imbiber d’alcool. La tension monte entre les soldats et les habitants. Une mascarade tourne au drame lorsqu’un soldat tire sur les cajuns avec des balles à blanc. La riposte se fait à balles réelles…  Pour les survivants, une longue course poursuite s’engage dans les marécages.

Réalisé par

7.1 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Nicolas Rioult
Nicolas Rioult
CHRONIQUEUR

Sans Retour est un des meilleurs films de Walter Hill. La trame est proche de celle d’un de ses films les plus célèbres, Les guerriers de la nuit. On retrouve en effet un groupe d’hommes, ici des soldats de la garde nationale, qui vont devoir traverser un environnement hostile, les bayous de la Louisiane. Les habitants locaux, des cajuns, vont s’en prendre aux soldats pour leur faire payer leurs mauvaises manières.

Réalisé en 1981, mais se déroulant en 1973, le film rappelle bien évidemment l’atmosphère de Délivrance de John Boorman.  On peut aussi voir dans ce récit une métaphore de la guerre du Viet-Nam. Les films dédiés à cette guerre faisaient florès à l’époque, de Voyage au bout de l’enfer à Rambo. Sans Retour montre des militaires entraînés, mais finalement pris à revers par les habitants, moins expérimentés, mais concernés par le conflit et maîtres de l’environnement hostile.

Un des plaisirs qu’on prend à ce film d’action paranoïaque puisqu’on ne voit quasiment jamais les adversaires, est le défilé de gueules qu’il propose. Le caporal dépassé par ses recrues est incarné par Power Boothe, qu’on a vu dans tous les films musclés des années 80, de La Forêt d’émeraude à Extrême préjudice du même Water Hill. On retrouve aussi Keith Carradine, fils de John Carradine et membre d’une longue fratrie d’enfants de la balle. Carradine était aussi à l’aise dans les films spectaculaires que les plus intimistes comme ceux d’Alan Rudolph dont il fut un des acteurs fétiches. On note aussi la première apparition de Fred Ward, future  vedette de Remo, sans armes et dangereux. Un casting digne de celui des 12 salopards.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Huit ans avant "Sans Retour", John Boorman filmait déjà des hommes en milieu hostile pourchassés par des autochtones furieux...

Walter Hill

Une situation similaire : un individu dans un environnement hostile doit affronter des ennemis extérieurs. Sauf que cette fois ci, c'est lui l'homme de la situation.

EXTRÊME PRÉJUDICE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS

Pas si éloigné